ACCUEIL

Archive pour le mot-clef ‘St Amédée de Lausanne’

Fête de la Nativité de la Vierge Marie

mardi 8 septembre 2020

Elle fut, par un dessein de la Providence divine, appelée Marie, c’est-à-dire étoile de la mer, pour déclarer par son nom ce qu’elle montre plus clairement par la réalité. (…)

Revêtue de beauté, elle est aussi revêtue de force, elle s’est ceinte pour apaiser d’un geste les remous formidables de la mer. Ceux qui naviguent sur la mer du monde présent et qui l’invoquent avec une pleine confiance, elle les arrache au souffle de la tempête et à la fureur des ouragans, et elle les conduit, triomphants avec elle, au rivage de la patrie bienheureuse. On ne peut dire, mes très chers, combien de fois les uns se heurteraient aux rochers les plus rudes, au risque de sombrer, les autres échoueraient sur les pires écueils pour ne plus revenir (…) si l’étoile de la mer, Marie toujours vierge, ne s’y était opposée par son très puissant secours et si elle n’emportait les siens, le gouvernail déjà brisé et la barque fracassée, privés de tout secours humain, pour les diriger, sous sa céleste conduite, au port de la paix intérieure. Toute à la joie de remporter de nouveaux triomphes, pour la nouvelle délivrance des condamnés et pour les nouveaux accroissements des peuples, elle se félicite dans le Seigneur. (…)

Elle resplendit et se distingue par sa double charité : d’une part, elle est très ardemment fixée en Dieu à qui elle adhère, faisant un seul esprit avec lui ; d’autre part, elle attire et console doucement les cœurs des élus et leur partage les dons excellents venus de la libéralité de son Fils

Saint Amédée de Lausanne (1108-1159)

 

 

 

Solennité de l’Assomption de la Vierge Marie, patronne principale de la France

samedi 15 août 2020

C’est lui ton Fils, ô Marie ! C’est lui qui, pour toi, est ressuscité des morts le troisième jour et, dans ta chair, est monté au-dessus de tous les cieux pour remplir toutes choses. Tu es donc en possession de ta joie, ô bienheureuse, tu as reçu en partage l’objet de ton désir et la couronne de ta tête. Il t’apporte la souveraineté du ciel par la gloire, la royauté du monde par la miséricorde, la domination sur l’enfer par la puissance. Par des sentiments divers, toutes les créatures répondent donc à ta gloire si grande et si ineffable : les anges par l’honneur, les hommes par l’amour les démons par la crainte. Car tu es vénérable pour le ciel, aimable pour le monde, terrible pour l’enfer.

Réjouis-toi donc et sois heureuse, car il est ressuscité celui qui te reçoit, qui est ta gloire, qui exalte ta tête. Tu t’es réjouie dans sa conception, affligée dans sa passion. De nouveau, réjouis-toi dans sa résurrection, et personne ne t’enlèvera ta joie, car le Christ ressuscité des morts ne meurt plus, la mort n’a plus sur lui d’empire.

Aussi l’Esprit t’appelle-t-il et Dieu te dit : « Lève-toi, avance, mon amie, ma colombe, ma belle, et viens. Car déjà l’hiver est passé ; la pluie s’en va, elle a cessé ; les fleurs sont apparues sur notre terre, le temps de la taille est arrivé. » (Ct 2,10-12). (…) L’encensoir suit l’encens ; élevé par la main du Seigneur, il monte jusqu’au trône de Dieu. Il monte, entouré par l’escorte des esprits angéliques qui clament dans les hauteurs en disant : « Quelle est celle-ci qui monte à travers le désert, comme une colonne de fumée exhalée des parfums de myrrhe et d’encens, et de toute la poudre du parfumeur ? » (Ct 3,6

Saint Amédée de Lausanne (1108-1159)

 

 

 

Je vous invite à la joie de la Résurrection

vendredi 17 avril 2020

Mangez, mes amis ; buvez et enivrez-vous, mes bien-aimés (cf. Ct 5,1). Je vous invite à la table de la Sagesse et aux libations du vin qu’elle vous a préparées dans sa coupe (cf. Pr 9,5). Heureux celui qui, admis à un tel banquet, brillera devant les convives dans la robe nuptiale (cf. Mt 22,11).

Le pain de vie lui sera servi, qui fortifie, comble et rassasie d’une merveilleuse douceur, avec le vin de l’allégresse, vin jailli du fruit de la vigne, vrai vin de la résurrection, exprimé de l’arbre de la passion du Seigneur. (…) De plus, ce convive mangera, paré de sa plus belle robe et de l’anneau de paix, le veau gras tué par le Père (cf. Lc 15,22). Les reins ceints de la ceinture de la foi et de la chasteté, les pieds chaussés de sandales pour être prêt à toute œuvre bonne (cf. 2 Tm 3,17), il mangera les chairs de l’Agneau pascal rôties au feu (cf. Ex 12,9). (…) Ayant pris le poisson qui fut trouvé sur des braises au bord de la mer, lorsque le Seigneur apparut aux disciples après sa résurrection (cf. Jn 21,9), il goûtera en même temps le rayon de miel. Alors il dira, répétant le poème du Cantique des Cantiques : « J’ai mangé mon rayon avec mon miel, j’ai bu mon vin avec mon lait. » Regorgeant donc de toutes les délices, il invitera ainsi au festin les autres avec lui : « Mangez, mes amis ; buvez et enivrez-vous, mes bien-aimés. » (Ct 5,1)

Et moi aussi, mes frères, je vous invite à ce festin : « Mangez, mes amis ; buvez et enivrez-vous, mes bien-aimés. » Mangez le pain de vie, buvez le vin de l’allégresse, enivrez-vous de la joie de la résurrection. Cette ivresse est la suprême sobriété, elle efface le souvenir du monde, et imprime sans cesse dans l’esprit l’idée de la présence de Dieu. Quiconque en est ivre oublie tout et ne se souvient plus que de la charité divine. (…) Réjouissez-vous de sa joie, vous qui avez souffert de sa souffrance

Saint Amédée de Lausanne (1108-1159)

 

 

 

Le signe de la croix paraîtra

vendredi 10 avril 2020

« Vraiment, tu es un Dieu caché ! » (Is 45,15) Pourquoi caché ? Parce qu’il ne lui restait ni éclat ni beauté, et que pourtant la puissance était dans ses mains. C’est là qu’est cachée sa force.

N’était-il pas caché, lorsqu’il remettait ses mains à des brutes et que ses paumes subissaient les clous ? Le trou des clous éclatait dans ses mains, et son flanc innocent s’offrait à la blessure. Ils soumirent ses pieds aux entraves, le fer traversa la plante de ses pieds, et ses pieds furent fixés au poteau. Telles sont ses blessures que, dans sa propre maison et de la main des siens, Dieu a souffertes pour nous. Oh ! qu’elles sont donc nobles, ses plaies qui ont guéri les plaies du monde ! Qu’elles sont victorieuses, ses plaies par lesquelles il a tué la mort et mordu l’enfer ! (…) Tu as, ô Église, tu as, ô colombe, les creux du rocher et le trou de la muraille où te reposer. (…)

Et que feras-tu (…) lorsqu’il viendra sur les nuées avec grande puissance et majesté ? Il descendra dans l’embrasement des cieux et de la terre, et les éléments se dissoudront à la terreur de son avènement. Quand il sera venu, le signe de la croix paraîtra dans le ciel, et le Bien-Aimé montrera les cicatrices des blessures et la place des clous par lesquels, dans sa propre maison, tu l’as cloué.

Saint Amédée de Lausanne (1108-1159)

 

 

 

Solennité de l’Annonciation du Seigneur

mercredi 25 mars 2020

Le Verbe est venu de lui-même, et il est descendu au-dessous de lui-même quand il s’est fait chair et a habité parmi nous (cf. Jn 1,14), quand il s’est dépouillé de lui-même, prenant forme d’esclave (cf. Ph 2,7). Son dépouillement fut une descente. Il descendit pourtant de façon à ne pas être privé de lui-même, il s’est fait chair sans cesser d’être Verbe, sans porter atteinte, en prenant l’humanité, à la gloire de sa majesté. (…)

De même en effet que l’éclat du soleil pénètre le verre sans le briser, et que le rayon visuel plonge dans un liquide pur et tranquille sans le séparer ni le diviser pour sonder toutes choses jusqu’au fond, de même le Verbe de Dieu a atteint la demeure virginale et en est sorti, le sein de la Vierge restant clos. (…) Le Dieu invisible s’est donc fait homme visible ; impassible et immortel, il s’est montré passible et mortel. Lui qui échappe aux limites de notre nature, il a voulu y être contenu. Il est enfermé dans le sein d’une mère, celui dont l’immensité renferme tout l’ensemble du ciel et de la terre. Et celui que ne peuvent contenir les cieux des cieux, les entrailles de Marie l’étreignent.

Si tu cherches comment cela s’est fait, écoute l’archange expliquer à Marie le déroulement du mystère, en ces termes : « L’Esprit Saint surviendra en toi, et la force du Très-Haut te prendra sous son ombre. » (cf. Lc 1,35). (…) Car de préférence à tous et au-dessus de tous c’est toi qu’il a choisie afin que tu surpasses par la plénitude de grâce tous ceux qui, avant toi ou après toi, ont été ou doivent être.

Saint Amédée de Lausanne (1108-1159)

 

 

 

Il s’est fait notre Sauveur

mardi 31 décembre 2019

Seigneur, nous avons appris tes œuvres et nous avons été épouvantés ; nous avons contemplé tes merveilles et nous avons défailli.

Ton Verbe une fois descendu, notre cœur a fondu et toutes nos entrailles frémissantes se sont ouvertes à lui. En effet, alors que le silence enveloppait toutes choses et que la nuit avait parcouru la moitié de sa course, ta Parole toute-puissante est venue des palais royaux (cf. Sg 18,14-15). Car tu as répandu sur nous, Père, les entrailles de ta charité et tu n’as pu retenir plus longtemps la multitude de tes miséricordes. Tu as répandu la lumière dans les ténèbres, la rosée sur la sécheresse, et dans le froid perçant tu as allumé le feu le plus violent. C’est pourquoi ton Fils nous est apparu comme une abondance de vivres quand menace une disette extrême, et comme une source d’eau vive pour l’âme qui souffre et qui défaille en pleine chaleur. Ou bien encore, comme se manifeste d’habitude l’auxiliaire puissant et le libérateur aux assiégés qui vont s’élancer au combat avec la mort en perspective, sous la menace du glaive ennemi : ainsi nous est-il apparu et s’est-il fait notre Sauveur.

Il nous est très bon et très salutaire de nous reporter aux origines de celui qui est notre salut et de redire son incarnation, de rappeler d’où il est venu, de quelle manière il est descendu.

Saint Amédée de Lausanne (1108-1159)

 

 

 

Solennité de la Nativité du Seigneur

mercredi 25 décembre 2019

Le Christ est venu du Père, il est venu du Verbe, il est venu de l’Esprit Saint, puisque toute la Trinité a opéré sa conception et son incarnation. Car venir du sommet de la Trinité, ce ne fut rien d’autre qu’être conçu et incarné sous l’action de cette même Trinité. C’est pourquoi il est dit : « Du sommet du ciel il prend son départ. » (cf. Ps 18,7)

Le Fils unique, (…) engendré du Père dans l’éternité, est sorti de sa mère engendré dans le temps ; demeurant invisible auprès du Père, il a vécu visible parmi les hommes. Pour lui, sortir du Père, ce fut entrer dans notre histoire, apparaître visiblement, et devenir ce qu’il n’était pas naturellement du fait de sa relation avec le Père. Mais chose admirable ! il est venu de celui dont il ne s’éloignait pas, sortant de celui en qui il demeurait, de sorte qu’il demeurait également aussi entier dans l’éternité qu’entier dans le temps. On le trouvait entier dans le Père en même temps qu’entier dans la Vierge, entier dans sa majesté et dans celle de son Père en même temps qu’entier dans notre humanité.

Si tu recherches comment, une comparaison te fera comprendre la vérité. La parole d’abord engendrée par le cœur passe toute entière dans la voix, de telle sorte qu’elle arrive parfaitement aux autres et qu’elle demeure néanmoins entière dans le cœur. De même, le Verbe de bonté, jailli du cœur du Père, est sorti au-dehors sans quitter le Père.

Saint Amédée de Lausanne (1108-1159)

 

 

 

 

 

« Comment cela va-t-il se faire ? » (Lc 1,34)

vendredi 20 décembre 2019

Dis-nous, bienheureux David, comment se fit cette descente du Verbe. « Il descendra comme la pluie sur la toison, et comme les gouttelettes s’écoulent sur la terre. » (Ps 71(72),6 LXX). (…) Comment la pluie descend sur la toison et comment les gouttelettes coulent sur la terre ? (…)

La pluie descend sur la toison sans bruit, sans secousse, sans aucune séparation ni division. Elle s’infiltre avec douceur, elle est recueillie avec calme, elle est bue avec délices. Ainsi les gouttelettes pénètrent la terre lentement et peu à peu, d’une manière si étonnante et si subtile qu’on les voit à peine entrer, et qu’elles ressortent en faisant pousser les plantes. De même, la rosée venant d’au-delà des eaux supracélestes est descendue dans le sein de la Vierge sans concours humain, sans mouvement de concupiscence, respectant son intégrité et laissant intact le sceau de sa virginité. Elle s’est infiltrée avec douceur, elle a été accueillie avec calme, elle s’est incarnée d’une manière ineffable. Elle a coulé aussi goutte à goutte sur la terre, sans paraître à l’arrivée, mais se produisant à la naissance. (…)

Nous venons de dire comment est descendu le Verbe de Dieu. Quant au lieu où il est descendu, il apparaît de même que c’est dans le sein de la Vierge qu’il est descendu : sein demeuré intact et immaculé, consacré par l’effet de l’onction divine.

Saint Amédée de Lausanne (1108-1159)