ACCUEIL

Archive pour le mot-clef ‘Assomption’

Solennité de l’Assomption de la Vierge Marie, patronne principale de la France

jeudi 15 août 2019

Qui célébrera dignement les louanges de sa très sainte assomption ? Qui pourra dire avec quel bonheur elle sortit de son corps, avec quel bonheur elle vit son Fils, avec quelle joie elle s’avança vers le Seigneur, entourée des chœurs des anges, portée par le zèle empressé des apôtres, alors qu’elle contemplait le Roi dans sa beauté et voyait son enfant l’attendre dans la gloire, libre de toute peine comme elle avait été exempte de toute tache ? Elle quitta la demeure de son corps pour demeurer éternellement avec le Christ. Elle passa dans la vision de Dieu, et son âme bienheureuse, plus brillante que le soleil, plus élevée que le ciel, plus noble que les anges, elle l’exhala vers le Seigneur. (…)

N’est-ce pas la vie, quand on va à la source de la vie ? et que, de la vie, on puise la vie éternelle dans un flux incessant ? Avant son départ, la Vierge mère a déjà bu à cette source inépuisable pour que, dans son passage même, elle ne fût pas touchée par le goût de la mort, même le plus léger. C’est pourquoi en sortant, elle a vu la vie, si bien qu’elle ne vit pas la mort. Elle a vu son Fils, si bien qu’elle ne souffrit pas de la séparation de la chair. S’élançant donc, libérée, dans une si bienheureuse vision et se désaltérant au visage, si désiré, de Dieu, elle trouve les vénérables habitants du ciel prêts à la servir et à la conduire.

Saint Amédée de Lausanne (1108-1159)

 

 

Solennité de l’Assomption de la Vierge Marie, patronne principale de la France

mercredi 15 août 2018

Aujourd’hui la Vierge Marie monte, glorieuse, dans le ciel. Elle met le comble à la joie des anges et des saints. C’est elle, en effet, dont la simple parole de salutation a fait exulter l’enfant encore enfermé dans le sein maternel (Lc 1,44). Quelle a dû être l’exultation des anges et des saints, lorsqu’ils ont pu entendre sa voix, voir son visage, et jouir de sa présence bénie ! Et pour nous, frères bien-aimés, quelle fête dans son Assomption glorieuse, quelle cause d’allégresse et quelle source de joie aujourd’hui ! La présence de Marie illumine le monde entier, tellement le ciel resplendit, irradié par l’éclat de la Vierge toute sainte. C’est donc à bon droit que résonne dans les cieux l’action de grâce et la louange. Mais nous…, dans la mesure où le ciel exulte de la présence de Marie, n’est-il pas raisonnable que notre monde d’ici-bas pleure son absence ? Mais non, ne nous plaignons pas, car nous n’avons pas ici-bas de cité permanente (He 13,14) ; nous cherchons celle où la Vierge Marie est parvenue aujourd’hui. Si nous sommes déjà inscrits au nombre des habitants de cette cité, il convient aujourd’hui de nous souvenir d’elle…, de partager sa joie, de participer à cette allégresse qui réjouit aujourd’hui la cité de Dieu ; elle retombe aujourd’hui en rosée sur notre terre. Oui, elle nous a précédés, notre reine, elle nous a précédés et elle a été reçue avec tant de gloire que nous pouvons, nous ses humbles serviteurs, suivre notre souveraine en toute confiance en criant [avec l’Épouse du Cantique des Cantiques] : « Entraîne-nous à ta suite. Nous courrons à l’odeur de tes parfums ! » (Ct 1,3-4 LXX) Voyageurs sur la terre, nous avons envoyé en avant notre avocate…, mère de miséricorde, pour plaider efficacement notre salut.

Saint Bernard (1091-1153), moine cistercien et docteur de l’Église

 

 

 

Solennité de l’Assomption de la Vierge Marie, patronne principale de la France

mardi 15 août 2017

ND-de-lassomption-patronne-principale-de-la-France

Temple vivant de la divinité très sainte du Fils unique, Mère de Dieu, vraiment, je le redis avec action de grâces, ton assomption ne t’a nullement éloignée des chrétiens. Tu vis impérissable et pourtant tu ne demeures pas loin de ce monde périssable ; au contraire, tu es proche de ceux qui t’invoquent et ceux qui te cherchent avec foi te trouvent. Il convenait que ton esprit reste toujours fort et vivant et que ton corps soit immortel. En effet, comment la dissolution de la chair aurait-elle pu te réduire en cendre et en poussière, toi qui as délivré l’homme de la ruine de la mort par l’incarnation de ton Fils ? …

Un enfant cherche et désire sa mère, et la mère aime vivre avec son enfant ; de même, puisque tu avais dans ton cœur un amour maternel pour ton Fils et pour ton Dieu, tu devais normalement pouvoir retourner auprès de lui, et Dieu, à cause de son amour filial envers toi devait très justement t’accorder de partager sa condition. Ainsi, morte aux choses qui finissent, tu as émigré vers les demeures impérissables de l’éternité où réside Dieu dont tu partages désormais la vie…

Tu as été corporellement sa demeure ; et maintenant c’est lui qui, en retour, est devenu le lieu de ton repos. « Voici, disait-il, mon repos pour les siècles des siècles » (Ps 131,14). Ce lieu de repos, c’est la chair qu’il a revêtue après l’avoir prise de toi, Mère de Dieu, la chair dans laquelle, nous le croyons, il s’est montré dans le monde présent et se manifestera dans le monde futur lorsqu’il viendra juger les vivants et les morts. Puisque tu es la demeure de son éternel repos, il t’a retirée de la corruption et il t’a prise avec lui, voulant te garder en sa présence et son affection. Voilà pourquoi, tout ce que tu lui demandes il te l’accorde comme à une mère soucieuse de ses enfants ; et tout ce que tu souhaites, il l’accomplit avec sa divine puissance, lui qui est béni pour l’éternité.

Saint Germain de Constantinople (?-733), évêque
Homélie 1 pour la Dormition de la Mère de Dieu ; PG 98, 346 (trad. Orval)

 

 

 

 

L’arche de la Nouvelle Alliance entre dans le Temple céleste (1R 8 ; Ap 11,19)

lundi 15 août 2016

L'Assomption_de_la_Vierge,_Le_Brun

Aujourd’hui l’arche sainte et vivante du Dieu vivant, celle dont le sein avait porté son propre Créateur, repose dans le temple du Seigneur, temple non bâti de main d’homme. David, son ancêtre et parent de Dieu, danse de joie (2S 7,14) ; les anges dansent en chœur, les archanges applaudissent, et les puissances des cieux chantent sa gloire…

Celle qui pour tous a fait jaillir la vraie vie, comment pourrait-elle tomber au pouvoir de la mort ? Certes, comme fille du vieil Adam, elle se soumet à la sentence portée contre lui, car son Fils qui est la Vie même ne s’y est pas dérobé ; mais comme mère du Dieu vivant, il est juste qu’elle soit élevée jusqu’à lui… Comment celle qui a reçu en elle la Vie même, sans commencement ni fin, ne serait-elle pas vivante pour l’éternité ? Jadis, les premiers parents de notre race mortelle, enivrés du vin de la désobéissance…, l’esprit alourdi par l’intempérance du péché, s’étaient endormis dans le sommeil de la mort ; le Seigneur les avait chassés et exilés du paradis d’Éden. Maintenant, celle qui n’a pas commis de péché et qui a mis au monde l’enfant de l’obéissance à Dieu et au Père, comment le Paradis pourrait-il ne pas la recevoir, ne pas lui ouvrir joyeusement ses portes ? … Puisque le Christ qui est la Vie et la Vérité a dit : « Là où je suis, là sera aussi mon serviteur » (Jn 12,26), comment, à plus forte raison, sa mère ne partagerait-elle pas sa demeure ? …

Maintenant donc « que les cieux se réjouissent », que tous les anges l’acclament. « Que la terre exulte » (Ps 95,11), que les hommes tressaillent de joie. Que les airs retentissent de chants d’allégresse ; que la nuit rejette ses ténèbres et son manteau de deuil… Car la cité vivante du Seigneur, Dieu des puissances, est exaltée. Du sanctuaire de Sion des rois apportent le présent inestimable (Ps 67,30) ; ceux que le Christ a établis princes de toute la terre, les apôtres, escortent la Mère de Dieu, toujours vierge, dans la Jérusalem d’en haut, qui est libre et notre mère (Ga 4,26).

Saint Jean de Damas (v. 675-749), moine, théologien, docteur de l’Église
2ème homélie pour la Dormition, 2, 3 : PG 96, 723s (trad. Orval rev. ; cf SC 80, p. 127)

 

 

 

 

 

Assomption 2016

mardi 9 août 2016

L'Assomption_de_la_Vierge,_Le_Brun

Fête de l’Assomption au Mas Dieu (34)

 

 

Accueil des pélerins dès 9h (parking niveau bergerie du Mas Dieu) et procession au Mas à 9h30.

Messe en l’église de Montarnaud à 11h.

Possibilité de repas (paëlla) sur place (12 euros).

Chapelet et message dans l’après-midi.

 

roses frise1

 

guirlande-rose-blanche-en-forme-de-cœur-Mes enfants, sur votre temps de repos annuel, venez me rejoindre en prière afin de solliciter mon Fils à l’évolution des hommes. Venez à mes côtés pour que l’homme se convertisse à l’appel du Père Eternel, pour que le monde explose dans l’allégresse de l’Amour et de la Paix. Venez tous en prière pour que les hommes s’unissent, et pour que les enfants sourient et reconnaissent leurs parents comme êtres d’amour et de tendresse. Les hommes ont besoin d’être accompagnés de tous. Intercédez auprès de l’Esprit Saint et du Cœur douloureux de mon Fils. N’ayez de crainte et de doute en l’avenir de ma Maison, mais soyez exigeants et entreprenants dans votre attitude pour établir le plan de Dieu le Père. Vous avez le soutien des armées du Ciel et rien ne dévie de la volonté Divine. L’homme ne peut s’opposer à la volonté dans l’union des hommes et le soulagement de ceux-ci. Soyez sans crainte et dans la confiance. Avancez pour cette réalisation. Dans un pas ferme, allez au devant des hommes, ils donneront leur soutien à cette œuvre humanitaire. Demandez et vous serez exaucés, que cet adage soit en vos cœurs dans toutes vos démarches. Soyez unis, et d’un pas sûr, vous accomplirez ce que Dieu désire en chacun de vous. Le temps est là. Soyez fidèles à vos promesses et à vos prières. Nous vous soutenons et vous guidons en cette résolution…
Allez de l’avant avec confiance et sûreté et vous serez récompensés de vos efforts.

Marie Mère des hommes – août 2007 

 

Bulletin n°86

mercredi 26 août 2015

bulletin 86

Télécharger le bulletin au format PDF

Télécharger le bulletin au format PDF

 

 

 

 

 

Assomption 2015

lundi 24 août 2015

 

 

audio

 

 

 

 

Solennité de l’Assomption de la Vierge Marie, patronne principale de la France

vendredi 15 août 2014

slide2

« Viens, toi que j’ai choisie, en toi j’établirai mon trône » (liturgie latine)… « Heureux ceux que tu as choisis, Seigneur, ils habiteront en tes parvis » (Ps 65,5) ; bien plus, tu habiteras en eux, tu règneras en eux et tu placeras en eux le trône de ta royauté. Et, bien sûr, Marie est bienheureuse entre tous les bienheureux, elle qui a été choisie avant et plus que tous les autres saints. Le Seigneur l’a choisie pour demeure, en disant : « Voici pour toujours le lieu de mon repos ; c’est ici que j’habiterai, car je l’ai voulu » (Ps 131,14). Pendant neuf mois il a habité en elle ; pendant de nombreuses années il a habité avec elle et lui était soumis… Maintenant, habitant en elle et avec elle pour toujours, d’une façon qui dépasse notre compréhension, il la rassasie de la gloire que voient les bienheureux. Il lui donne extérieurement la gloire en son corps ; intérieurement, il imprime en elle la gloire du Verbe…

Cette unique Vierge mère, qui se glorifie d’avoir mis au monde le Fils unique du Père, étreint avec amour ce même Fils unique dans tous ses membres (Ep 5,30), et ne rougit pas d’être appelée la mère de tous ceux en qui elle voit le Christ déjà formé ou en formation. La première Ève…a été appelée « mère de tous les vivants » (Gn 3,20), mais en réalité elle a été…la mère de ceux qui meurent… Et parce que cette première Ève n’a pas pu réaliser fidèlement ce que signifie son nom, c’est Marie qui a réalisé ce mystère. Comme l’Église dont elle est le symbole, elle est la mère de tous ceux qui renaissent à la vie. Oui, elle est la mère de la Vie qui fait vivre tous les hommes (Jn 11,25; 5,25s). En mettant la Vie au monde, elle a fait naître d’une certaine manière à une vie nouvelle tous ceux qui devaient trouver leur vie dans cette Vie…

C’est pourquoi cette mère bienheureuse du Christ, se sachant mère des chrétiens par ce mystère, se montre aussi leur mère par sa sollicitude et sa tendre affection… Et maintenant nous « habitons à l’abri » de la Mère « du Très-Haut », nous « demeurons sous sa protection, à l’ombre de ses ailes » (Ps 90,1; 16,8). Plus tard, nous partagerons sa gloire et nous serons réchauffés sur son cœur…, puisque le Roi de gloire a mis en elle son trône.

Bienheureux Guerric d’Igny (v. 1080-1157), abbé cistercien
1er Sermon pour l’Assomption, 1-4 ; SC 202 (trad. cf SC p. 415)

 

 

 

 

Assomption 2014

samedi 9 août 2014

 

Nous nous retrouverons le vendredi 15 août pour notre grande rencontre à l’occasion de l’Assomption de la Vierge Marie.

9h30     Accueil au Mas Dieu (Montarnaud 34) : « Enclos des fontaines » (chemin fléché)

9h45     Procession de Marie Mère des hommes

11h00   Messe en l’Eglise de Montarnaud

12h15   Angélus et repas convivial au Mas (Enclos des fontaines).

Un repas est proposé ce jour là pour ceux qui le souhaitent (12 euros).

14h      Prière du Rosaire « les mystères glorieux »

15h      Message

Une prière de guérison clôturera cette journée.

Capture d’écran 2014-08-01 à 12.33.52

Marie, nouvelle Arche d’Alliance

Marie dans la gloire céleste

mercredi 28 août 2013
.Assomption
.
L’Assomption évoque un mystère qui intéresse chacun de nous car, comme l’affirme le concile Vatican II, Marie « brille déjà comme un signe d’espérance assurée et de consolation devant le peuple de Dieu en pélerinage » (Lumen gentium). Nous sommes tellement pris par les affaires de chaque jour que l’on oublie parfois cette consolante réalité spirituelle qui constitue une importante réalité de foi […]
Certains vivent comme s’ils ne devaient jamais mourir ou comme si tout devait finir avec la mort. Certains se comportent comme si l’homme était l’unique artisan de son destin, comme si Dieu n’existait pas, en venant même parfois à nier qu’il y ait une place pour lui dans notre monde. Les grands succès de la technique et de la science, qui ont sensiblement amélioré la condition de l’humanité, laissent cependant sans solution les interrogations les plus profondes de l’esprit humain. Seule l’ouverture au mystère de Dieu, qui est Amour, peut combler la soif de vérité et de bonheur de notre coeur. Seule la perspective de l’éternité peut donner leur valeur authentique aux événements historiques et surtout au mystère de la fragilité humaine, de la souffrance et de la mort.
En contemplant Marie dans la gloire céleste, nous comprenons que, pour nous aussi, la Terre n’est pas la patrie définitive et que, si nous vivons constamment tournés vers les biens éternels, nous partagerons un jour sa gloire. Aussi, malgré les mille difficultés quotidiennes, nous ne devons pas perdre la sérénité et la paix. Le signe lumineux de la Vierge montée au Ciel resplendit encore plus quand semblent s’accumuler à l’horizon les tristes ombres de la souffrance et de la violence. Nous en sommes certains: d’en haut, Marie suit nos pas avec une douce inquiétude, elle nous apaise à l’heure de l’obscurité et de la tempête,  elle nous rassure de sa main maternelle.  Soutenus par cette conscience, poursuivons dans la confiance notre route d’engagement chrétien, là où la Providence nous conduit.
 
Benoît XVI, audience générale du 16 août 2006
in « Les plus belles méditations et prières de Benoît XVI », éd. Bayard