ACCUEIL

Archive pour le mot-clef ‘Passion’

Délivrés des liens du péché par la croix du Christ

lundi 26 octobre 2020

Saint Paul a dit : « Que je ne me glorifie jamais, sinon dans la croix du Christ » (Ga 6,14). C’était déjà une chose étonnante que l’aveugle de naissance retrouve la vue à Siloé ; mais qu’est-ce que cela faisait à tous les aveugles du monde ? C’était quelque chose de grand et qui dépassait la nature, que la résurrection de Lazare, mort depuis quatre jours ; mais cette grâce ne profitait qu’à lui seul, elle n’apportait rien à tous ceux qui, dans le monde, étaient morts du fait de leurs péchés. C’était étonnant de faire jaillir de la nourriture pour nourrir cinq mille hommes avec cinq pains ; mais cela n’était rien pour ceux qui, dans tout l’univers, souffraient de la faim de l’ignorance. C’était étonnant de délivrer une femme enchaînée par Satan depuis dix-huit ans ; mais qu’est-ce que cela par rapport à nous tous qui sommes ligotés par les chaînes de nos péchés ?

Or, la victoire de la croix a conduit à la lumière tous ceux que l’ignorance rendait aveugles, elle a délié tous ceux que le péché rendait captifs, et elle a racheté toute l’humanité. Ne sois pas surpris que le monde entier ait été racheté. Celui qui est mort pour cela n’était pas seulement un homme, mais le Fils unique de Dieu. La faute d’Adam a apporté la mort au monde entier ; si la chute d’un seul a fait régner la mort sur tous, à plus forte raison, la justice d’un seul ne fera-t-elle pas régner la vie ? (Rm 5,17) Si jadis, par l’arbre dont ils ont mangé le fruit, nos premiers parents ont été rejetés du paradis, est-ce que maintenant, par l’arbre de la croix de Jésus, les croyants n’entreront pas beaucoup plus facilement dans le Paradis ? Si le premier être modelé de terre a apporté la mort pour tous, est-ce que celui qui l’a modelé de la terre ne leur apportera pas la vie éternelle, puisqu’il est lui-même la vie ? (Jn 14,6

Saint Cyrille de Jérusalem (313-350)

 

 

 

« Les scribes et les pharisiens se mirent à lui en vouloir terriblement et le harcelaient. »

jeudi 15 octobre 2020

Avec une crainte mêlée d’allégresse, j’estime souhaitable de dire ici quelque chose des souffrances que tu as endurées pour moi, toi le Dieu de tous !

Tu t’es tenu debout au tribunal de ta créature, dans une nature qui était la mienne ;
Tu n’as pas parlé, ô Toi qui donnes la parole ;
Tu n’as pas élevé la voix, toi qui crées la langue ;
Tu n’as pas crié, ô Toi qui ébranles la terre ; (…)
Tu n’as pas livré à la honte celui qui te livrait aux tourments de la mort ;
Tu n’as pas opposé de résistance lorsqu’on Te liait,
et lorsqu’on te souffletait, tu ne t’es pas indigné.
Lorsqu’on crachait sur Toi, Tu n’as pas injurié,
et lorsqu’on te donnait des coups de poing, tu n’as point frémi.
Lorsqu’on se moquait de toi, tu ne t’es pas courroucé,
et lorsqu’on te bafouait, tu n’as pas altéré ton visage (Is 50,7). (…)

Loin de te donner un instant de répit, toi la source de vie,
aussitôt ils t’ont préparé, pour le porter,
l’instrument de la mort.
Tu l’as reçu avec magnanimité,
tu l’as pris avec douceur,
tu l’as soulevé avec patience ;
tu t’es chargé, comme si tu étais un coupable,
du bois des douleurs

Saint Grégoire de Narek (v. 944-v. 1010)

 

 

 

« Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté…, qu’il soit tué et… qu’il ressuscite. »

vendredi 25 septembre 2020

Jésus s’achemine de son plein gré vers les souffrances annoncées par l’Écriture. Il les avait souvent prédites aux disciples et il avait même repris sévèrement Pierre qui avait accueilli leur annonce avec déplaisir (Mt 16,23). Enfin, il avait montré qu’elles réaliseraient le salut du monde. C’est pourquoi il se désigne lui-même aux hommes qui venaient l’arrêter, en disant : « Je suis celui que vous cherchez » (cf. Jn 18,5.8). (…) Il est giflé, couvert de crachats, outragé, torturé, flagellé et finalement crucifié. Il accepte que deux bandits, à sa droite et à sa gauche, soient associés à son supplice ; mis au rang des meurtriers et des criminels, il récolte le vinaigre et le fiel, fruits d’une vigne mauvaise ; il est par moquerie frappé d’un roseau, percé au côté par la lance et enfin mis au tombeau.

Il a souffert tout cela en réalisant notre salut. (…) Par ses épines, il a mis fin aux châtiments infligés à Adam, puisque celui-ci, après son péché, avait entendu cette sentence : « Maudit soit le sol à cause de toi ! Il produira pour toi épines et chardons » (Gn 3,17-18). Avec le fiel, il a pris pour lui ce qu’il y a d’amer et de pénible dans la vie mortelle et douloureuse des hommes ; avec le vinaigre, il a accepté la dégénérescence de la nature humaine et il lui a accordé sa restauration dans un état meilleur. Par la pourpre, il a symbolisé sa royauté ; par le roseau, il a suggéré combien la puissance du démon est faible et fragile. Par la gifle, il a proclamé notre affranchissement [comme on le faisait pour les esclaves] ; il a supporté les violences, les corrections et les fouets qui nous étaient dus.

Il a été frappé au côté, ce qui le fait ressembler à Adam. Mais, loin d’en faire sortir la femme qui, par son égarement, a enfanté la mort, il en fait jaillir une source de vie (Gn 2,21; Jn 19,34). Celle-ci donne la vie au monde par un double ruisseau. L’un, dans le baptistère, nous rénove et nous revêt de la robe d’immortalité ; l’autre, après cet enfantement, nous alimente à la table de Dieu, ainsi qu’on allaite des nouveau-nés

Théodoret de Cyr

 

 

 

Fête de la Croix Glorieuse

lundi 14 septembre 2020

Il lui fut enseigné [à Gertrude] que lorsque nous nous tournons vers le crucifix, nous devons considérer qu’au fond du cœur le Seigneur Jésus nous dit de sa tendre voix : « Voici comment, à cause de l’amour que j’ai pour toi, j’ai été suspendu à la croix, nu et méprisable, le corps couvert de blessures et tous les membres disloqués. Et pourtant mon Cœur est ému d’une telle douceur d’amour pour toi que, si ton salut l’exigeait et ne pouvait être accompli autrement, j’accepterais d’endurer aujourd’hui pour toi seul tout ce que tu peux voir que j’ai enduré jadis pour le monde tout entier. » Ces réflexions nous doivent porter à la gratitude, car, à vrai dire, ce n’est jamais sans une grâce de Dieu que notre regard rencontre un crucifix. (…)

Une autre fois, appliquant son esprit à méditer sur la Passion du Seigneur, elle comprit que la méditation des prières et leçons relatives à la Passion du Seigneur est d’une efficacité infiniment plus grande que tout autre exercice. Car de même qu’il est impossible de toucher de la farine sans que de la poudre en reste aux mains, ainsi il n’est pas possible de penser avec tant soit peu de ferveur à la Passion du Seigneur sans en tirer quelque fruit. Même celui qui fait une simple lecture sur la Passion dispose au moins son âme à en recevoir le fruit, de sorte que cette simple attention de celui qui s’exerce au souvenir de la Passion du Christ lui est plus profitable qu’à tel autre une attention plus soutenue, mais non occupée par la Passion du Seigneur.

C’est pourquoi, ayons soin sans cesse d’appliquer souvent notre méditation à la Passion du Christ et qu’elle nous devienne comme un rayon de miel à la bouche, une mélodieuse musique à l’oreille, un chant de joie dans le cœur

Sainte Gertrude d’Helfta (1256-1301)

 

 

 

Le signe de la croix paraîtra

vendredi 10 avril 2020

« Vraiment, tu es un Dieu caché ! » (Is 45,15) Pourquoi caché ? Parce qu’il ne lui restait ni éclat ni beauté, et que pourtant la puissance était dans ses mains. C’est là qu’est cachée sa force.

N’était-il pas caché, lorsqu’il remettait ses mains à des brutes et que ses paumes subissaient les clous ? Le trou des clous éclatait dans ses mains, et son flanc innocent s’offrait à la blessure. Ils soumirent ses pieds aux entraves, le fer traversa la plante de ses pieds, et ses pieds furent fixés au poteau. Telles sont ses blessures que, dans sa propre maison et de la main des siens, Dieu a souffertes pour nous. Oh ! qu’elles sont donc nobles, ses plaies qui ont guéri les plaies du monde ! Qu’elles sont victorieuses, ses plaies par lesquelles il a tué la mort et mordu l’enfer ! (…) Tu as, ô Église, tu as, ô colombe, les creux du rocher et le trou de la muraille où te reposer. (…)

Et que feras-tu (…) lorsqu’il viendra sur les nuées avec grande puissance et majesté ? Il descendra dans l’embrasement des cieux et de la terre, et les éléments se dissoudront à la terreur de son avènement. Quand il sera venu, le signe de la croix paraîtra dans le ciel, et le Bien-Aimé montrera les cicatrices des blessures et la place des clous par lesquels, dans sa propre maison, tu l’as cloué.

Saint Amédée de Lausanne (1108-1159)

 

 

 

« Il vaut mieux qu’un seul homme meure pour le peuple. »

samedi 4 avril 2020

Notre bon Seigneur m’a dit une fois : « Toutes choses finiront bien » ; une autre fois, il a dit : « Tu le verras toi-même : tout tournera en bien. » En ces deux paroles, mon âme a compris (…) qu’il veut que nous sachions qu’il prête attention non seulement aux choses nobles et grandes, mais aussi à celles qui sont humbles, petites, peu élevées, simples. C’est ce qu’il signifie lorsqu’il dit : « Toute chose, quelle qu’elle soit, finira bien. »

Il veut que nous comprenions que même la chose la plus minime ne sera pas oubliée. Et il veut que nous comprenions que beaucoup d’actions sont si mauvaises à nos yeux et causent de si grands maux qu’il nous paraît impossible qu’elles aient jamais une bonne fin. Et donc nous nous affligeons et nous nous lamentons tellement que nous ne trouvons plus la paix dans la bienheureuse contemplation de Dieu, comme nous le devrions. Car ici-bas nous raisonnons de façon si aveugle, si basse, si simpliste qu’il nous est impossible de connaître la haute et merveilleuse sagesse, puissance et bonté de la bienheureuse Trinité. (…) C’est comme si Dieu disait : « Prenez garde maintenant de croire et de me faire confiance, et à la fin vous verrez tout dans la vérité et donc la plénitude de la joie » (…)

Il y a une œuvre que la très sainte Trinité accomplira au dernier jour, d’après ce que je vois. Quand cette œuvre sera faite et comment elle sera faite, nulle créature en dessous du Christ ne le sait et ne le saura avant son accomplissement. (…) Si Dieu veut nous faire savoir qu’il fera cette œuvre, c’est pour que nous soyons plus à l’aise, plus paisibles dans l’amour, que nous cessions de fixer notre regard sur toutes les tempêtes qui nous empêchent de nous réjouir en lui vraiment. Telle est la grande œuvre ordonnée par notre Seigneur de toute éternité, trésor profondément caché en son sein béni et connu de lui seul. Par cette œuvre, il fera en sorte que tout finisse bien, car de même que la très sainte Trinité a créé toutes choses de rien, de même elle rendra bonnes toutes choses qui ne le sont pas.

Julienne de Norwich

 

 

 

« Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous comprendrez que moi, Je Suis. »

mardi 31 mars 2020

L’émerveillement est la source à laquelle les philosophes puisent leur grand savoir. Ils rencontrent et contemplent les prodiges de la nature, comme par exemple les tremblements de terre, le tonnerre (…), les éclipses du soleil et de la lune, et touchés par ces merveilles, ils en recherchent les causes. C’est ainsi que par des recherches patientes et de longues investigations, ils parviennent à un savoir et à une subtilité remarquables, que les hommes appellent « la philosophie naturelle ».

Mais il existe une autre forme de philosophie plus élevée, qui est au-dessus de la nature, et à laquelle on parvient également par l’émerveillement : c’est la philosophie des chrétiens. Et, sans aucun doute, de tout ce qui caractérise la doctrine chrétienne, il est particulièrement extraordinaire et merveilleux que le Fils de Dieu, par amour pour l’homme, ait consenti à être crucifié et à mourir sur la croix. (…) N’est-il pas étonnant que celui pour qui nous devons avoir le plus de crainte respectueuse ait ressenti une peur telle qu’il eut une sueur d’eau et de sang ? (…) N’est-il pas étonnant que celui qui donne la vie à toute créature ait enduré une mort si ignoble, cruelle et douloureuse ?

Ainsi ceux qui s’efforcent de méditer et d’admirer ce « livre » si extraordinaire qu’est la croix, avec un cœur doux et une foi sincère, parviendront à un savoir plus fécond que bien d’autres qui étudient et méditent quotidiennement des livres ordinaires. Pour un vrai chrétien, ce livre-ci est un objet d’étude suffisant pour tous les jours de sa vie.

Saint John Fisher (v. 1469-1535)

 

 

 

« Lui qui était dans la condition de Dieu (…) se dépouilla lui-même en prenant la condition de serviteur. » (Ph 2,6-7)

lundi 30 mars 2020

Le Seigneur Jésus, Sauveur de tous, « se fait tout à tous » (1Co 9,22), de manière à se révéler plus petit que les petits, plus grand que les grands. Pour sauver une âme surprise en adultère et accusée par les démons, il s’abaisse jusqu’à écrire du doigt sur la terre (…). Il est lui-même cette sainte et sublime échelle que le voyageur Jacob a vue dans son sommeil (Gn 28,12), l’échelle dressée de la terre jusqu’à Dieu et tendue par Dieu à la terre. Quand il le veut, il monte jusqu’à Dieu, parfois accompagné de quelques-uns, parfois sans qu’aucun homme puisse le suivre. Et quand il le veut, il rejoint la foule des hommes, guérit les lépreux, mange avec les publicains et les pécheurs, touche les malades pour les guérir.

Bienheureuse est l’âme qui peut suivre le Seigneur Jésus partout où il va, montant dans le repos de la contemplation et d’autre part descendant par l’exercice de la charité, le suivant jusqu’à s’abaisser dans le service, à aimer la pauvreté, à supporter la fatigue, le travail, les pleurs, la prière, et finalement la compassion et la passion. Car il est venu pour obéir jusqu’à la mort, pour servir, non pour être servi, et donner, non de l’or ou de l’argent, mais son enseignement et son assistance à la multitude, sa vie pour la multitude (Mc 10,45). (…)

Que ce soit donc pour vous le modèle de la vie, frères : (…) suivre le Christ en montant vers le Père, (…) suivre le Christ en descendant vers le frère, ne refusant aucun exercice de charité, se faisant tout à tous.

Isaac de l’Étoile (?-v. 1171)

 

 

 

Par sa croix le Christ rassemble les hommes divisés et dispersés

samedi 28 mars 2020

Le Christ a scellé en son sang un pacte nouveau, c’est-à-dire la Nouvelle Alliance (1Co 11,25), en appelant d’entre les juifs et les païens une multitude qui s’unirait non pas selon la chair mais dans l’Esprit, afin de constituer le nouveau Peuple de Dieu… : « une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis… ; eux qui jadis n’étaient pas un peuple sont maintenant le peuple de Dieu » (1P 2,9-10)…

Ce peuple messianique, s’il ne comprend pas effectivement tous les hommes et n’apparaît parfois que comme un petit troupeau, n’en est pas moins au sein de toute l’humanité le germe très fort d’unité, d’espérance et de salut. Établi par le Christ en communion de vie, de charité et de vérité, il s’en sert comme l’instrument pour la rédemption de tous les hommes, et il est envoyé au monde entier comme lumière du monde et sel de la terre (Mt 5,13s)… Dieu a convoqué la communauté de ceux qui regardent avec foi vers Jésus, auteur du salut, principe d’unité et de paix, et il en a fait l’Église, afin qu’elle soit pour tous et pour chacun le sacrement visible de cette unité salvifique.

Cette Église qui doit s’étendre à toute la terre et entrer dans l’histoire humaine, domine en même temps les époques et les frontières des peuples. Dans sa marche au milieu des embûches et des tribulations qu’elle rencontre, elle est soutenue par le secours de la grâce divine que le Seigneur lui a promise, pour que dans la faiblesse de la condition humaine, elle ne cesse pas d’être parfaitement fidèle, mais demeure la digne épouse de son Seigneur, et ne cesse de se renouveler sous l’action de l’Esprit Saint, jusqu’à ce que, par la croix, elle parvienne à la lumière qui ne connaît pas de déclin.

Concile Vatican II
Constitution dogmatique sur l’Eglise « Lumen Gentium », § 9

 

 

« Serais-tu plus grand que notre père Jacob ? »

dimanche 15 mars 2020

 

La vue de la beauté de Rachel a rendu Jacob en quelque manière plus fort : il a pu soulever l’énorme pierre de dessus le puits et abreuver le troupeau (Gn 29,10)… En Rachel qu’il épousait, il voyait le symbole de l’Église. C’est pourquoi il fallait qu’en l’embrassant il pleure et souffre (v. 11), afin de préfigurer par son mariage les souffrances du Fils… Combien plus belles les noces de l’Époux royal que celles de ses ambassadeurs ! Jacob a pleuré pour Rachel en l’épousant ; notre Seigneur a couvert l’Église de son sang en la sauvant. Les larmes sont le symbole du sang, car ce n’est pas sans douleur qu’elles jaillissent des yeux. Les pleurs du juste Jacob sont le symbole de la grande souffrance du Fils, par laquelle l’Église des nations a été sauvé.

Viens, contemple notre Maître : il est venu de chez son Père dans le monde, il s’est anéanti pour accomplir sa route dans l’humilité (Ph 2,7)… Il a vu les nations comme des troupeaux tout assoiffés, et la source de vie fermée par le péché comme par une pierre. Il a vu l’Église semblable à Rachel : alors il s’est élancé vers elle, a renversé le péché lourd comme un rocher. Il a ouvert pour son épouse le baptistère pour qu’elle s’y baigne ; il y a puisé, il a donné à boire aux nations de la terre, comme à ses troupeaux. De sa toute-puissance, il a soulevé le lourd poids des péchés ; pour le monde entier, il a mis à découvert la source d’eau douce…

Oui, pour l’Église, notre Seigneur s’est donné une grande peine. Par amour, le Fils de Dieu a vendu ses souffrances, afin d’épouser, au prix de ses plaies, l’Église abandonnée. Pour elle qui adorait les idoles, il a souffert sur la croix. Pour elle, il a voulu se livrer, afin qu’elle soit à lui, tout immaculée (Ep 5,25-27). Il a consenti à mener paître le troupeau entier des hommes, avec le grand bâton de la croix ; il n’a pas refusé de souffrir. Races, nations, tribus, foules et peuples, il a accepté de les conduire tous, pour avoir à lui, en retour, l’Église, son unique (Ct 6,9).

Saint Jacques de Saroug