ACCUEIL

Archive pour la catégorie ‘Enseignement’

Heureux ce serviteur fidèle !

mardi 20 octobre 2020

Quand on est fidèle à garder habituellement le sentiment de la présence de Dieu, l’ardeur de l’amour est constante ; « toute notre activité », même la plus ordinaire, est non seulement « gardée pure de toute tache » (Règle de S. Benoît, ch. IV), mais encore élevée à un niveau surnaturel ; toute notre vie est irradiée d’une clarté céleste, pleine d’une douceur qui « descend du Père des lumières » (Jc 1,17), et qui est le secret de notre force et de notre joie.

L’habitude de la présence de Dieu dispose l’âme aux visites divines. Il arrive, et à certaines âmes il arrive fréquemment, qu’on éprouve malgré sa bonne volonté une réelle difficulté à faire l’oraison à l’heure assignée ; la fatigue, le sommeil, un état maladif, les distractions empêchent, en apparence, les efforts d’aboutir : c’est là la sécheresse et l’aridité spirituelles. Que l’âme, pourtant, demeure fidèle et fasse ce qu’elle peut pour rester près du Seigneur, même si elle est sans élan et sans ferveur sensible : « je suis toujours avec toi, tu m’as saisi la main droite » (Ps 72,23) ; Dieu l’abordera à un autre moment. Il faut dire de ces visites du Seigneur ce que l’Écriture proclame de son apparition suprême au terme de notre existence terrestre : « Vous ne savez pas à quelle heure le Seigneur viendra » (Mt 24,42).

Si partout, dans la cellule, dans le cloître, au jardin, au réfectoire, nous vivons recueillis en la présence divine, Notre-Seigneur viendra, la Trinité viendra : (cf. Jn 14,23), les mains pleines de lumières, de ces clartés qui nous envahissent jusqu’au fond de nous-même et qui ont parfois une répercussion considérable sur notre vie intérieure. Soyons donc, par notre recueillement, « semblables à ceux qui attendent la venue de leur Seigneur » (Lc 12,36) ; le Seigneur nous trouvant prêt nous fera entrer avec lui, dans la salle du festin

Bienheureux Columba Marmion (1858-1923)

 

 

 

 

Notre seul bien, c’est Dieu !

lundi 19 octobre 2020

Peut-être dira-t-on : « Dans tant d’années, je ferai et mènerai à terme ceci ou cela » ? Alors toi qui parles ainsi, sans même savoir comment tu passeras le jour d’aujourd’hui, ne songes-tu pas en toi-même que tu n’écoutes pas la parole : « Insensé, insensé, cette nuit même on te redemandera ton âme, et ce que tu auras amassé pour la perdition de ton âme, qui l’aura ? » (Lc 12,20 ; cf. Ac 8,20) Imitons donc l’union indissoluble des apôtres avec le maître de tous et notre Dieu.

C’est pourquoi, comme si vous étiez sous les yeux du Seigneur, hâtez-vous vers votre salut ! Aimons à souffrir quelques afflictions, afin de nous réjouir éternellement ! Bien qu’il soit pénible, acceptons le songe éphémère de la vie présente afin de jouir du jour sans fin du royaume des cieux ! Voici que Dieu vous appelle, voici qu’il vous tend la main, voici que le Saint-Esprit travaille avec vous, que par sa main, sa droite, le Seigneur Jésus Christ, vous soutient. N’ayons pas peur ! Le diable a été terrassé, sur lui nous avons remporté la victoire, Christ est ressuscité, la mort ne domine plus (cf. Rm 6,9), les forces de Béliar sont brisées.

Vous êtes des fils précieux et délicats, vous tirez votre très grand prix de la douceur de la vertu, vous êtes plus purs que l’or (cf. Lm 4,2 ; Ap 21,18.21), vous brillez d’un plus vif éclat que les diamants, vous êtes pareils à de jeunes épousées, désirés de Dieu, fils du ciel, bien dignes d’admiration ! Votre seul bien, votre seule patrie, la seule vie conforme à votre naissance, c’est Dieu, le Seigneur de tous, l’auteur de la création. Encore un peu de temps et nous aurons vaincu, encore un peu de temps et la mort sera là. Soyez tous sauvés, prenez courage dans le Seigneur

Saint Théodore le Studite (759-826)

 

 

 

S’acquitter de ses devoirs

dimanche 18 octobre 2020

Le bon ordre du monde dépend de la fidélité de chacun à s’acquitter des devoirs de son état. Tous les désordres naissent de la négligence qu’on a à s’en acquitter. Ce serait quelque chose de beau que le monde, si chacun s’acquittait des devoirs de son état. C’est ce qu’on néglige davantage, même les gens de pitié, et quelquefois ceux-ci plus que les autres. On ne s’en accuse pourtant point. (…)

Un homme qui manque aux devoirs de son état, quoi qu’il fasse d’ailleurs, est une voix discordante dans l’harmonie du monde. (…) Quand on choisit un état, on n’envisage que les avantages humains qui s’y rencontrent, et point du tout les devoirs. On ne saurait manquer à ces devoirs sans blesser le prochain. Et comme Dieu a ces intérêts beaucoup plus à cœur que les siens propres, de là vient qu’il est plus dangereux d’y manquer. (…)

Les omissions en ce point se commettent aisément. On ne s’en aperçoit qu’avec peine et, par conséquent, c’est rarement qu’on les répare. Ce sont des péchés qu’on fait en ne faisant rien ; c’est un péché qui ne consiste pas en une méchante action et qui est souvent la suite d’une bonne œuvre. En omettant vos devoirs, vous damnez les autres et vous vous damnez vous-mêmes : les autres, parce que vous n’avez pas soin de les tenir dans leurs devoir ; vous-même parce que vous ne vous acquittez pas du vôtre.

Saint Claude la Colombière (1641-1682)

« L’Esprit Saint vous enseignera à cette heure même ce qu’il faudra dire. »

samedi 17 octobre 2020

On arrêta ensemble les saints et on les conduisit au préfet de Rome, Rusticus. Quand ils furent devant le tribunal, le préfet Rusticus dit à Justin (…) : « À quelle science te consacres-tu ?
— J’ai successivement étudié toutes les sciences. J’ai fini par m’attacher à la doctrine vraie des chrétiens (…).
— Quelle est cette doctrine ?
— Nous adorons le Dieu des chrétiens ; ce Dieu, nous croyons qu’il est unique, que dès l’origine il est le créateur de tout l’univers, des choses visibles et invisibles. Nous croyons que Jésus Christ, le serviteur de Dieu, est Seigneur, annoncé par les prophètes comme devant assister la race des hommes, messager du salut et maître du beau savoir. Moi qui ne suis qu’un homme, je suis trop petit pour parler dignement de sa divinité infinie ; je reconnais qu’il y faut une puissance de prophète. (…) Or les prophètes étaient inspirés d’en-haut, quand ils ont annoncé sa venue parmi les hommes. »

Le préfet Rusticus demanda : « Où vous réunissez-vous ? (…) Où rassembles-tu tes disciples ?
— Je demeure au-dessus d’un certain Martin, près du bain de Timothée. (…) Tous ceux qui ont voulu m’y trouver, je leur ai communiqué la doctrine de la vérité.
— Tu es donc chrétien ?
— Oui, je suis chrétien. »

Le préfet Rusticus dit à Chariton : « À ton tour, Chariton. Es-tu chrétien ?
— Je suis chrétien par la volonté de Dieu. (…) »

Rusticus dit à Evelpiste :
— Et toi, qu’es-tu, Evelpiste ? (…)
— Moi aussi je suis chrétien. Esclave, j’ai été affranchi par le Christ, je partage la même espérance, par la grâce du Christ.

À Hierax Rusticus demande (…)
— Est-ce Justin qui t’a fait chrétien ?
— J’ai toujours été chrétien, et je le serai toujours.

Péon se leva et dit : « Moi aussi, je suis chrétien. » (…)

Evelpiste ajouta : « J’écoutais sans doute avec plaisir les leçons de Justin ; mais je dois à mes parents d’être chrétien » (…)

Le préfet dit à Libérien : « Et toi, qu’as-tu à dire, es-tu chrétien ? Es-tu toi aussi un impie ?
— Moi aussi je suis chrétien. Je ne suis pas un impie, mais j’adore le seul vrai Dieu. »

Le préfet revint à Justin : « Écoute-moi, toi qu’on dit éloquent et qui crois posséder la doctrine véritable. Si tu es fouetté, puis décapité, es-tu convaincu qu’après tu monteras au ciel ? »
— J’espère que j’y aurai ma demeure, si je supporte tout cela. Et je sais que la récompense divine est réservée, jusqu’à la consommation de l’univers entier, à tous ceux qui auront vécu de la sorte
Rusticus : Tu imagines donc que tu y recevras des récompenses ?
— Je ne l’imagine pas, j’en suis convaincu, j’en ai la certitude.

Actes du martyre de saint Justin et ses compagnons (l’an 163)

 

 

 

« Je vous le dis, à vous mes amis : ne craignez pas ceux qui tuent le corps. »

vendredi 16 octobre 2020

Celui qui ne connaît pas Dieu, tout en pouvant avoir de multiples espérances, est dans le fond sans espérance, sans la grande espérance qui soutient toute l’existence (cf Ep 2,12). La vraie, la grande espérance de l’homme, qui résiste malgré toutes les désillusions, ce peut être seulement Dieu — le Dieu qui nous a aimés et qui nous aime toujours « jusqu’au bout », « jusqu’à ce que tout soit accompli » (Jn 13,1 ;19,30).

Celui qui est touché par l’amour commence à comprendre ce qui serait précisément « la vie ». Il commence à comprendre ce que veut dire la parole d’espérance dans le rite du baptême : « De la foi j’attends la vie éternelle », la vie véritable qui, totalement et sans menaces, est simplement la vie dans toute sa plénitude. Jésus, qui a dit qu’il est « venu pour que nous ayons la vie et que nous l’ayons en plénitude, en abondance » (Jn 10,10), nous a aussi expliqué ce que signifie « la vie » : « La vie éternelle, c’est de te connaître, toi le seul Dieu, le vrai Dieu, et de connaître celui que tu as envoyé, Jésus Christ » (Jn 17,3). La vie dans le sens véritable, on ne l’a pas en soi, de soi tout seul et pas même seulement par soi : elle est une relation. Et la vie dans sa totalité est relation avec Celui qui est la source de la vie. Si nous sommes en relation avec celui qui ne meurt pas, qui est lui-même la Vie et l’Amour, alors nous sommes dans la vie. Alors nous vivons

Benoît XVI

 

 

 

 

« Les scribes et les pharisiens se mirent à lui en vouloir terriblement et le harcelaient. »

jeudi 15 octobre 2020

Avec une crainte mêlée d’allégresse, j’estime souhaitable de dire ici quelque chose des souffrances que tu as endurées pour moi, toi le Dieu de tous !

Tu t’es tenu debout au tribunal de ta créature, dans une nature qui était la mienne ;
Tu n’as pas parlé, ô Toi qui donnes la parole ;
Tu n’as pas élevé la voix, toi qui crées la langue ;
Tu n’as pas crié, ô Toi qui ébranles la terre ; (…)
Tu n’as pas livré à la honte celui qui te livrait aux tourments de la mort ;
Tu n’as pas opposé de résistance lorsqu’on Te liait,
et lorsqu’on te souffletait, tu ne t’es pas indigné.
Lorsqu’on crachait sur Toi, Tu n’as pas injurié,
et lorsqu’on te donnait des coups de poing, tu n’as point frémi.
Lorsqu’on se moquait de toi, tu ne t’es pas courroucé,
et lorsqu’on te bafouait, tu n’as pas altéré ton visage (Is 50,7). (…)

Loin de te donner un instant de répit, toi la source de vie,
aussitôt ils t’ont préparé, pour le porter,
l’instrument de la mort.
Tu l’as reçu avec magnanimité,
tu l’as pris avec douceur,
tu l’as soulevé avec patience ;
tu t’es chargé, comme si tu étais un coupable,
du bois des douleurs

Saint Grégoire de Narek (v. 944-v. 1010)

 

 

 

Le zèle amer des pharisiens

mercredi 14 octobre 2020

Il se rencontre des formes de mauvais zèle qui prennent les apparences du bon. C’est, par exemple, le zèle des pharisiens, stricts observateurs de la loi extérieure. Ce zèle « amer » (…) a sa source non dans l’amour de Dieu et du prochain, mais dans l’orgueil. Ceux qui en sont atteints sont remplis de l’estime déréglée de leur propre perfection ; ils ne conçoivent pas d’autre idéal que le leur ; tout ce qui ne s’y accorde pas est nécessairement blâmé ; ils veulent tout plier à leur manière de voir et de faire : de là les dissensions ; ce zèle aboutit à la haine.

Voyez avec quelle âpreté les Pharisiens, animés de ce zèle, poursuivaient le Seigneur, lui posant des questions insidieuses, lui tendant des pièges et des embûches, cherchant non à connaître la vérité, mais à prendre le Christ en défaut. Voyez comme ils le pressent, comme ils le provoquent à condamner la femme adultère : « Moïse nous ordonne de lapider cette femme ; vous, Maître, que dites-vous ? » (Jn 8,5). Voyez comme ils lui reprochent d’opérer des guérisons le jour du sabbat (Lc 6,7) ; comme ils font grief aux disciples de froisser des épis le jour du repos (Mt 12,2) ; comme ils se scandalisent de voir le divin Maître prendre ses repas avec des pécheurs et des publicains (Mt 9,2) ; autant de manifestations de ce « zèle amer » où il entre si souvent de l’hypocrisie

Bienheureux Columba Marmion (1858-1923)

 

 

 

« Donnez en aumône ce que vous avez, et alors tout sera pur pour vous. »

mardi 13 octobre 2020

Dieu se trouve dans le cœur détaché, dans le silence de la prière, dans la souffrance comme sacrifice volontaire, dans le vide du monde et de ses créatures… Dieu est dans la croix et, tant que nous n’aimerons pas la croix, nous ne le verrons pas, nous ne le sentirons pas… Taisez-vous, les hommes, qui n’arrêtez pas de faire du bruit !

Ah, Seigneur, que je suis heureux dans ma retraite ! Comme je t’aime dans ma solitude ! Comme je voudrais t’offrir ce que je n’ai plus, car je t’ai tout donné ! Demande-moi, Seigneur… Mais que puis-je te donner ? Mon corps, tu l’as déjà, il est à toi ; mon âme, Seigneur, vers quoi soupire-t-elle, si ce n’est vers toi, pour qu’à la fin tu finisses par la prendre ? Mon cœur est aux pieds de Marie, pleurant d’amour, et sans plus rien vouloir que toi. Ma volonté…, par hasard, Seigneur, je désire ce que tu ne désires pas ? Dis-le moi ; dis-moi, Seigneur, quelle est ta volonté et je mettrai la mienne à l’unisson. J’aime tout ce que tu m’envoies et me donnes, aussi bien la santé que la maladie, aussi bien être ici qu’être là, aussi bien être une chose qu’une autre ; ma vie…, prends-la, Seigneur, quand tu voudras. Comment ne pas être heureux ainsi ?

Si le monde et les hommes savaient… Mais ils ne sauront pas : ils sont très occupés avec leurs intérêts, ils ont le cœur très plein de choses qui ne sont pas Dieu. Le monde vit beaucoup pour une fin terrestre ; les hommes rêvent de cette vie, dans laquelle tout est vanité, et ainsi, ils ne peuvent pas trouver le vrai bonheur qui est l’amour de Dieu. Peut-être qu’on arrive à comprendre ce bonheur, mais pour le ressentir il y en a très peu qui renoncent à eux-mêmes et prennent la croix de Jésus… (Mt 16,24), même parmi les religieux… Seigneur, quelles choses me permets-tu !… Ta sagesse sait ce qu’elle fait. Moi, tiens-moi dans ta main, et ne permets pas que mon pied glisse, car, sans toi, qui viendra à mon aide ? Et « si tu ne bâtis la maison… » (Ps 126,1) Ah, Seigneur, comme je t’aime !… Jusqu’à quand, Seigneur !..

Saint Raphaël Arnáiz Barón (1911-1938)

 

 

 

Des raisons de croire ?

lundi 12 octobre 2020

Les mauvais chrétiens manquent de foi, et ils ne le désavouent pas ; mais ils prétendent s’en excuser sur ce qu’ils manquent de raison de croire. De là vient qu’ils n’est rien de si commun à la bouche de plusieurs que ce discours : « Si j’avais vu un miracle, je serais un saint ». « Génération mauvaise et adultère ! Elle réclame un signe ! » (Mt 12,39), les méchants cherchent des miracles.

Ce qui est en cela de plus admirable, c’est que, quoiqu’ils en aient vu plusieurs, qu’il s’en fasse à leurs yeux chaque jour, qu’ils en soient, pour ainsi dire, tout environnés, ils ne cessent pas d’en chercher encore, comme les scribes et les pharisiens, ils en voulurent voir dans le ciel, après en avoir vu sur la terre. Mais ni les morts ressuscités durant la vie du Sauveur, ni l’éclipse du soleil à la mort, ne les rendirent fidèles ; leur envie en devint plus forte, leur haine plus envenimée ; l’une et l’autre alla jusqu’à la fureur, mais leur infidélité n’en fut pas guérie. Et ainsi en serait-il à l’égard de ceux qui, vivant mal, attendent des miracles pour croire : « Même si quelqu’un ressuscite d’entre les morts, ils ne seront pas convaincus » (Lc 16,31). (…)

Toutes les difficultés qui arrêtent les incrédules, toutes les contradictions qu’ils rencontrent dans les dogmes de la foi, tout ce qu’ils y trouvent d’apparentes contrariétés, tout ce qui leur paraît nouveau, surprenant, contraire au sens commun, contraire à la raison, inconcevable, impossible, tous leurs arguments, toutes leurs démonstrations prétendues, tout cela, bien loin de m’ébranler, m’affermit davantage, me rend inébranlable dans ma religion. (…) Tous les nouveaux doutes sont pour moi de nouvelles raisons de croire

Saint Claude la Colombière (1641-1682)

 

 

 

« Heureux les invités aux noces de l’Agneau. » (Ap 19,9)

dimanche 11 octobre 2020

Avez-vous compris qui est ce roi, père d’un fils qui est lui-même roi ? C’est celui dont le psalmiste disait : « Dieu, donne au roi ton jugement, au fils du roi ta justice » (71,1). (…) « Il célébrait les noces de son fils. » Le Père a donc célébré les noces du roi son Fils, quand il lui a uni l’Église dans le mystère de l’Incarnation. Et le sein de la Vierge Mère a été la chambre nuptiale de cet Époux. C’est pourquoi un psaume dit encore : « Du soleil il a fait sa tente, et lui-même est comme un époux qui sort de son pavillon de noces » (Ps 18,5-6). (…)

Il a donc envoyé ses serviteurs pour inviter ses amis à de telles noces. Il les a envoyés une première fois et une deuxième fois, c’est-à-dire d’abord les prophètes, puis les apôtres, pour annoncer l’Incarnation du Seigneur. (…) Par les prophètes il a annoncé comme future l’Incarnation de son fils unique, et par les apôtres il l’a prêchée une fois accomplie. (…)

« Mais ils n’en tinrent aucun compte et s’en allèrent, l’un à son champ, l’autre à son commerce. » Aller à son champ, c’est s’adonner sans retenue aux tâches d’ici-bas. Aller à son commerce, c’est rechercher avidement son profit dans les affaires de ce monde. L’un et l’autre négligent de penser au mystère de l’Incarnation du Verbe, la Parole de Dieu, et d’y conformer leur vie. (…) Plus grave encore, certains, non contents de mépriser la bienveillance de celui qui les appelle, le persécutent. (…) Toutefois, le Seigneur ne laissera pas de places vides au festin des noces du roi son Fils. Il envoie chercher d’autres convives, car la parole de Dieu, bien qu’elle reste encore méconnue de beaucoup, trouvera bien un jour où se reposer. (…)

Mais vous, frères, qui par la grâce de Dieu êtes déjà entrés dans la salle du festin, c’est-à-dire dans la sainte Église, examinez-vous bien attentivement, de peur qu’à son entrée, le roi ne trouve quelque chose à reprendre dans le vêtement de votre âme

Saint Grégoire le Grand (v. 540-604)