ACCUEIL

Archive pour la catégorie ‘Enseignement’

Généalogie de Jésus

lundi 17 décembre 2018

Dieu, qui par son Verbe crée et conserve toutes choses, présente aux hommes par le monde créé un témoignage incessant de lui-même (Rm 1,20) ; voulant ouvrir le chemin du salut éternel, dès l’origine il s’est manifesté à nos premiers parents… Sans relâche, il a montré sa sollicitude pour tout le genre humain, afin de donner la vie éternelle à tous ceux qui cherchent le salut en persévérant dans le bien. Au moment marqué, il a appelé Abraham pour faire de lui le père d’un grand peuple ; après les patriarches, c’est par Moïse et les prophètes qu’il a formé ce peuple, pour qu’on le reconnaisse comme le seul Dieu vivant et vrai, comme le Père prévoyant et le juste juge, et pour qu’on attende le Sauveur promis. C’est ainsi qu’au long des siècles il a préparé la route à l’Évangile.

« Après avoir à bien des reprises, et de bien des manières, parlé par les prophètes, Dieu, en ces jours qui sont les derniers, nous a parlé par son Fils » (He 1,1-2). Il a en effet envoyé son Fils, c’est-à-dire le Verbe éternel qui « éclaire tous les hommes » (Jn 1,9), pour habiter parmi les hommes et leur faire connaître les secrets de Dieu. Jésus Christ, le Verbe fait chair, envoyé « comme homme aux hommes », « prononce donc les paroles de Dieu » (Jn 3,34) et achève l’œuvre du salut que le Père lui a donnée d’accomplir. Celui qui voit le Christ voit aussi le Père (Jn 14,9), c’est pourquoi Jésus Christ, par toute sa présence, par tout ce qu’il montre de lui-même, par ses paroles, par ses œuvres, par ses signes, par ses miracles, mais surtout par sa mort et sa glorieuse résurrection d’entre les morts, enfin par l’envoi de l’Esprit de vérité, achève la révélation en la rendant accomplie.

Concile Vatican II

 

 

 

« Par ces exhortations et bien d’autres encore, Jean annonçait au peuple la Bonne Nouvelle. »

dimanche 16 décembre 2018

Jean n’a pas seulement parlé en son temps, annonçant le Seigneur aux pharisiens en disant : « Préparez le chemin au Seigneur, rendez droits ses sentiers » (Mt 3,3). Aujourd’hui il crie en nous, et le tonnerre de sa voix ébranle le désert de nos péchés… Sa voix retentit encore aujourd’hui, disant : « Préparez la voie du Seigneur, rendez droits ses chemins »… Il nous demande de préparer la voie du Seigneur non pas en construisant une route, mais par la pureté de notre foi. Le Seigneur ne prend pas les chemins de la terre mais pénètre dans le secret du cœur. Si cette route présente quelque chose de rugueux dans les mœurs, de dur dans notre brutalité, de souillé dans notre conduite, il nous est demandé de le nettoyer, de l’aplanir, de le niveler. Ainsi, à sa venue, le Seigneur, au lieu de trébucher, trouvera un chemin balisé par la chasteté, aplani par la foi, paré de nos aumônes. Le Seigneur a coutume de marcher sur pareille route, puisque le prophète dit : « Frayez la route au Chevaucheur des nuées, son nom est le Seigneur » (Ps 67,5)…

Jean lui-même a parfaitement tracé et ordonné sa voie pour l’arrivée du Christ, car il a été en tout point sobre, humble, pauvre et vierge. « Ce Jean avait son vêtement fait de poils de chameau et un pagne de peau autour des reins ; sa nourriture était de sauterelles et de miel sauvage » (Mt 3,4). Quelle plus grande marque d’humilité que le mépris des vêtements mœlleux pour se vêtir de poils rugueux ? Quelle plus profonde marque de foi que d’être toujours prêt, les reins ceints, à tous les devoirs du service ? Quelle marque de renoncement plus éclatante que de se nourrir de sauterelles et de miel sauvage ?

Saint Maxime de Turin (?-v. 420)

 

 

 

Élie sur le Mont Horeb

samedi 15 décembre 2018

« Voici que le Seigneur passa. Il y eut un vent très violent, qui renversait les montagnes et brisait les rochers devant le Seigneur, mais le Seigneur n’était pas dans le vent. » (1R 19,11) Puis il y eut des tremblements de terre et des éclairs après l’ouragan ; Élie entendit que Dieu n’était pas là non plus. Ces phénomènes avaient pour but de contenir le zèle d’ailleurs louable du prophète dans les limites de sa charge et de lui enseigner, à l’exemple donné par les signes de l’autorité divine, que la sévérité devait se tempérer de miséricorde. Selon le sens caché, les tourbillons de vent qui précédaient la venue de Dieu, les tremblements de terre, les incendies attisés par les vents étaient les signes avant-coureurs du jugement universel…

« Après le feu, il y eut un murmure léger. » Par ce symbole, Dieu retient le zèle immodéré d’Élie. Il veut ainsi lui dire : « Tu vois que les vents déchaînés ne me plaisent pas, ni les tremblements de terre horribles et que je n’aime ni les éclairs ni la foudre : pourquoi n’imites-tu pas la douceur de ton Dieu ? Pourquoi ne relâches-tu pas un peu ce zèle dont tu brûles, pour être plutôt le protecteur que l’accusateur des hommes de ton peuple ? » Le doux murmure représente la joie de la vie bienheureuse qui sera donnée aux justes, quand, à la fin des temps, sera rendu le jugement général redoutable…

« Après avoir entendu ce murmure, Élie se couvrit le visage de son manteau. Il sortit, se tint debout à l’entrée de la grotte, et voici qu’une voix lui disait : ‘Élie, que fais-tu ici ?’ Il répondit : ‘J’éprouve un zèle ardent pour mon Seigneur le Dieu des armées, parce que les fils d’Israël ont abandonné ton alliance’ ». Le prophète se tint à l’entrée de la grotte, sans oser s’approcher de Dieu qui venait, et il se couvrit le visage, dans la pensée qu’il était indigne de voir Dieu… Il avait pourtant devant les yeux un signe de la clémence divine et, ce qui aurait dû le toucher plus encore, il faisait en personne l’expérience de la bonté merveilleuse de Dieu, dans les paroles qu’il lui adressait. Qui ne serait séduit par la bienveillance d’une si grande majesté, par une question si douce : « Élie, que fais-tu ici ? »

Saint Ephrem (v. 306-373)

 

 

 

La vraie violence qui s’empare du Royaume des cieux

jeudi 13 décembre 2018

Josué a traversé le Jourdain pour attaquer la ville de Jéricho. Mais Saint Paul enseigne : « Nous ne luttons pas contre des hommes, mais contre les forces invisibles, les puissances des ténèbres qui dominent le monde, les esprits du mal qui sont au-dessus de nous » (Ep 6,12). Les choses qui ont été écrites sont des images et des symboles. Car Paul dit ailleurs : « Ces évènements servaient d’exemple ; ils ont été écrits pour notre instruction, à nous qui voyons arriver la fin des temps » (1Co 10,11). Si donc ces choses ont été écrites pour notre instruction, eh bien ! pourquoi tardes-tu ? Comme Josué, partons pour la guerre, prenons d’assaut la plus vaste cité de ce monde, c’est-à-dire la méchanceté, et détruisons les murailles orgueilleuses du péché.

Regarderais-tu alentour quel chemin il faut prendre, quel champ de bataille il faut choisir ? Tu vas trouver, sans doute, mes paroles étonnantes, elles sont pourtant vraies : limite tes recherches à toi seul. En toi est le combat que tu vas livrer, à l’intérieur de toi l’édifice du mal et du péché qu’il faut abattre ; ton ennemi sort du fond de ton cœur. Ce n’est pas moi qui le dis, mais le Christ ; écoute-le : « C’est du cœur que viennent les pensées mauvaises, meurtres, adultères, inconduites, vols, faux témoignages, diffamations » (Mt 15,19). Réalises-tu la puissance de cette armée ennemie qui s’avance contre toi du fond de ton cœur ? Voilà nos vrais ennemis.

 

Origène (v. 185-253)

 

 

 

L’abaissement du Christ

mercredi 12 décembre 2018

Apprenez à vous humilier en vérité, non pas en apparence comme ceux qui s’humilient frauduleusement, hypocrites dont parle l’Ecclésiastique : « tel s’abaisse dans une humilité feinte, dont le cœur est rempli de fraude » (Si. 19,23, Vulgate). « Au contraire, dit le bienheureux Bernard, celui qui est vraiment humble, cherche, non point à voir son humilité proclamée, mais à passer pour méprisable. » ~ Même la virginité ne plaît pas à Dieu sans l’humilité, croyez-le bien. La Vierge Marie n’eût pas été la Mère de Dieu si quelque orgueil se fût trouvé en elle. ~ Grande vertu donc celle sans qui tout autre vertu, loin de pouvoir exister, éclate en orgueil. ~

Le Christ a été humilié au point que, de son temps, rien ne fut réputé plus vil que lui. Si grande fut son humilité, si profond fut son abaissement, qui nul ne pouvait juger de lui selon la vérité, nul ne pouvait le croire Dieu. Or, notre Seigneur et Maître a dit de lui-même : « le serviteur n’est pas au-dessus du maître » (Cf. Mt 10,24) ; si donc vous êtes la servante du Christ, le disciple du Christ, vous devez être avilie, sans considération, humble.

Saint Bonaventure (1221-1274)

 

 

 

L’âme dans l’attente de la venue du Seigneur

mardi 11 décembre 2018

Je ne sais pas, Seigneur, à quelle heure tu viendras,

Je veille donc sans cesse et je tends l’oreille,

Moi ta bien-aimée que tu as choisie,

Car je sais que tu aimes venir inaperçu.

Cependant le cœur pur, Seigneur, te pressent de loin.

Je t’attends, Seigneur, dans le calme et le silence,

Avec une grande nostalgie en mon cœur

Et un désir inassouvi.

Je sens que mon amour pour toi se change en brasier

Et comme une flamme s’élèvera dans le ciel, à la fin de mes jours :

Alors tous mes vœux se réaliseront.

Viens donc enfin — mon très doux Seigneur,

Et emporte mon cœur assoiffé

Là-bas chez toi, dans les hautes contrées des cieux

Où règne éternellement ta vie.

Car la vie sur terre n’est qu’une agonie,

Car mon cœur sent qu’il est créé pour les hauteurs

Et rien ne l’intéresse des plaines de cette vie.

Ma patrie, c’est le ciel ; je crois en cela invinciblement.

 

Sainte Faustine Kowalska (1905-1938)

 

 

 

« Qui peut pardonner les péchés sinon Dieu seul ? »

lundi 10 décembre 2018

Ô malheureux Adam ! Que cherchais-tu de plus que la présence divine ? Mais, ingrat, te voilà ruminant ton méfait : « Non, je serai comme Dieu ! » (cf Gn 3,5) Quel orgueil intolérable ! Tu viens d’être fait d’argile et de boue et, dans ton insolence, tu veux être semblable à Dieu ? … C’est ainsi que l’orgueil a engendré la désobéissance, cause de notre malheur…

Quelle humilité pourrait compenser un tel orgueil ? Quelle obéissance d’homme pourrait racheter une telle faute ? Captif, comment l’homme pourrait-il libérer un captif ; impur, comment pourrait-il libérer un impur ? Ta créature va-t-elle donc périr, mon Dieu ? « Oublierais-tu d’avoir pitié ? Renfermerais-tu ta bonté dans ta colère ? » (Ps 76,10) Oh, non ! « —Mes pensées sont des pensées de paix, et non de malheur », dit le Seigneur (Jr 29,11).

Hâte-toi donc, Seigneur ; viens vite ! Vois les larmes des pauvres ; vois, « la plainte des captifs monte jusqu’à toi » (Ps 78,11). Quel temps de bonheur, quel jour aimable et désiré, quand la voix du Père s’écrie : « À cause de la misère des malheureux et des larmes des pauvres, maintenant je me lève » (Ps 11,6)… Oui, « Viens nous sauver, Seigneur, viens toi-même, car il n’y a plus de saints » (Ps 11,2).

Saint Aelred de Rievaulx (1110-1167)

 

 

 

 

 

 

« Que soient plein d’allégresse désert et terre aride ; que la steppe exulte et fleurisse. » (Is 35,1)

dimanche 9 décembre 2018

« Au désert, une voix crie : Préparez la route au Seigneur ! » Frères, il nous faut avant tout réfléchir sur la grâce de la solitude, sur la béatitude du désert, qui dès le début de l’ère du salut a mérité d’être consacré au repos des saints. Certes, le désert a été sanctifié pour nous par « la voix de celui qui crie dans le désert », Jean Baptiste, qui y prêchait et y donnait un baptême de pénitence. Déjà avant lui, les plus saints parmi les prophètes avaient toujours aimé la solitude, en tant que lieu favorable pour l’Esprit (cf 1R 17,2s; 19,3s). Mais ce lieu a reçu une grâce de sanctification incomparablement plus grande quand Jésus y a pris la place de Jean (Mt 4,1)…

Il a demeuré dans le désert pendant quarante jours comme pour purifier et consacrer ce lieu à une vie nouvelle ; il a vaincu le despote qui le hantait…, moins pour lui-même que pour ceux qui y séjourneraient… Attends donc au désert celui qui te sauvera de la peur et de la tempête. Quels que soient les combats qui y fondent sur toi, quelles que soient les privations dont tu souffriras, ne retourne pas en Égypte. Le désert te nourrira mieux avec la manne…

Jésus a jeûné au désert, mais plusieurs fois il a nourri la foule qui l’y a suivi, et d’une façon merveilleuse… Au moment où tu croiras qu’il t’a abandonné depuis longtemps, c’est alors que, n’oubliant pas sa bonté, il viendra te consoler et dira : « Je me suis souvenu de toi, ému de pitié pour ta jeunesse et ton premier amour, quand tu m’as suivi au désert » (Jr 2,2). Alors vraiment, il fera de ton désert un paradis de délices, et toi, tu proclameras comme le prophète que « la gloire du Liban lui a été donnée, la beauté du Carmel et de Saron » (Is 35,2)… Alors ton âme rassasiée fera jaillir une hymne de louange : « Que le Seigneur soit glorifié pour sa miséricorde et ses merveilles envers les hommes ! Car il a rassasié l’âme assoiffée et comblé l’âme affamée » (Ps 106,8-9).

Bienheureux Guerric d’Igny (v. 1080-1157)

 

 

 

 

Marie, « comblée de grâce » dans son Immaculée Conception

samedi 8 décembre 2018

« Réjouis-toi, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi ». Que peut-il y avoir de plus grand que cette joie, ô Vierge Mère ? Que peut-il y avoir au-dessus de cette grâce que tu es la seule à avoir reçue en partage de la part de Dieu ? Que peut-on concevoir de plus joyeux et de plus lumineux ? Tout demeure loin derrière tes merveilles ; tout se trouve au-dessous de ta grâce. Les privilèges les plus certains n’ont que le second rang et ne possèdent qu’un éclat bien moindre.

« Le Seigneur est avec toi ». Qui oserait rivaliser avec toi sur ce point ? Dieu naît de toi. Qui donc ne te céderait la place aussitôt pour te laisser avec joie la première place et l’excellence ? C’est pourquoi, lorsque je te contemple placée au-dessus de toutes les créatures, je proclame hautement tes louanges : « Réjouis-toi, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi ». La joie qui émane de toi n’est pas seulement accordée aux hommes mais aussi à toutes les puissances angéliques du ciel.

~ Dieu lui-même habite corporellement dans ton sein ; il en sort comme l’Époux (Ps 18,6) pour apporter à tous les hommes la joie et la lumière divines. C’est en toi, ô Vierge, que Dieu, comme dans un ciel très pur et lumineux, « a établi sa demeure » (cf. Ps 75,3). « De toi, il s’élance comme un époux quittant la chambre nuptiale » ; imitant « la course d’un géant, il va parcourir la carrière » de sa vie, qui apportera le salut à tous les vivants. S’étendant « d’une extrémité du ciel à l’autre » comme le soleil (Ps 18,6-7), il remplira toutes choses de son ardeur divine et de sa lumière vivifiante.

Saint Sophrone de Jérusalem (?-639)

 

 

 

 

 

« Le Verbe était la lumière véritable qui éclaire tout homme en venant dans le monde. » (Jn 1,9)

vendredi 7 décembre 2018

Ce jour que fit le Seigneur (Ps 117,24) pénètre tout, contient tout, embrasse à la fois ciel, terre et enfer ! La lumière qu’est le Christ n’est pas arrêtée par des murs, ni brisée par les éléments, ni assombrie par les ténèbres. La lumière du Christ, dis-je, est un jour sans nuit, un jour sans fin ; partout, elle resplendit, partout elle rayonne, partout elle demeure. Le Christ est le jour, dit l’apôtre Paul : « La nuit est avancée, le jour approche » (Rm 13,12). La nuit est avancée, dit-il, elle précède le jour. Entendez là que, dès que paraît la lumière du Christ, les ténèbres du diable se dispersent et la nuit du péché ne la suit pas ; la splendeur éternelle chasse les ombres d’hier, et arrête le progrès sournois du mal.

L’Écriture atteste que le jour du Christ illumine le ciel, la terre, l’enfer. Il brille sur la terre : « Il était, dit Jean, la véritable lumière qui éclaire tout homme venant au monde » (Jn 1,9). Il luit dans les enfers. « Sur le peuple qui habitait le pays de l’ombre de la mort, dit le prophète, la lumière resplendit » (Is 9,1). Et dans les cieux, ce jour demeure, comme le dit David : « Sa postérité demeurera en tous les siècles, son trône subsistera aussi longtemps que le jour du ciel » (Ps 89,37).

Saint Maxime de Turin (?-v. 420)

évêque