ACCUEIL

Archive pour le mot-clef ‘Festin’

« Heureux celui qui participera au repas dans le royaume de Dieu ! » (Lc 14,15)

mardi 3 novembre 2020

« Un homme faisait un grand dîner, auquel il invita beaucoup de monde » (Lc 14,16). Dans ce grand dîner, nous mangerons de fins aliments, c’est-à-dire les fruits que les enfants d’Israël apportèrent de la terre promise : des raisins, des figues, des grenades. Le raisin dont on extrait le vin, symbolise la joie des saints lors de la vision du Verbe Incarné. La figue, qui est le plus doux de tous les fruits, la douceur que les saints éprouveront en contemplant la Trinité toute entière. La grenade, l’unité de l’Eglise triomphante et la diversité des récompenses. (…)

Le Seigneur nous appelle à la Cène de la gloire céleste… Le Seigneur dont les miséricordes sont sans nombre, appelle non seulement par lui-même, mais aussi par l’ordre des prédicateurs, dont l’évangile dit : « À l’heure du dîner, il envoya son serviteur dire aux invités : « Venez, voici que tout est préparé » (Lc 14,17). L’heure du dîner est la fin du monde. Lors de cette fin, le serviteur, l’ordre des prédicateurs, est envoyé aux invités pour qu’ils se préparent à goûter le dîner, car tout est prêt. En fait, depuis que le Christ s’est immolé, l’entrée du Royaume est la Passion du Christ.

À propos de celle-ci, l’Église ou l’homme juste, qui est entré à la cène de la pénitence et va entrer dans celle de la gloire dit (…) : « Le Seigneur s’est fait mon protecteur ; il m’a sorti, mis au large, il m’a sauvé, car il m’aime » (cf. Ps 17,19-20). Le Seigneur, en étendant ses bras sur la croix, s’est fait mon protecteur dans sa Passion ; il m’a sorti au large dans l’envoi du Saint-Esprit ; il m’a sauvé des attaques des ennemis, car il a voulu que j’entre au dîner de la vie éternelle.

Prions donc, frères très chers, notre Seigneur Jésus Christ de nous introduire au dîner de la pénitence et de nous transférer de celle-ci à la Cène de la gloire éternelle, lui qui est béni et glorieux dans les siècles des siècles. Amen

Saint Antoine de Padoue (v. 1195-1231)

 

 

 

Je vous invite à la joie de la Résurrection

vendredi 17 avril 2020

Mangez, mes amis ; buvez et enivrez-vous, mes bien-aimés (cf. Ct 5,1). Je vous invite à la table de la Sagesse et aux libations du vin qu’elle vous a préparées dans sa coupe (cf. Pr 9,5). Heureux celui qui, admis à un tel banquet, brillera devant les convives dans la robe nuptiale (cf. Mt 22,11).

Le pain de vie lui sera servi, qui fortifie, comble et rassasie d’une merveilleuse douceur, avec le vin de l’allégresse, vin jailli du fruit de la vigne, vrai vin de la résurrection, exprimé de l’arbre de la passion du Seigneur. (…) De plus, ce convive mangera, paré de sa plus belle robe et de l’anneau de paix, le veau gras tué par le Père (cf. Lc 15,22). Les reins ceints de la ceinture de la foi et de la chasteté, les pieds chaussés de sandales pour être prêt à toute œuvre bonne (cf. 2 Tm 3,17), il mangera les chairs de l’Agneau pascal rôties au feu (cf. Ex 12,9). (…) Ayant pris le poisson qui fut trouvé sur des braises au bord de la mer, lorsque le Seigneur apparut aux disciples après sa résurrection (cf. Jn 21,9), il goûtera en même temps le rayon de miel. Alors il dira, répétant le poème du Cantique des Cantiques : « J’ai mangé mon rayon avec mon miel, j’ai bu mon vin avec mon lait. » Regorgeant donc de toutes les délices, il invitera ainsi au festin les autres avec lui : « Mangez, mes amis ; buvez et enivrez-vous, mes bien-aimés. » (Ct 5,1)

Et moi aussi, mes frères, je vous invite à ce festin : « Mangez, mes amis ; buvez et enivrez-vous, mes bien-aimés. » Mangez le pain de vie, buvez le vin de l’allégresse, enivrez-vous de la joie de la résurrection. Cette ivresse est la suprême sobriété, elle efface le souvenir du monde, et imprime sans cesse dans l’esprit l’idée de la présence de Dieu. Quiconque en est ivre oublie tout et ne se souvient plus que de la charité divine. (…) Réjouissez-vous de sa joie, vous qui avez souffert de sa souffrance

Saint Amédée de Lausanne (1108-1159)

 

 

 

« Heureux celui qui participera au repas dans le Royaume de Dieu. »

mardi 6 novembre 2018

Le psalmiste dit : « Le pain fortifie le cœur de l’homme et le vin réjouit le cœur de l’homme » (Ps 103,15). Pour ceux qui croient en lui, le Christ est nourriture et breuvage, pain et vin. Il est pain, lorsqu’il nous donne force et fermeté, selon cette parole de Pierre : « Quand vous aurez un peu souffert, le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés à sa gloire éternelle dans le Christ, vous rétablira et vous donnera force et fermeté » (1P 5,10). Il est breuvage et vin lorsqu’il réjouit, selon le mot du psalmiste : « Réjouis l’âme de ton serviteur, car j’élève mon âme vers toi, Seigneur » (Ps 85,4).

Tout ce qui en nous est fort, solide, ferme, allègre et joyeux pour accomplir les commandements de Dieu, supporter les maux, agir dans l’obéissance, défendre la justice, tout cela est force de ce pain ou joie de ce vin. Heureux ceux dont l’action est forte et joyeuse ! Et puisque personne ne le peut de soi-même, heureux ceux qui désirent avidement s’attacher à ce qui est juste et honnête et être en toutes choses fortifiés et réjouis par celui qui dit : « Heureux ceux qui ont faim et soif de justice » (Mt 5,6). Si le Christ est dès maintenant pain et breuvage pour la force et la joie des justes, combien plus le sera-t-il dans la vie future, quand il se donnera aux justes sans mesure ?

Baudouin de Ford (?-v. 1190), abbé cistercien, puis évêque

 

 

 

 

Je suis la Porte

dimanche 15 mai 2011

Mes frères, Mon Père a rappelé le chef de votre Eglise. Ma Mère personnellement est venue l’accueillir pour rendre hommage à sa sainteté terrestre. Ce grand prélat vous a apporté sa croix pour vous ouvrir les yeux sur la Sainte Mère des hommes, Marie ; il était bouleversé par sa présence et lui a confié sa vie pour les hommes et l’union des hommes. Il a cru en l’homme et beaucoup l’ont suivi, d’autres se sont détournés de lui dans la haine et la violence.

Aujourd’hui, il est un Saint parmi les Saints, sa sanctification sera éclair dans les temps. Maintenant que mon frère vous a ouvert les portes à Mon appel, rejoignez-le dans la prière et la contemplation pour que l’homme se convertisse et rejoigne la table de Dieu le Père ; Mon Père invite tout homme à Son Festin final pour réunir tous Ses Enfants et renouveler Sa terre dans l’Amour et la Paix.

Jésus de Nazareth – message d’avril 2005