ACCUEIL

Archive pour le mot-clef ‘St Grégoire de Nysse’

Fête des saints Innocents, martyrs

mercredi 28 décembre 2022

« A la nouvelle de la naissance du Sauveur, Hérode devint soucieux, et tout Jérusalem avec lui » (Mt 2,3)… C’est le mystère de la Passion que préfigurait déjà la myrrhe des mages ; on fait massacrer sans pitié des nouveau-nés… Que signifie cette tuerie d’enfants ? Pourquoi oser un crime si horrible ? « C’est que, disent Hérode et ses conseillers, un signe étrange a paru dans le ciel ; il annonce aux mages la venue d’un autre roi. » Comprends-tu, Hérode, ce que sont ces signes avant-coureurs ?… Si Jésus est maître des astres, n’est-il pas à l’abri de tes attaques ? Tu crois avoir le pouvoir de faire vivre ou mourir, mais tu n’as rien à craindre de quelqu’un de si doux. Dieu le soumet à ta puissance ; pourquoi conspirer contre lui ?…

Mais laissons là le deuil, « la plainte amère de Rachel qui pleure ses enfants » — car aujourd’hui le Soleil de justice (Ml 3,20) dissipe les ténèbres du mal et répand sa lumière sur toute la nature, lui qui assume notre nature humaine… En cette fête de la Nativité « les portes de la mort sont fracassées, les barres de fer sont brisées » ; aujourd’hui, « s’ouvrent les portes de la justice » (Ps 107,16; 118,19)… Car par un homme, Adam, est venue la mort ; aujourd’hui par un homme vient le salut (Rm 5,18)… Après l’arbre du péché se dresse l’arbre de la bonté, la croix… Aujourd’hui commence le mystère de la Passion.

Saint Grégoire de Nysse (v. 335-395)

 

 

 

« On mangeait, on buvait, on achetait, on vendait. »

vendredi 11 novembre 2022

Le Seigneur a fait à ses disciples de grandes recommandations pour que leur esprit secoue comme une poussière tout ce qui est terrestre dans la nature et s’élève au désir des réalités surnaturelles. C’est qu’il faut, quand on se tourne vers la vie d’en haut, être plus forts que le sommeil et garder toujours l’esprit vigilant. (…) Je parle de cet assoupissement de ceux qui sont enfoncés dans le mensonge de la vie par ces rêves illusoires que sont les honneurs, les richesses, le pouvoir, le faste, la fascination des plaisirs, l’ambition, la soif de jouissance, la vanité et tout ce que l’imagination entraîne les hommes superficiels à poursuivre follement. Toutes ces choses s’écoulent avec la nature éphémère du temps ; elles sont du domaine du paraître (…) ; à peine ont-elles paru exister, elles disparaissent comme les vagues sur la mer. (…)

C’est pour que notre esprit soit dégagé de ces illusions que le Verbe, la Parole de Dieu, nous invite à secouer des yeux de l’âme ce sommeil profond, afin que nous ne glissions pas loin des réalités véritables en nous attachant à ce qui n’a pas de consistance. C’est pourquoi il nous propose la vigilance, en nous disant : « Restez en tenue de service et gardez vos lampes allumées » (Lc 12,35). Car la lumière, en brillant devant les yeux, chasse le sommeil, et les reins serrés par la ceinture empêchent le corps d’y succomber. (…) Celui qui est ceint par la tempérance vit dans la lumière d’une conscience pure ; la confiance filiale illumine sa vie comme une lampe. (…) Si nous vivons comme cela, nous entrerons dans une vie semblable à celle des anges.

Saint Grégoire de Nysse (v. 335-395)

 

 

 

Donner du fruit en Celui qui en a donné à la plénitude du temps

vendredi 18 mars 2022

« Mon bien-aimé est une grappe de raisin de Chypre, dans la vigne d’En-Gaddi » (Ct 1,14). (…) Cette grappe divine se couvre de fleurs avant la Passion et verse son vin dans la Passion. (…) Sur la vigne, la grappe ne montre pas toujours la même forme, elle change avec le temps : elle fleurit, elle gonfle, elle est achevée, puis, parfaitement mûre, elle va se transformer en vin. La vigne promet donc par son fruit : il n’est pas encore mûr et à point pour donner du vin, mais il attend la plénitude des temps. Toutefois, il n’est pas absolument incapable de nous réjouir. En effet, avant le goût, il charme l’odorat, dans l’attente des biens futurs, et il séduit les sens de l’âme par les parfums de l’espérance. Car l’assurance ferme de la grâce espérée devient jouissance déjà pour ceux qui attendent avec constance. Il en est ainsi du raisin de Chypre qui promet du vin avant de le devenir : par sa fleur — sa fleur c’est l’espérance — il nous donne l’assurance de la grâce future. (…)

Celui dont la volonté est en harmonie avec celle du Seigneur, parce qu’ « il la médite jour et nuit », devient « un arbre planté près d’un ruisseau, qui donne du fruit en son temps, et jamais son feuillage ne meurt » (Ps 1,1-3). C’est pourquoi la vigne de l’Époux, qui a pris racine dans la terre fertile de Gaddi, c’est-à-dire dans le fond de l’âme, qui est arrosée et enrichie par les enseignements divins, produit cette grappe fleurissante et épanouie dans laquelle elle peut contempler son propre jardinier et son vigneron. Bienheureuse cette terre cultivée dont la fleur reproduit la beauté de l’Époux ! Puisque celui-ci est la lumière véritable, la vraie vie et la vraie justice (…) et bien d’autres vertus encore, si quelqu’un, par ses œuvres, devient pareil à l’Époux, lorsqu’il regarde la grappe de sa propre conscience, il y voit l’Époux lui-même, car il reflète la lumière de la vérité dans une vie lumineuse et sans tache. C’est pourquoi cette vigne féconde dit : « Ma grappe fleurit et bourgeonne » (cf Ct 7,13). L’Époux est en personne cette vraie grappe qui se montre attachée au bois, dont le sang devient une boisson de salut pour ceux qui exultent dans leur salut.

Saint Grégoire de Nysse (v. 335-395)

 

 

« Quel est donc celui-ci, pour que même les vents et la mer lui obéissent ? »

samedi 29 janvier 2022

« Voici que l’hiver est passé, dit [l’Époux], la pluie s’en est allée, elle a disparu d’elle-même » (Ct 2,11). Le mal porte plusieurs noms selon la diversité de ses effets. Il est hiver, pluie et averse, et chacun de ces noms symbolise respectivement une tentation différente. On l’appelle hiver pour symboliser la multitude des formes du mal. (…) Que dire des tempêtes qui surviennent en mer en hiver ? Soulevée des abîmes, la mer se gonfle et imite les rochers et les montagnes en dressant au-dessus de l’eau ses sommets. Elle s’élance contre la terre comme une ennemie, se précipitant sur les côtes et les ébranlant des coups successifs de ses flots, comme d’autant d’attaques de machines de guerre.

Mais interprétons ces maux de l’hiver et tous ceux qu’on pourrait y ajouter, en les transposant dans leur sens symbolique. (…) Qu’est-ce que cette mer aux flots grondeurs ? Qu’est-ce encore que cette pluie, et que sont ces averses de pluie ? Et comment la pluie cesse-t-elle d’elle-même ? Le sens profond de toutes ces énigmes de l’hiver est en rapport avec quelque chose d’humain et qui concerne la liberté de notre volonté. (…) La nature humaine au commencement fleurissait (…) mais l’hiver de la désobéissance ayant desséché la racine, la fleur tomba et fut dissoute dans la terre ; l’homme fut dépouillé de la beauté immortelle et l’herbe des vertus fut desséchée, l’amour de Dieu s’étant refroidi, tandis que l’iniquité croissait ; des passions sans nombre furent soulevées en nous par les souffles hostiles et entraînèrent les naufragés funestes des âmes.

Mais lorsque vient celui qui apporte le printemps à nos âmes, lui qui, lorsqu’un vent mauvais réveille la mer, menace le vent et dit à la mer : « Silence ! Calme-toi ! » (Mc 4,39), aussitôt tout revient au calme et à la sérénité, et notre nature se remet à verdir et à se parer de ses propres fleurs. Les fleurs de notre vie sont les vertus, qui maintenant fleurissent et produisent leurs fruits « en leur saison » (Ps 1,3). C’est pourquoi le Verbe dit : « Voici que l’hiver est passé ».

Saint Grégoire de Nysse (v. 335-395)

 

 

« Faites attention à ce que vous entendez ! »

jeudi 27 janvier 2022

Le livre des Proverbes demande au disciple de la Sagesse de se mettre à l’école de l’abeille, en disant aux amants de la Sagesse : Va vers l’abeille et vois comme elle est laborieuse et quel respect elle apporte à son travail ; rois et sujets pour leur santé usent de ses produits. Il ajoute qu’elle est recherchée et estimée de tous, qu’elle est démunie de force mais a aimé la sagesse, et qu’à cause de cela elle est proposée en exemple de vie aux gens vertueux. « Elle a été respectée, dit en effet le texte, parce qu’elle a aimé la Sagesse » (Pr 6,8 LXX).

Ce texte conseille donc de ne négliger aucun des enseignements divins, mais de survoler la prairie des paroles inspirées, butinant quelque chose dans chacune en vue de l’acquisition de la Sagesse, et de modeler en soi-même des cellules de cire, afin de déposer dans son cœur comme une ruche le produit du travail, ayant construit dans la mémoire, comme des alvéoles dans la cire, des coffrets étanches pour amasser les diverses sortes d’enseignements. Ainsi, à l’imitation de la sage abeille dont la cire est douce et dont le nard ne blesse pas, nous nous appliquerons sans relâche au travail auguste des vertus. Car c’est bien un travail que de gagner par les peines d’ici-bas les biens éternels et de dépenser ses propres peines pour les rois et les sujets en vue de la santé de leur âme. Une telle âme est recherchée par son Époux et estimée par les anges ; elle réalise la force dans la faiblesse, en aimant la Sagesse.

Ce sont donc des exemples de science et d’amour du travail que nous apporte ce qu’on dit de l’industrieuse abeille. Par ailleurs la répartition des divins charismes spirituels se fait en proportion du zèle apporté au travail.

Saint Grégoire de Nysse (v. 335-395)

 

« Une lumière s’est levée. » (Mt 4,16)

lundi 3 janvier 2022

Parce que la nature humaine, pétrifiée par le culte des idoles et figée par la glace du paganisme, avait perdu toute agilité vers le bien, à cause de cela le soleil de justice se lève sur ce rigoureux hiver et amène le printemps. En même temps que les rayons montent à l’Orient, le vent du sud fait fondre cette glace, en réchauffant toute la masse, afin que l’homme pétrifié par le froid soit pénétré de chaleur par l’Esprit et fonde sous les rayons du Verbe, et qu’il devienne à nouveau une source jaillissante pour la vie éternelle. « Il soufflera son vent et les eaux couleront » (Ps 147,7 LXX). C’est ce que le Baptiste proclamait ouvertement aux Juifs, lorsqu’il leur disait que les pierres se lèveraient pour devenir des enfants du Patriarche (cf. Mt 3,9), imitant sa vertu.

Voilà ce que l’Église apprend du Verbe, quand elle reçoit l’éclat de la vérité par les fenêtres des prophètes et le treillis de la Loi, tant que le mur de la doctrine et ses figures, je veux dire la Loi, demeure (cf. Ct 2,9) ; il montre l’ombre des choses à venir, mais non pas l’image même des réalités. Mais derrière la Loi se tient la vérité qui suit la figure. Elle fait d’abord briller le Verbe pour l’Église par des prophètes, puis la révélation de l’Évangile dissipe tout le spectacle d’ombre des figures. Par elle « le mur de séparation est détruit » (Ep 2,14), et l’air dans la maison est envahi par la lumière céleste : point n’est besoin désormais de recevoir la lumière par des fenêtres, puisque la vrai lumière elle-même éclaire tout ce qui est à l’intérieur des rayons de l’Évangile.

C’est pourquoi le Verbe qui redresse ceux qui sont brisés crie à l’Église à travers les fenêtres : Relève-toi (de ta chute, bien-sûr), toi qui avais glissé dans la boue du péché, toi qui avais été enchaînée par le serpent, qui étais tombée à terre et que la désobéissance avait entraînée dans la chute. Relève-toi !

Saint Grégoire de Nysse (v. 335-395)

 

 

« Aussitôt l’homme se mit à voir, et il suivait Jésus sur la route. »

dimanche 24 octobre 2021

[Sur le mont Sinaï, Moïse dit au Seigneur « De grâce, fais-moi voir ta gloire ». Dieu lui répondit : « Je ferai passer devant toi toute ma beauté (…), mais tu ne peux pas voir ma face » (Ex 33,18s).] Ressentir ce désir me semble provenir d’une âme animée d’amour à l’égard de la beauté essentielle, une âme que l’espérance ne cesse d’entraîner de la beauté qu’elle a vue à celle qui est au-delà. (…) Cette demande audacieuse, qui dépasse les limites du désir, c’est de ne pas jouir de la Beauté par des miroirs et des reflets, mais face à face. La voix divine accorde ce qui est demandé par le fait même qu’elle le refuse (…) : la munificence de Dieu lui accorde l’accomplissement de son désir ; mais en même temps elle ne lui promet pas le repos ou la satiété. (…) C’est en cela que consiste la véritable vision de Dieu : dans le fait que celui qui lève les yeux vers lui ne cesse jamais de le désirer. C’est pourquoi il dit : « Tu ne pourras pas voir mon visage » (…)

Le Seigneur, qui avait répondu ainsi à Moïse, s’exprime de la même façon à ses disciples, mettant en lumière le sens de ce symbole. « Si quelqu’un veut me suivre », dit-il (Lc 9,23) et non : « Si quelqu’un veut me précéder ». À celui qui lui adresse une prière au sujet de la vie éternelle, il propose la même chose : « Viens, suis-moi » (Lc 18,22). Or celui qui suit est tourné vers le dos de celui qui le conduit. Donc l’enseignement que reçoit Moïse sur la manière dont il est possible de voir Dieu est celui-ci : suivre Dieu où qu’il conduise, c’est là voir Dieu. (…)

Il n’est pas possible en effet à celui qui ignore le chemin de voyager en sécurité s’il ne suit pas le guide. Le guide lui montre le chemin en le précédant ; celui qui suit alors ne s’écartera pas du bon chemin, s’il est toujours tourné vers le dos de celui qui le conduit. En effet, s’il se laisse aller sur le côté ou s’il fait face à son guide, il s’engage dans une autre voie que celle que lui montre le guide. C’est pourquoi Dieu dit à celui qu’il conduit : « Tu ne verras pas mon visage », c’est-à-dire : « Ne fais pas face à ton guide ». Car alors tu courrais en sens contraire de lui. (…) Tu vois combien il importe d’apprendre à suivre Dieu. Pour celui qui le suit ainsi, aucune des contradictions du mal ne s’oppose plus à sa marche.

Saint Grégoire de Nysse (v. 335-395)

« Heureux les pauvres de cœur. »

lundi 7 juin 2021

Si Dieu seul est bienheureux, comme dit l’apôtre Paul (1Tm 1,11 ;6,15), si les hommes participent à sa béatitude par leur ressemblance avec lui mais que l’imitation soit impossible, la béatitude est irréalisable pour la condition humaine. Mais il est possible à l’homme d’imiter Dieu en quelque manière. Comment ? La « pauvreté en esprit » me semble désigner l’humilité. L’apôtre Paul nous donne en exemple la pauvreté de Dieu, « qui pour nous s’est fait pauvre, de riche qu’il était, pour nous faire partager sa richesse par sa pauvreté » (2Co 8,9). Tout ce que nous pouvons percevoir par ailleurs de la nature divine dépasse les limites de notre condition, mais l’humilité nous est possible ; nous la partageons avec tous ceux qui vivent sur terre, façonnés de la glaise à laquelle ils retournent (Gn 2,7 ;3,19). Si donc tu imites Dieu en ce qui est conforme à ta nature et ne dépasse pas tes ressources, tu revêts comme un vêtement la forme bienheureuse de Dieu.

Qu’on ne s’imagine pas qu’il est facile d’acquérir l’humilité. Au contraire, ceci est plus difficile que l’acquisition de toute autre vertu. Pourquoi ? Parce qu’à l’heure où se reposait l’homme qui avait semé le bon grain, l’ennemi a semé la part la plus considérable de la semence, l’ivraie de l’orgueil, qui a pris racine en nous (Mt 13,25)…

Comme presque tous les hommes sont naturellement portés à l’orgueil, le Seigneur commence les Béatitudes, en écartant ce mal initial de l’orgueil et en conseillant d’imiter le vrai Pauvre volontaire qui en vérité est bienheureux, de manière à lui ressembler, selon notre pouvoir, par une pauvreté volontaire pour avoir part à sa propre béatitude. « Ayez en vous, écrit saint Paul, les sentiments qui furent ceux du Christ Jésus. Quoique de condition divine, il ne s’est pas prévalu de son égalité avec Dieu mais il s’est anéanti lui-même et prit la condition d’esclave » (Ph 2,5-7).

Saint Grégoire de Nysse (v. 335-395

 

 

 

« Père saint, garde mes disciples … pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes. »

dimanche 16 mai 2021

Le Bien-Aimé dit dans le Cantique des Cantiques : « Unique est ma colombe, unique ma parfaite. Elle est la fille unique de sa mère… » (6,9). Mais le sens de ces paroles nous apparaît plus clairement dans le discours du Seigneur rapporté par l’Évangile. Par sa bénédiction il a donné toute puissance à ses disciples ; puis, en priant son Père, il accorde les autres biens à ceux qui en sont dignes. Et il ajoute le plus important des biens : que ses disciples ne soient plus divisés (…), mais qu’ils soient tous un par leur union au seul et unique bien. Ainsi par « l’unité de l’Esprit Saint », étant liés « par le lien de la paix », ils seront tous « un seul corps et un seul esprit, par l’unique espérance à laquelle ils ont tous été appelés » (Ep 4,3-4). (…)

« Qu’ils soient un comme toi, Père tu es en moi et moi en toi. » Or, le lien de cette unité, c’est la gloire. Que l’Esprit Saint soit appelé gloire, personne ne pourrait y contredire s’il est attentif aux paroles du Seigneur : « La gloire que tu m’as donnée, je la leur ai donnée » (Jn 17,22). En effet, il leur a donné cette gloire quand il a dit : « Recevez l’Esprit Saint » (Jn 20,22). Cette gloire, qu’il possédait de tout temps, « avant le commencement du monde » (Jn 17,5), le Christ l’a pourtant reçue lorsqu’il a revêtu notre nature humaine. Et lorsque cette nature a été glorifiée par l’Esprit, tout ce qui participe de la même nature a reçu la communication de la gloire de l’Esprit, en commençant par les disciples. C’est pourquoi Jésus dit : « Père, la gloire que tu m’as donnée, je la leur ai donnée, afin qu’ils soient un comme nous sommes un ».

Saint Grégoire de Nysse (v. 335-395)

 

 

« Il le conduisit dans une auberge et prit soin de lui. »

lundi 5 octobre 2020

« Et qui est mon prochain ? » Pour répondre, le Verbe, la Parole de Dieu, expose sous la forme d’un récit toute l’histoire de la miséricorde : il raconte la descente de l’homme, l’embuscade des brigands, l’arrachement du vêtement impérissable, les blessures du péché, l’emprise de la mort sur la moitié de la nature (l’âme, elle, demeurant immortelle), le passage en vain de la Loi, puisque ni le prêtre ni le lévite n’ont soigné les plaies de l’homme qui avait été la victime des brigands. « En effet, le sang des taureaux ou des boucs ne peut pas enlever les péchés » (He 10,4) ; seul pouvait le faire celui qui a revêtu toute la nature humaine par les prémices de la pâte où avaient part toutes les races : Juifs, Samaritains, Grecs, et l’humanité toute entière. C’est lui qui avec son corps, c’est-à-dire sa monture, s’est trouvé dans le lieu de la misère de l’homme ; il a soigné ses blessures, il l’a fait reposer sur sa propre monture et lui a donné comme abri sa propre miséricorde, où tous ceux qui peinent et ploient sous le fardeau trouvent le repos (Mt 11,28). (…)

« Celui qui demeure en moi, moi je demeure en lui » (Jn 6,56). (…) Celui qui trouve son abri en cette miséricorde du Christ reçoit de lui deux pièces d’argent, dont l’une est d’aimer Dieu de toute son âme, l’autre d’aimer son prochain comme soi-même, selon la réponse du docteur de la Loi (Mc 12,30s). Mais puisque « ce ne sont pas ceux qui écoutent la Loi qui sont justes devant Dieu, mais ceux qui la mettent en pratique » (Rm 2,13), il faut non seulement recevoir ces deux pièces d’argent (…), mais apporter aussi sa contribution personnelle par ses œuvres pour l’accomplissement de ces deux commandements. C’est pourquoi le Seigneur dit à l’hôtelier que tout ce qu’il aura fourni pour le soin du blessé, il le lui rendra, lors de son second avènement, à la mesure de son zèle

Saint Grégoire de Nysse (v. 335-395)