ACCUEIL

« Ce pain-là, qui descend du ciel, celui qui en mange ne mourra pas. »

22 avril 2021

Le bon Jésus, voyant combien son secours nous était nécessaire, a cherché un moyen admirable où paraît bien l’excès de son amour pour nous. Voilà pourquoi il a fait en son nom et au nom de tous ses frères cette prière : « Donne-nous aujourd’hui, Seigneur, notre pain de ce jour » (Mt 6,11). (…) Il a senti qu’il devait réveiller notre amour en nous mettant le sien sous les yeux, et non pas un jour seulement, mais tous les jours. Voilà pourquoi il a dû prendre le parti de demeurer au milieu de nous. (…)

Je ne peux pas m’empêcher d’admirer comment cette demande est la seule où il répète les mêmes paroles. Car tout d’abord il prie pour qu’on nous donne ce pain chaque jour ; puis il ajoute : « Donne-le nous aujourd’hui ». C’est comme s’il disait à son Père que, ayant été une fois livré à mort pour nous, et étant désormais notre bien, il ne nous l’enlève pas, mais le laisse nous servir tous les jours, jusqu’à la fin du monde. (…) S’il dit « notre pain de chaque jour », c’est, à mon avis, parce que non seulement nous le possédons sur la terre, mais parce que nous le possèderons aussi au ciel, si nous savons profiter de sa compagnie. (…) Quand il dit « aujourd’hui », c’est, ce me semble, pour signifier un jour, c’est-à-dire la durée du monde ; car le monde ne dure vraiment qu’un jour. (…)

Le Fils, en effet, a dit au Père éternel : « Puisqu’il ne s’agit que d’un jour, permettez-moi de le passer dans la servitude ». Dieu le Père nous l’a donné et l’a envoyé en ce monde par sa seule volonté. Le Fils à son tour, par sa volonté propre, ne veut pas nous abandonner, mais s’établir au milieu de nous pour la plus grande gloire de ses amis et la confusion de ses ennemis. Il ne fait cette nouvelle demande que pour aujourd’hui ; le Père éternel nous a donné ce pain sacré, et c’est pour toujours, je le répète, qu’il nous a donné cet aliment de l’humanité du Sauveur, notre soutien, notre vraie manne. Dans ce très saint sacrement, notre âme trouvera tous les goûts et toutes les consolations qu’elle pourra souhaiter (cf Sg 16,20). Et s’il n’y a pas de faute de notre part, nous sommes assurés de ne pas mourir de faim.

Sainte Thérèse d’Avila (1515-1582)

 

 

« Moi, je suis le pain de la vie. »

21 avril 2021

Vous avez demandé à passer trois mois seul avec Jésus [en retraite] ; cela vous ressemble bien. Mais si pendant ce temps la faim de Jésus dans le cœur de quelques membres de son peuple est plus grande que la vôtre, vous ne devriez pas rester seul avec Jésus tout le temps. Vous devez permettre à Jésus de vous transformer en pain pour être mangé par ceux avec qui vous êtes en contact. Laissez les gens vous dévorer ; par la parole et la présence vous proclamez Jésus. (…) Même Dieu ne pouvait pas offrir de plus grand amour qu’en se donnant lui-même comme Pain de vie — pour être rompu, pour être mangé afin que vous et moi puissions manger et vivre, que nous puissions manger et satisfaire ainsi notre faim d’amour.

Et pourtant il ne semblait pas satisfait, car lui aussi avait faim d’amour. Il s’est donc fait l’affamé, l’assoiffé, le nu, le sans-logis et n’a cessé d’appeler : « J’avais faim, j’étais nu, j’étais sans logis. C’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25,40). Le Pain de vie et l’affamé, mais un seul amour : seulement Jésus.

Sainte Teresa de Calcutta (1910-1997)

 

 

20 avril 2021

« C’est mon Père qui vous donne le vrai pain venu du ciel. »

20 avril 2021

Pour les Hébreux, tu as coupé en deux la mer bien visible (Ex 14) ;
Et pour moi, des ténèbres épaisses.
En ce temps-là tu as englouti le Pharaon ;
Et maintenant, le Prince de ce monde, auteur de la mort (Jn 12,31; 8,44).

Pour eux, tu as été une nuée protectrice pendant le jour
Et de nuit, une colonne de feu (Ex 13,21).
Pour moi ma lumière, c’est la connaissance de ton Fils, le Verbe,
Et ma protection, c’est le Saint-Esprit.

En ce temps-là, tu as donné la manne périssable,
Et ceux qui l’ont mangée sont morts ;
Maintenant, c’est ton corps céleste
Qui donne la vie à ceux qui le mangent.

Eux, ils ont bu l’eau jaillie du rocher (Ex 17),
Et moi j’ai bu le sang de ton côté, toi mon Rocher (Jn 16,34; Ps 18,3).
Eux, ils ont vu suspendu le serpent d’airain (Nb 21,9),
Et moi, je t’ai vu sur la croix, toi qui es la vie.

Pour eux, tu as donné la Loi de Moïse,
Écrite sur les tables de pierre ;
Et pour moi, la sagesse de ton Esprit,
Ton Évangile divin.

C’est pourquoi il sera exigé de moi,
Pour ce qui est du bien, beaucoup plus qu’il sera exigé d’eux (…).
Mais toi qui es devenu leur Expiateur,
Ô mon Seigneur, plein de pitié, Fils unique du Père, (…).

Ne m’empêche pas comme la plupart d’entre eux
D’entrer en ta Terre Promise,
Mais avec les deux qui y sont entrés (Dt 1,36; 31,3),
Introduis-moi en ta patrie céleste.

Saint Nersès Snorhali (1102-1173)

 

 

Bonne semaine !

19 avril 2021

 

 

 

« L’œuvre de Dieu c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé. »

19 avril 2021

Les sens sont curieux : la foi ne veut rien connaître, elle (…) voudrait passer toute sa vie immobile au pied du tabernacle. Les sens aiment la richesse et l’honneur ; la foi les a en horreur (…) : « Bienheureux les pauvres » (Mt 5,3). Elle adore la pauvreté et l’abjection dont Jésus se couvrit toute sa vie comme d’un vêtement qui fut inséparable de lui (…) Les sens s’effraient de ce qu’ils appellent les dangers, de ce qui peut amener la douleur ou la mort ; la foi ne s’effraie de rien, elle sait qu’il ne lui arrivera que ce que Dieu voudra — « tous les cheveux de votre tête sont comptés » (Mt 10,30) — et que ce que Dieu voudra sera toujours pour son bien — « Tout ce qui arrive est pour le bien des élus » (Rm 8,28). Ainsi, quoi qu’il puisse arriver, peine ou joie, santé ou maladie, vie ou mort, elle est contente d’avance et n’a peur de rien (…) Les sens sont inquiets du lendemain, se demandent comment on vivra demain ; la foi est sans nulle inquiétude (…)

La foi éclaire tout d’une lumière nouvelle, autre que la lumière des sens, ou plus brillante ou différente. Ainsi celui qui vit de foi a l’âme pleine de pensées nouvelles, de goûts nouveaux, de jugements nouveaux ; ce sont des horizons nouveaux qui s’ouvrent devant lui, horizons merveilleux qui sont éclairés d’une lumière céleste et beaux de la beauté divine. Enveloppé de ces vérités toutes nouvelles dont le monde ne se doute pas, il commence nécessairement une vie toute nouvelle, opposée au monde à qui ses actes semblent une folie. Le monde est dans les ténèbres, dans une nuit profonde. L’homme de foi est en pleine lumière, le chemin lumineux où il marche n’apparaît pas aux yeux des hommes ; il leur semble vouloir marcher dans le vide comme un fou.

Bienheureux Charles de Foucauld (1858-1916)

 

 

« C’est bien moi ! Touchez-moi ! »

18 avril 2021

Comment le corps du Seigneur, une fois ressuscité, est-il resté un corps véritable, alors qu’il a pu entrer auprès des disciples malgré les portes fermées ? Nous devons savoir que l’action divine n’aurait plus rien d’admirable si la raison humaine pouvait la comprendre, et que la foi n’aurait pas de mérite si la raison lui fournissait des preuves expérimentales. De telles œuvres de notre Rédempteur, qui par elles-mêmes sont absolument incompréhensibles, doivent être méditées à la lumière de ses autres actions, en sorte que nous soyons amenés à croire à ces faits merveilleux par d’autres qui le sont plus encore. Car ce corps du Seigneur qui rejoignait les disciples malgré les portes fermées est le même que sa Nativité a rendu visible aux hommes quand il est sorti du sein fermé de la Vierge. Il ne faut donc pas s’étonner si notre Rédempteur, après être ressuscité pour vivre à jamais, est entré malgré les portes fermées, puisqu’en venant en ce monde pour mourir, il est sorti du sein de la Vierge sans l’ouvrir.

Comme la foi de ceux qui regardaient ce corps visible demeurait hésitante, le Seigneur leur a présenté à toucher cette chair qu’il avait fait passer à travers les portes fermées. (…) Or, ce qui se touche se corrompt nécessairement, et ce qui ne se corrompt pas ne peut pas être touché. Mais d’une manière merveilleuse et incompréhensible, notre Rédempteur nous a donné à voir après sa résurrection un corps à la fois incorruptible et palpable. En le montrant incorruptible, il nous invitait à la récompense ; en le donnant à toucher, il nous confirmait dans la foi. Il s’est fait donc voir à la fois incorruptible et palpable, pour bien manifester qu’après sa résurrection son corps restait de même nature, mais qu’il était élevé à une gloire tout autre.

Saint Grégoire le Grand (v. 540-604)

 

 

 

« Aussitôt, la barque atteignit le rivage à l’endroit où ils se rendaient. »

17 avril 2021

Quand se déchaînent les tempêtes,
tu es, Seigneur, notre force.
Nous te louerons, toi le Dieu fort
qui es notre constant secours.
Nous restons fermes près de toi,
mettant en toi notre confiance,
même si la terre est secouée
et si la mer devient houleuse.

Que les flots enflent et déferlent,
que vacillent les montagnes,
la joie nous illuminera,
la cité de Dieu te rend grâce.
En elle tu as ta demeure,
tu préserves sa sainte paix.
Et un fleuve puissant protège
la sublime demeure de Dieu.

Les peuples en folie se déchaînent,
le pouvoir des États s’effondre.
Voici qu’il élève la voix,
la terre gronde, secouée.
Mais le Seigneur est avec nous,
le Seigneur, le Dieu Sabaoth.
Tu es pour nous lumière et salut,
nous ne saurions avoir peur.

Venez tous, venez contempler
les prodiges de sa puissance :
toutes les guerres se meurent,
la corde de l’arc se détend.
Jetez dans le brasier de feu
bouclier et arme de guerre.
Le Seigneur, le Dieu Sabaoth
nous secourt en toute détresse.

Sainte Thérèse-Bénédicte de la Croix [Édith Stein] (1891-1942)

 

 

Union de prière

16 avril 2021

En union de prière, tous les soirs à 18h35 pour les Stes âmes du Purgatoire, tous les jours pour les neuvaines d’Ardouane, le chapelet et tous les vendredis soir, de 21h30 à 22h00, à la demande de Marie Mère des hommes, aux intentions de ce monde, du Pape, à l’ouverture de la Maison de Marie, aux victimes du fanatisme et pour tous ceux partis trop tôt du covid-19 ou malades.

 

 

 

« Ils remplirent douze paniers avec les morceaux qui restaient. »

16 avril 2021

En un clin d’œil, le Seigneur a multiplié un peu de pain. Ce que les hommes font en dix mois de travail, ses dix doigts l’ont fait en un instant. (…) Pourtant, ce n’est pas à sa puissance qu’il a mesuré ce miracle, mais à la faim de ceux qui étaient là. Si le miracle avait été mesuré à sa puissance, il serait impossible de l’évaluer ; mesuré à la faim de ces milliers de gens, le miracle a dépassé les douze corbeilles. Chez les artisans, la puissance est inférieure au désir des clients, ils ne peuvent pas faire tout ce qu’on leur demande ; les réalisations de Dieu, au contraire, dépassent tout désir. (…)

Rassasiés au désert comme jadis les Israélites à la prière de Moïse, ils se sont écriés : « Celui-ci est le prophète dont il est dit qu’il viendra dans le monde. » Ils faisaient allusion aux paroles de Moïse : « Le Seigneur vous suscitera un prophète », non pas n’importe lequel, mais « un prophète comme moi » (Dt 18,15), qui vous rassasiera de pain dans le désert. Comme moi il a marché sur la mer, il est apparu dans la nuée lumineuse (Mt 17,5), il a libéré son peuple. (…) Il a remis Marie à Jean, comme Moïse a remis son troupeau à Josué. (…) Mais le pain de Moïse n’était pas parfait ; il a été donné seulement aux Israélites. Voulant signifier que son don est supérieur à celui de Moïse et l’appel des nations encore plus parfait, notre Seigneur a dit : « Quiconque mangera de mon pain vivra éternellement », car « le pain de Dieu est descendu des cieux » et il est donné au monde entier (Jn 6,51).

Saint Éphrem (v. 306-373)