ACCUEIL

« Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. » (Lc 10,2)

1 octobre 2020

Le Christ laisse à accomplir par son Épouse, dans la suite des temps, une partie de la prière qu’il a récitée au moment d’offrir son sacrifice. Bien que cette prière soit d’une efficacité infinie, Notre-Seigneur veut que nous y unissions la nôtre. Un jour notre divin Sauveur considérant, de son regard divin, la multitude des âmes à racheter, disait à ses apôtres qu’il allait envoyer prêcher l’Évangile : « Priez le Maître de la moisson d’y envoyer des ouvriers » (Lc 10,2). Les apôtres auraient pu répondre : « Seigneur, pourquoi nous dites-vous de prier ? Votre prière ne suffit-elle pas ? » Non, elle ne suffit pas : « Priez » vous aussi. Le Christ Jésus veut avoir besoin de nos prières comme de celles de ses apôtres. (…)

Pensons, aux instants où nous nous recueillons, que (…) du fond du tabernacle, le Christ va nous dire : « Prêtez-moi vos lèvres et vos cœurs pour que je puisse prolonger ma prière ici-bas pendant que là-haut j’offre mes mérites au Père. La prière d’abord : les ouvriers ne viendront qu’ensuite et leur œuvre ne sera féconde que dans la mesure où mon Père, attentif à votre prière qui est la mienne, fera descendre sur terre la rosée céleste de sa grâce ». (…)

Au souvenir du sacrifice qui a racheté le monde entier, se sentant puissante de la puissance même du Sauveur, l’Église, de son regard de mère, parcourt les séries diverses des âmes qui ont besoin du secours d’en haut et offre pour chacune d’elles de spéciales supplications. Imitons cet exemple de notre mère et présentons-nous devant Dieu avec confiance, car à ce moment, nous sommes « la bouche de toute l’Église »

Bienheureux Columba Marmion (1858-1923)

 

 

 

« Je te suivrai partout où tu iras. » (Mt 8,19)

30 septembre 2020

Toi, la joie débordante de mon esprit, toi, la louange de mon cœur et de ma bouche, mon Jésus : je te suivrai partout où tu iras. Quand tu auras revendiqué pour toi mon cœur et que tu l’auras possédé en propre, jamais au monde tu ne pourras m’être enlevé. (…)

« Voilà la race de ceux qui cherchent le Seigneur, qui cherchent la face du Dieu de Jacob. » (Ps 23,6). (…)
Fais-moi, doux Jésus, inscrire et compter dans la race de ceux qui te connaissent, Dieu d’Israël ; dans la race de ceux qui cherchent ta face, Dieu de Jacob ; dans la race de ceux qui t’aiment, Dieu des armées. De grâce, fais que, les mains innocentes et le cœur pur, je reçoive bénédiction et miséricorde, de toi, ô Dieu de mon salut. (…)

Agneau de Dieu, en cette voie où je marche, tiens ma main droite, de peur que je ne défaille. Agneau de Dieu, ce que j’ai commencé en ton Nom, fais que fidèlement je l’accomplisse moyennant ton secours. Agneau de Dieu, que mes péchés ne me soient pas un obstacle, mais qu’en toutes ces demandes, ta miséricorde me fasse progresser. Ô Christ, écoute-moi ; et à l’heure de ma mort, réjouis-moi dans ton salut

Sainte Gertrude d’Helfta (1256-1301)

 

 

 

« Il y eut un combat dans le ciel : celui de Michel et de ses anges contre le Dragon. » (Ap 12,7)

29 septembre 2020

Dans la perfection de leur nature spirituelle, les anges sont appelés dès le début, en vertu de leur intelligence, à connaître la vérité et à aimer le bien qu’ils connaissent d’une manière beaucoup plus pleine et parfaite qu’il n’est possible à l’homme. Cet amour est l’acte d’une volonté libre (…), qui signifie la possibilité de faire un choix pour ou contre le Bien, c’est-à-dire Dieu lui-même. Il faut répéter ici ce que nous avons déjà rappelé en son temps à propos de l’homme : en créant les êtres libres, Dieu a voulu que, dans le monde, se réalise cet amour véritable qui n’est possible que sur la base de la liberté. Il a donc voulu que la créature, constituée à l’image et la ressemblance de son Créateur (Gn 1,26), puisse, de la manière la plus pleine possible, se rendre semblable à lui, Dieu, qui « est amour » (1Jn 4,16). En créant ces purs esprits comme des êtres libres, Dieu, dans sa Providence, ne pouvait pas ne pas prévoir la possibilité du péché des anges. Mais, précisément parce que la Providence est une Sagesse éternelle qui aime, Dieu saurait tirer de l’histoire de ce péché (…) le bien définitif de tout le cosmos créé.

De fait, comme le dit clairement la Révélation, le monde des purs esprits apparaît divisé en bons et mauvais… Comment comprendre une telle opposition ? (…) Les Pères de l’Église et les théologiens n’hésitent pas à parler d’« aveuglement » produit par une surévaluation de la perfection de leur être propre, poussée au point de voiler la suprématie de Dieu qui exigeait à l’inverse un acte de soumission docile et obéissante. Tout cela semble exprimé de manière concise par les mots : « Je ne te servirai pas ! » (Jr 2,20), qui manifestent le refus radical et irréversible de prendre part à l’édification du Règne de Dieu dans le monde créé. Satan, l’esprit rebelle, veut son propre règne, non pas celui de Dieu, et s’érige en premier adversaire du Créateur, en opposant à la Providence, en antagoniste de la sagesse aimante de Dieu. De la rébellion et du péché de Satan, comme aussi de ceux de l’homme, nous devons tirer une conclusion et accueillir la sage expérience de l’Écriture qui affirme : « L’orgueil est la cause de la ruine » (Tb 4,13)

Saint Jean-Paul II (1920-2005)

 

 

 

« Celui qui n’est pas contre vous est pour vous. »

28 septembre 2020

En vertu de la mission qui est la sienne d’éclairer l’univers entier par le message de l’Évangile et de réunir en un seul Esprit tous les hommes, à quelque nation, race, ou culture qu’ils appartiennent, l’Église apparaît comme le signe de cette fraternité qui rend possible un dialogue loyal et le renforce.

Cela exige en premier lieu qu’au sein même de l’Église nous fassions progresser l’estime, le respect et la concorde mutuels, dans la reconnaissance de toutes les diversités légitimes, et en vue d’établir un dialogue sans cesse plus fécond entre tous ceux qui constituent l’unique Peuple de Dieu, qu’il s’agisse des pasteurs ou des autres chrétiens. Ce qui unit en effet les fidèles est plus fort que tout ce qui les divise : unité dans le nécessaire, liberté dans le doute, en toutes choses la charité. En même temps, notre pensée embrasse nos frères et leurs communautés qui ne vivent pas encore en totale communion avec nous, mais auxquels nous sommes cependant unis par la confession du Père, du Fils et de l’Esprit Saint et par le lien de la charité. (…) Nous tournons aussi notre pensée vers tous ceux qui reconnaissent Dieu et dont les traditions recèlent de précieux éléments religieux et humains, en souhaitant qu’un dialogue confiant puisse nous conduire tous ensemble à accepter franchement les appels de l’Esprit et à les suivre avec ardeur.

En ce qui nous concerne, le désir d’un tel dialogue, conduit par le seul amour de la vérité et aussi avec la prudence requise, n’exclut personne : ni ceux qui honorent de hautes valeurs humaines, sans en reconnaître encore l’Auteur, ni ceux qui s’opposent à l’Église et la persécutent de différentes façons. Puisque Dieu le Père est le principe et la fin de tous les hommes, nous sommes tous appelés à être frères. Et puisque nous sommes destinés à une seule et même vocation divine, nous pouvons aussi et nous devons coopérer, sans violence et sans arrière-pensée, à la construction du monde dans une paix véritable

Concile Vatican II

 

 

 

Sortir du péché et entrer dans le Royaume de Dieu

27 septembre 2020

Frères, c’est le moment de sortir, chacun de nous pour sa part, du lieu de notre péché. Sortons de notre Babylone pour rencontrer Dieu notre Sauveur, comme nous en avertit le prophète : « Sois prêt, Israël, pour aller à la rencontre du Seigneur, car Il vient ! » (Am 4,12). Sortons de l’abîme de notre péché et acceptons de partir vers le Seigneur qui a assumé « une chair semblable à celle du péché » (Rm 8,3). Sortons de la volonté du péché et partons faire pénitence de nos péchés. Alors nous trouverons le Christ : lui-même a expié le péché qu’il n’avait absolument pas commis. Alors, celui qui sauve les pénitents nous accordera le salut : « Il fait miséricorde à ceux qui se convertissent » (Si 12,3).

Vous allez me dire : (…) « Qui donc par lui-même peut sortir du péché ? » Oui, en vérité le plus grand péché c’est l’amour du péché, le désir de pécher. Sors donc de ce désir, (…) hais le péché et te voilà sorti du péché. Si tu hais le péché, tu as rencontré le Christ là où il se trouve. À qui hait le péché, (…) le Christ pardonne la faute en attendant d’ôter à la racine nos habitudes mauvaises.

Mais vous dites que même cela est beaucoup pour vous et que sans la grâce de Dieu il est impossible à l’homme de haïr son péché et de désirer la justice : « Que le Seigneur soit loué pour ses miséricordes, pour ses merveilles pour les fils des hommes ! » (Ps 106,8). (…) Ô Seigneur à la main puissante, Jésus tout-puissant, viens libérer ma raison captive du démon de l’ignorance et arracher ma volonté malade de la peste de ses convoitises. Libère mes capacités afin que je puisse agir avec force, comme je le désire de tout cœur

Isaac de l’Étoile (?-v. 1171)

 

 

 

Le Fils de l’homme tire sa gloire de sa croix

26 septembre 2020

Certains tirent gloire de leur savoir ; mais l’apôtre Paul trouve la connaissance suprême dans la croix. « Non, dit-il, je n’ai rien voulu savoir parmi vous, sinon Jésus Christ et Jésus Christ crucifié » (1Co 2,2). La croix n’est-elle pas l’accomplissement de toute la loi, et tout l’art de bien vivre ? À ceux qui se glorifient de leur puissance, Paul peut répondre qu’il tient de la croix une puissance sans égale : « Le langage de la croix est en effet folie pour ceux qui se perdent, mais pour ceux qui se sauvent, pour nous, il est puissance de Dieu » (1Co 1,18). Tirez-vous gloire de la liberté que vous avez acquise ? C’est de la Croix que Paul tient la sienne : « L’homme ancien qui est en nous a été fixé à la croix avec lui, afin que nous ne soyons plus esclaves du péché » (Rm 6,6).

D’autres personnes encore tirent leur gloire d’être élus membres de quelque groupe illustre ; mais nous par la croix du Christ nous sommes conviés à l’assemblée des cieux. « Réconciliant tous les êtres, aussi bien sur la terre que dans les cieux, en faisant la paix par le sang de sa croix » (Col 1,20). Certains se glorifient enfin des insignes du triomphe accordés aux victorieux ; la croix est l’étendard triomphal de la victoire du Christ sur les démons : « Il a dépouillé les Principautés et les Puissances et les a données en spectacle à la face du monde, en les traînant dans son cortège triomphal » (Col 2,15)…

De quoi l’apôtre Paul veut-il se glorifier avant tout ? De ce qui peut l’unir au Christ ; ce qu’il désire, c’est être avec le Christ

Saint Thomas d’Aquin (1225-1274)

 

 

 

« Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté…, qu’il soit tué et… qu’il ressuscite. »

25 septembre 2020

Jésus s’achemine de son plein gré vers les souffrances annoncées par l’Écriture. Il les avait souvent prédites aux disciples et il avait même repris sévèrement Pierre qui avait accueilli leur annonce avec déplaisir (Mt 16,23). Enfin, il avait montré qu’elles réaliseraient le salut du monde. C’est pourquoi il se désigne lui-même aux hommes qui venaient l’arrêter, en disant : « Je suis celui que vous cherchez » (cf. Jn 18,5.8). (…) Il est giflé, couvert de crachats, outragé, torturé, flagellé et finalement crucifié. Il accepte que deux bandits, à sa droite et à sa gauche, soient associés à son supplice ; mis au rang des meurtriers et des criminels, il récolte le vinaigre et le fiel, fruits d’une vigne mauvaise ; il est par moquerie frappé d’un roseau, percé au côté par la lance et enfin mis au tombeau.

Il a souffert tout cela en réalisant notre salut. (…) Par ses épines, il a mis fin aux châtiments infligés à Adam, puisque celui-ci, après son péché, avait entendu cette sentence : « Maudit soit le sol à cause de toi ! Il produira pour toi épines et chardons » (Gn 3,17-18). Avec le fiel, il a pris pour lui ce qu’il y a d’amer et de pénible dans la vie mortelle et douloureuse des hommes ; avec le vinaigre, il a accepté la dégénérescence de la nature humaine et il lui a accordé sa restauration dans un état meilleur. Par la pourpre, il a symbolisé sa royauté ; par le roseau, il a suggéré combien la puissance du démon est faible et fragile. Par la gifle, il a proclamé notre affranchissement [comme on le faisait pour les esclaves] ; il a supporté les violences, les corrections et les fouets qui nous étaient dus.

Il a été frappé au côté, ce qui le fait ressembler à Adam. Mais, loin d’en faire sortir la femme qui, par son égarement, a enfanté la mort, il en fait jaillir une source de vie (Gn 2,21; Jn 19,34). Celle-ci donne la vie au monde par un double ruisseau. L’un, dans le baptistère, nous rénove et nous revêt de la robe d’immortalité ; l’autre, après cet enfantement, nous alimente à la table de Dieu, ainsi qu’on allaite des nouveau-nés

Théodoret de Cyr

 

 

 

Dieu se donne à voir en Jésus, son Fils bien-aimé

24 septembre 2020

Que l’Artisan de l’univers
conserve intact sur la terre
le nombre compté de ses élus,
par son enfant bien-aimé, Jésus Christ.

Par lui il nous a appelés des ténèbres à la lumière,
de l’ignorance à la connaissance de la gloire de son nom.
Nous mettons notre espérance en toi,
Principe de toute la création.

Tu as ouvert les yeux de nos cœurs afin qu’ils te connaissent,
Toi le seul Très-Haut, au plus haut des cieux,
le Saint qui repose au milieu des saints.

Tu abaisses l’insolence des orgueilleux,
tu déjoues les calculs des nations,
tu exaltes les humbles et abaisses les grands ;
tu enrichis et appauvris,
tu prends et tu donnes la vie.

Unique bienfaiteur des esprits,
et Dieu de toute chair ;
tu scrutes les profondeurs,
tu surveilles les œuvres des hommes,
Secours dans les dangers
et Sauveur dans le désespoir,
Créateur et Gardien de tout esprit vivant ! (…)

Nous t’en prions, ô Maître !
Sois notre secours et notre soutien.
Sois le salut des opprimés,
prends pitié des humbles,
relève ceux qui sont tombés.

Montre-toi à ceux qui sont dans le besoin,
guéris les malades,
ramène les égarés de ton peuple,
rassasie ceux qui ont faim,
délivre nos prisonniers,
redresse les faibles,
console les pusillanimes,
que tous les peuples reconnaissent,
que tu es le seul Dieu,
que Jésus Christ est ton fils,
que nous sommes ton peuple et les brebis de tes pâturages

Saint Clément de Rome

 

 

 

« Ils allaient de village en village, annonçant la Bonne Nouvelle. »

23 septembre 2020

Quelle est « la parole de louange » (Ps 65,8) qu’il faut faire entendre ? Celle-ci assurément : « Il a donné la vie à l’âme » des croyants (v.9) ; car Dieu a accordé la constance et la persévérance dans la profession de la foi à la prédication des apôtres et à la confession des martyrs, et la prédication du Royaume des cieux a parcouru la terre en tous sens comme par des pas. En effet « leur message s’est répandu sur toute la terre » (Ps 18,5). Et ailleurs, le Saint-Esprit proclame la gloire de cette course spirituelle : « Comme ils sont beaux, les pas de ceux qui annoncent la bonne nouvelle, de ceux qui annoncent la paix » (Is 52,7). C’est donc cette parole de louange de Dieu qu’il faut faire entendre par la proclamation, selon le témoignage du psalmiste : « Il a donné la vie à mon âme et n’a pas laissé chanceler mes pas » (LXX). En effet, les apôtres ne se sont pas laissés détourner de la course de leur prédication par les terreurs des menaces humaines, et la fermeté de leurs pas solidement posés ne s’est pas laissée écarter du chemin de la foi (…).

Car, après avoir dit : « Il n’a pas laissé chanceler mes pas », le psalmiste ajoute : « Ô Dieu, tu nous as éprouvés, tu nous as épurés par le feu comme on épure l’argent » (v.10). Cette parole, commencée au singulier, se rapporte donc à plusieurs. Car unique est l’Esprit et une la foi des croyants, selon ce qui est dit dans les Actes des Apôtres : « Les croyants n’avaient qu’une seule âme et un seul cœur » (Ac 4,32). (…)

Mais que signifie cette comparaison : « Ils ont été épurés au feu, comme on épure l’argent » ? À mon sens, si on épure l’argent, c’est uniquement pour en séparer les scories qui adhèrent à la matière encore brute (…). C’est pourquoi, quand Dieu met à l’épreuve ceux qui croient en lui, ce n’est pas qu’il ignore leur foi, mais parce que « la persévérance produit la valeur » comme le dit l’apôtre Paul (Rm 5,4). Dieu les soumet à l’épreuve, non pour les connaître, mais pour les amener à la consommation de la vertu. Ainsi, purifiés par le feu et dégagés de tout alliage avec les vices de la chair, ils pourront resplendir de l’éclat d’une innocence qui a fourni ses preuves

Saint Hilaire (v. 315-367)

 

 

 

Le Livre de Vie

22 septembre 2020

L’Évangile est le livre de la vie du Seigneur. Il est fait pour devenir le livre de notre vie.
Il n’est pas fait pour être compris, mais pour être abordé comme un seuil de mystère.
Il n’est pas fait pour être lu, mais pour être reçu en nous.
Chacune de ses paroles est esprit et vie. Agiles et libres, elles n’attendent que l’avidité de notre âme pour fuser en elle. Vivantes, elles sont elles-mêmes comme le levain initial qui attaquera notre pâte et la fera fermenter d’un mode de vie nouveau. (…)

Les paroles de l’Évangile sont miraculeuses. Elles ne nous transforment pas parce que nous ne leur demandons pas de nous transformer. Mais, dans chaque phrase de Jésus, dans chacun de ses exemples demeure la vertu foudroyante qui guérissait, purifiait, ressuscitait. À la condition d’être, vis-à-vis de lui, comme le paralytique ou le centurion ; d’agir immédiatement en pleine obéissance. (…)
Ce qui nous aidera, ce sera de porter, de « garder » en nous, au chaud de notre foi et de notre espérance, la parole à laquelle nous voulons obéir. Il s’établira entre elle et notre volonté comme un pacte de vie.

Quand nous tenons notre évangile dans nos mains, nous devrions penser qu’en lui habite le Verbe qui veut se faire chair en nous, s’emparer de nous, pour que son cœur, greffé sur le nôtre, son esprit branché sur notre esprit, nous recommencions sa vie dans un autre lieu, un autre temps, une autre société humaine.
Approfondir l’Évangile de cette façon-là, c’est renoncer notre vie pour recevoir une destinée qui n’a pour forme que le Christ

Vénérable Madeleine Delbrêl (1904-1964)