ACCUEIL

La perfection d’un cœur pur

8 février 2023

En vérité, c’est tout autre chose d’avoir en haine la souillure des vices et de la chair, parce que l’on goûte le bien déjà présent, ou de réfréner les convoitises illicites en vue de la récompense future ; de craindre un dommage présent, ou de redouter des tourments à venir. C’est enfin une perfection beaucoup plus grande de ne vouloir pas s’éloigner du bien pour l’amour du bien lui-même, que de ne pas donner son consentement au mal par peur de souffrir un autre mal.

Dans le premier cas, le bien est volontaire ; dans le second, il paraît forcé, et arraché de haute lutte à un refus par la crainte du supplice ou l’appétit de la récompense. Aussi bien, celui qui ne renonce aux séductions du vice que par le motif de la crainte, retournera, dès que la crainte sera évanouie qui lui faisait obstacle, vers l’objet de ses amours. Pour lui, pas de stabilité dans le bien. Point de repos non plus du côté de la tentation, parce qu’il n’a point la paix solide et constante que donne la chasteté. Où règne le tumulte de la guerre, il est impossible d’échapper au risque d’être blessé. (…)

Celui, au contraire, qui a surmonté les assauts du vice et jouit désormais de la sécurité de la paix, entièrement transformé en l’amour de la vertu pour elle-même, demeurera constant dans le bien auquel il appartient sans partage, parce qu’il n’existe pas, à ses yeux, de plus sensible dommage qu’une atteinte portée à la chasteté intime de son âme. La pureté qu’il a présente, fait son plus cher et plus précieux trésor, comme le plus grave des châtiments serait de voir les vertus pernicieusement violées, ou d’éprouver la souillure empoisonnée du vice.

Saint Jean Cassien (v. 360-435)

 

 

« Honore ton père et ta mère. » (Ex 20,12)

7 février 2023

En honorant le Père céleste, nous honorons aussi nos pères selon la chair : car le Seigneur lui-même l’a clairement ordonné dans la Loi et les Prophètes : « Honore ton père et ta mère, afin d’être heureux et de vivre longtemps sur la terre » (Ex 20,12). Que ce commandement soit entendu en particulier de ceux d’entre vous qui ont père et mère. Les enfants, obéissez à vos parents en toutes choses car c’est une pratique qui plaît au Seigneur.

Le Seigneur en effet n’a pas dit : « Celui qui aime père ou mère n’est pas digne de moi » (Mt 10,37) : que ton ignorance ne te fasse pas mal interpréter cette bonne prescription, mais il a ajouté ceci : « Plus que moi. » Car lorsque les pères d’ici-bas sont d’un avis opposé au Père des cieux, alors il faut obéir à la parole divine. Mais quand ils ne s’opposent en rien à notre pitié, c’est se laisser emporter par l’ingratitude et oublier leurs bienfaits à notre égard que de les mépriser. (…)

La première des vertus des chrétiens est la pitié : honorer les parents, revaloir leurs peines à ceux qui nous ont donné la vie, et selon notre pouvoir leur procurer la paix ; quand bien même en effet nous leur rendrions quantité de leurs bienfaits, pourtant au grand jamais nous ne pourrons à notre tour leur donner la vie. De leur côté, s’ils jouissent grâce à nous de la paix, ils nous fortifieront des bénédictions que le trompeur Jacob arracha par la ruse.

Que le Père des cieux ayant pour agréable notre bonne volonté nous juge dignes de briller comme le soleil en compagnie des justes, dans le royaume de notre Père à qui est la gloire avec le Seul-engendré et Sauveur Jésus Christ, avec le saint et vivificateur Esprit, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

Saint Cyrille de Jérusalem (313-350)

 

 

 

Divine Miséricorde

6 février 2023

Miséricorde divine, qui nous accompagnes pendant toute la vie, j’ai confiance en toi.
Miséricorde divine, qui nous enveloppes particulièrement à l’heure de notre mort, j’ai confiance en toi.
Miséricorde divine, qui nous donnes la vie éternelle, j’ai confiance en toi.
Miséricorde divine, présente à chaque instant de la vie, j’ai confiance en toi.
Miséricorde divine, qui nous protèges du feu de l’enfer, j’ai confiance en toi.
Miséricorde divine, qui convertis des pécheurs endurcis, j’ai confiance en toi.
Miséricorde divine, merveille pour les anges, inconcevable pour les saints, j’ai confiance en toi.
Miséricorde divine, insondable dans tous les mystères divins, j’ai confiance en toi.
Miséricorde divine, qui nous relèves de toute misère, j’ai confiance en toi.
Miséricorde divine, source de notre bonheur et de notre joie, j’ai confiance en toi.
Miséricorde divine, nous appelant du néant à l’existence, j’ai confiance en toi.
Miséricorde divine, qui portes dans tes mains tout ce qui existe, j’ai confiance en toi.
Miséricorde divine, couronnant tout ce qui existe et existera, j’ai confiance en toi.
Miséricorde divine, en laquelle nous sommes tous plongés, j’ai confiance en toi.
Miséricorde divine, doux apaisement des cœurs tourmentés, j’ai confiance en toi.
Miséricorde divine, seul espoir des âmes désespérées, j’ai confiance en toi.
Miséricorde divine, repos des cœurs, paix au milieu des frayeurs, j’ai confiance en toi.
Miséricorde divine, délice et merveille des âmes saintes, j’ai confiance en toi.
Miséricorde divine, qui nous donnes l’espérance contre toute espérance, j’ai confiance en toi.

Ô Dieu éternel, dont la miséricorde est insondable et le trésor de compassion inépuisable, regarde-nous avec bonté et comble-nous de ta miséricorde pour que nous ne désespérions pas dans les moments difficiles, que nous ne perdions pas courage, mais que nous nous soumettions avec grande confiance à ta sainte volonté qui est l’amour et la miséricorde même.

Sainte Faustine Kowalska (1905-1938)

 

 

 

 

« Que votre lumière brille ! »

5 février 2023

C’est une création du monde que la fondation de l’Église : en elle, selon l’expression du prophète (cf. Is 65,17), un ciel nouveau est créé ─ qui est « la solidité de la foi au Christ » (Col 2,5), comme le dit Paul ─ , une terre nouvelle est fondée « qui boit la pluie descendue sur elle » (He 6,7), un autre homme est façonné qui est renouvelé par la naissance d’en haut, à l’image de son Créateur ; la nature des astres devient tout autre, eux dont il est dit : « Vous êtes la lumière du monde » (Mt 5,14) et : « Là où vous brillez comme les lumières du monde » (Ph 2,15), et comme des astres nombreux qui montent dans le firmament de la foi.

Il n’est pas étonnant qu’il y ait dans ce monde nouveau une multitude d’astres dénombrée et dénommée par Dieu. Et le Créateur de pareils astres dit que leur nom est écrit dans les cieux ─ c’est ainsi que je comprends la parole du démiurge de cette nouvelle création : « Vos noms sont écrits dans les cieux » (Lc 10,20). La multitude des astres que le Verbe y crée n’est pas le seul paradoxe de cette nouvelle création : il y a encore le nombre de soleils créés qui éclairent toute la terre habitée des rayons de leurs bonnes œuvres, comme le dit l’Auteur de ces soleils : « Que votre lumière brille à la face des hommes » (Mt 5,14), et : « Alors les justes brilleront comme le soleil » (Mt 13,43).

De même que l’homme qui observe le monde sensible et qui a connu la sagesse manifestée par la beauté de ses réalités, en déduit, à partir de ce qu’il voit, la beauté invisible et la source de cette sagesse dont l’écoulement établit la nature des êtres, de même celui qui porte ses regards sur ce monde nouveau de la création de l’Église voit dans ce monde Celui qui est et devient tout en tous, et il conduit, par le chemin des réalités finies et compréhensibles, sa connaissance jusqu’à l’incompréhensible.

Saint Grégoire de Nysse (v. 335-395)

 

 

 

« Jésus vit une grande foule. Il fut saisi de pitié. »

4 février 2023

La vraie « miséricorde qui est dans les cieux » (Ps 35,6 Vulg), c’est le Christ notre Seigneur. Qu’elle est douce et qu’elle est bonne, cette miséricorde : alors que personne ne la cherchait, elle est descendue des cieux d’elle-même et s’est abaissée pour nous relever. Notre Seigneur a été frappé pour guérir nos blessures ; il est mort pour nous libérer de la mort éternelle ; il est descendu dans le séjour des morts pour ramener au ciel ceux que le diable avait ravis comme sa proie. (…)

De plus le Christ nous a encore promis d’être avec nous jusqu’à l’accomplissement du temps, comme il le dit lui-même dans l’Évangile : « Voici que je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde » (Mt 28,20). Voyez sa bonté, mes frères : il siège désormais au ciel à la droite du Père, et il veut bien peiner encore avec nous sur la terre. Avec nous, il veut avoir faim et soif, avec nous avoir froid, avec nous être un étranger, il ne refuse même pas de mourir et d’être emprisonné avec nous (Mt 25,35s). (…) Voyez quel amour pour nous le pousse ; dans sa tendresse inexprimable, il veut souffrir en nous tous ces maux.

Oui, la vraie miséricorde dans le ciel, notre Christ Seigneur, t’a créé alors que tu n’existais pas, il t’a cherché alors que tu étais perdu, il t’a racheté alors que tu t’étais vendu. Alors, chers frères, nous qui avons été cherchés et trouvés, cherchons celui qui nous a tant aimés. (…) Mais que dis-je, le chercher ? Si seulement nous voulions nous laisser trouver par lui ! (…) Car chaque jour le Christ daigne s’offrir au genre humain. Mais hélas, tous n’acceptent pas de lui ouvrir la porte de leur cœur.

Saint Césaire d’Arles (470-543)

 

 

 

Jean Baptiste, témoin du Christ par toute sa vie

3 février 2023

Vraiment, il est juste et bon de te rendre gloire,
de t’offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu,
à toi, Père très saint, Dieu éternel et tout-puissant.

Nous chantons les merveilles que tu as accomplies
pour le plus grand des enfants des hommes,
Jean Baptiste, le Précurseur :
Avant même de naître,
il tressaillit d’allégresse à l’approche du Sauveur ;
en venant au monde il apportait une grande joie ;
il fut, de tous les prophètes, celui qui désigna le Messie,
l’Agneau de Dieu ;
Dans les eaux qui devaient en être sanctifiées
il baptisa l’auteur du baptême ;
enfin, il rendit au Christ le plus beau témoignage,
le témoignage du martyre.

C’est pourquoi, avec les puissances du ciel,
nous pouvons te bénir sur la terre
et t’adorer en chantant : Saint ! Saint ! Saint, le Seigneur, Dieu de l’univers !

Le Missel romain

(Références bibliques : Mt 11,11; Lc 1,41.14; Jn 1,29)

 

 

Présentation du Seigneur au Temple, fête

2 février 2023

Nazareth est l’école où l’on commence à comprendre la vie de Jésus, l’école de l’Évangile. Ici on apprend à regarder, à écouter, à méditer et à pénétrer la signification, si profonde et si mystérieuse, de cette très simple, très humble et très belle manifestation du Fils de Dieu. Peut-être apprend-on même insensiblement à l’imiter… Comme nous voudrions redevenir enfant et nous remettre à cette école humble et sublime de Nazareth ; comme nous voudrions près de Marie recommencer à acquérir la vraie science de la vie et la sagesse supérieure des vérités divines !…

Une leçon de silence d’abord. Que renaisse en nous l’estime du silence, cette admirable et indispensable condition de l’esprit, en nous qui sommes assaillis par tant de clameurs, de fracas et de cris dans notre vie moderne, bruyante et hypersensibilisée. Ô silence de Nazareth, enseigne-nous le recueillement, l’intériorité, la disposition à écouter les bonnes inspirations et les paroles des vrais maîtres ; enseigne-nous le besoin et la valeur des préparations, de l’étude, de la méditation, de la vie personnelle et intérieure, de la prière que Dieu seul voit dans le secret (Mt 6,6).

Une leçon de vie familiale. Que Nazareth nous enseigne ce qu’est la famille, sa communion d’amour, son austère et simple beauté, son caractère sacré et inviolable ; apprenons de Nazareth comment la formation qu’on y reçoit est douce et irremplaçable ; apprenons quel est son rôle primordial sur le plan social.

Une leçon de travail. Nazareth, maison du « fils du charpentier » (Mt 13,55) : c’est ici que nous voudrions comprendre et célébrer la loi sévère et rédemptrice du labeur humain ; ici, rétablir la conscience de la noblesse du travail ; ici, rappeler que le travail ne peut pas avoir une fin en lui-même, mais que sa liberté et sa noblesse lui viennent, en plus de sa valeur économique, des valeurs qui le finalisent. Comme nous voudrions saluer ici tous les travailleurs du monde entier et leur montrer leur grand modèle, leur frère divin, le prophète de toutes leurs justes causes, le Christ notre Seigneur.

Saint Paul VI

 

 

 

Notre Rédempteur a été comme un passant

1 février 2023

« Et j’ai été à leurs yeux comme un passant. » (Jb 19,15 Vg) N’être pas connu par la synagogue, c’était, pour notre Rédempteur, être dans sa maison comme un passant. C’est ce qu’atteste le Prophète dans ces paroles : « Pourquoi seras-tu sur la terre comme un métayer, comme un voyageur qui s’arrête pour chercher un gîte ? » (Jr 14,8)

Puisqu’il n’a pas été entendu comme Seigneur, il a été tenu non pour un propriétaire du sol, mais pour un métayer. Et comme un voyageur, il n’a fait une halte que pour chercher un gîte : il n’a pris à la Judée que quelques hommes et c’est pour la vocation des Gentils qu’il a achevé son voyage.

Il a donc été à leurs yeux un passant, puisque, en n’attachant leurs pensées qu’à ce qu’ils pouvaient voir, ils ont été impuissants à discerner dans le Seigneur ce qu’ils ne pouvaient pas voir. En méprisant sa chair visible ils n’ont pas atteint son invisible majesté. C’est donc raison de dire : « Et j’ai été à leurs yeux comme un passant. »

Saint Grégoire le Grand (v. 540-604)

 

 

 

Prier avec foi et confiance

31 janvier 2023

Il faut que nos prières soient faites avec confiance, et avec une espérance ferme que le bon Dieu peut et veut nous accorder ce que nous lui demandons, si nous le demandons comme il faut. Dans tous les endroits où Jésus-Christ nous promet de tout accorder à la prière, il met toujours cette condition : « Si vous la faites avec foi. » Quand quelqu’un lui demandait sa guérison ou autre chose, il ne manquait jamais de leur dire : « Qu’il vous soit fait selon votre foi. » (Mt 9, 29) D’ailleurs, mes frères, qui pourrait nous porter à douter, puisque notre confiance est appuyée sur la toute-puissance de Dieu qui est infinie, et sur sa miséricorde qui est sans bornes, et sur les mérites infinis de Jésus-Christ au nom duquel nous prions. Quand nous prions au nom de Jésus-Christ, ce n’est pas nous qui prions mais c’est Jésus-Christ lui-même qui prie son Père pour nous.

L’Évangile nous donne un bel exemple de la foi que nous devons avoir en priant, dans la personne de cette femme qui était atteinte d’une perte de sang. Elle se disait en elle-même : « Si je peux seulement toucher le bord de son manteau, je suis sûre d’être guérie. » (Mt 9,21) Vous voyez qu’elle croyait fermement que Jésus-Christ pouvait la guérir ; elle attendait avec une grande confiance une guérison qu’elle désirait ardemment. En effet, le Sauveur passant près d’elle, elle se jette aux pieds de Jésus-Christ, lui touche son manteau, et aussitôt elle est guérie. Jésus-Christ voyant sa foi, la regarde avec bonté, en lui disant : « Allez, votre foi vous a sauvée. » (Mt 9, 22) Oui, mes frères, c’est à cette foi et à cette confiance que tout est promis.

Saint Jean-Marie Vianney (1786-1859)

 

 

 

Être là où Jésus veut que nous soyons

30 janvier 2023

Lorsque nous désirons suivre Jésus, ne nous étonnons pas s’Il ne nous le permet pas tout de suite, ou même s’Il ne nous le permet jamais : et cela, tout légitime, tout conforme à ses propres conseils, tout agréable que soit à son Cœur, tout inspiré de Lui que soit ce désir. En effet ses vues portent plus loin que les nôtres ; Il veut, non seulement notre bien, mais celui de tous : en Le suivant pas à pas, nous ne procurerions peut-être que notre bien ou celui d’un petit nombre ; en allant où Il nous envoie et en faisant sa volonté, et en ne Lui étant uni que d’âme, sans avoir la consolation de Le suivre d’aussi près dans notre vie extérieure, nous procurons peut-être le bien d’un grand nombre. Il préfère le bien général au bien particulier : d’autant plus que le bien particulier sera produit par ce moyen, non seulement aussi bien, mais mieux qu’en Le suivant : car ce bien particulier ne provient que de sa grâce, et il dépend de Lui de prévenir de grâces deux fois plus, et de rendre deux fois plus saint en cette vie et dans l’autre, le Gérasénien prêchant loin de Lui que le même Gérasénien marchant à sa suite et partageant sa vie… (…)

D’ailleurs, il n’est pas nécessaire de croire que c’est pour toujours qu’Il nous refuse de Le suivre… Peut-être Jésus permet-il quelques mois, quelques années plus tard, au Gérasénien de se joindre aux apôtres… Espérons toujours, autant qu’il y a lieu, mener la vie en soi la plus parfaite et pour le moment, menons parfaitement la vie que Jésus nous fait, celle où Il nous veut, vivons-y comme Il y vivrait Lui-même, si la volonté de son Père l’y mettait ; faisons-y toutes choses comme Il le ferait, si son Père l’y mettait ; faisons-y toutes choses comme Il le ferait, si son Père le mettait à cette place, comme Il nous y met. La vraie perfection, d’ailleurs, est de faire la volonté de Dieu…

Saint Charles de Foucauld (1858-1916)