ACCUEIL

Archive pour le mot-clef ‘Vendredi saint’

Vendredi Saint : Célébration de la Passion du Seigneur

vendredi 19 avril 2019

« Au commencement était le Verbe, la Parole de Dieu. » (Jn 1,1) Il est identique à lui-même ; ce qu’il est, il l’est toujours ; il ne peut changer, il est l’être. C’est le nom qu’il fit connaître à son serviteur Moïse : « Je suis celui qui suis » et « Tu diras : Celui qui est, m’a envoyé » (Ex 3,14)… Qui peut le comprendre ? Ou qui pourra parvenir à lui –- à supposer qu’il dirige toutes les forces de son esprit pour atteindre tant bien que mal celui qui est ? Je le comparerai à un exilé, qui de loin voit sa patrie : la mer l’en sépare ; il voit où aller, mais n’a pas le moyen d’y aller. Ainsi nous voulons parvenir à ce port définitif qui sera nôtre, là où est celui qui est, car lui seul est toujours le même, mais l’océan de ce monde nous coupe la voie…

Pour nous donner le moyen d’y aller, celui qui nous appelle est venu de là-bas ; il a choisi un bois pour nous faire traverser la mer : oui, nul ne peut traverser l’océan de ce monde que porté par la croix du Christ. Même un aveugle peut étreindre cette croix ; si tu ne vois pas bien où tu vas, ne la lâche pas : elle te conduira d’elle-même. Voilà mes frères ce que j’aimerais faire entrer dans vos cœurs : si vous voulez vivre dans l’esprit de piété, dans l’esprit chrétien, attachez-vous au Christ tel qu’il s’est fait pour nous, afin de le rejoindre tel qu’il est, et tel qu’il a toujours été. C’est pour cela qu’il est descendu jusqu’à nous, car il s’est fait homme afin de porter les infirmes, de leur faire traverser la mer et de leur faire aborder dans la patrie, où il n’est plus besoin de navire parce qu’il n’y a plus d’océan à passer. À tout prendre, mieux vaudrait ne pas voir par l’esprit celui qui est, mais embrasser la croix du Christ, que le voir par l’esprit et mépriser la croix. Puissions-nous, pour notre bonheur, à la fois voir où nous allons et nous cramponner au navire qui nous emporte… ! Certains y ont réussi, et ils ont vu ce qu’il est. C’est parce qu’il l’a vu que Jean a dit : « Au commencement était le Verbe, et le Verbe était face à Dieu, et le Verbe était Dieu. » Ils l’ont vu ; et pour parvenir à ce qu’ils voyaient de loin, ils se sont attachés à la croix du Christ, ils n’ont pas méprisé l’humilité du Christ.

Saint Augustin (354-430)

 

 

 

Le vendredi saint : Célébration de la Passion du Seigneur

vendredi 30 mars 2018

Béni soit celui qui, pour me permettre de « faire mon nid dans le creux du rocher » (Ct 2,14), s’est laissé percer les mains, les pieds et le côté. Béni soit celui qui s’est ouvert à moi tout entier pour que je pénètre dans le sanctuaire admirable (Ps 41,5) et que je « me cache dans le secret de sa tente » (Ps 26,5). Ce rocher est un refuge…, doux lieu de séjour pour les colombes, car les trous béants de ces plaies sur tout ce corps offrent le pardon aux pécheurs et accordent la grâce aux justes. C’est une demeure sûre, frères, « une tour forte devant l’ennemi » (Ps 60,4), que d’habiter par une méditation aimante et constante les plaies du Christ notre Seigneur, de chercher dans la foi et l’amour envers le Crucifié un abri sûr pour notre âme, un abri contre la véhémence de la chair, les tempêtes de ce monde, les assauts du démon. La protection de ce sanctuaire l’emporte sur tout le prestige de ce monde…

Entre donc dans ce rocher, cache-toi…, prends refuge dans le Crucifié… Qu’est-ce que la plaie dans le côté du Christ, sinon la porte ouverte de l’arche pour ceux qui seront préservés du déluge ? Mais l’arche de Noé était seulement un symbole ; ici, c’est la réalité ; il ne s’agit plus ici de sauver la vie mortelle, mais de recevoir l’immortalité…

Il est donc bien juste que la colombe du Christ, sa toute belle (Ct 2,13-14)…, chante aujourd’hui ses louanges avec joie. Du souvenir ou de l’imitation de la Passion, de la méditation des saintes plaies, comme des creux du rocher, sa voix très douce retentit aux oreilles de l’Époux (Ct 2,14).

Bienheureux Guerric d’Igny (v. 1080-1157), abbé cistercien
4ème sermon pour les Rameaux ; SC 202 (trad. cf SC, p. 211s)

 

 

En union de prière, tous les vendredis soir, de 21h30 à 22h00, à la demande de Marie Mère des hommes.

 

 

 

 

Neuvaine à la Miséricorde Divine – Jour 1

vendredi 14 avril 2017

PREMIER JOUR

Paroles de Notre-Seigneur :

« Aujourd’hui, amène-moi l’humanité entière, spécialement tous les pécheurs, et immerge-les dans l’océan de Ma Miséricorde. Tu adouciras ainsi l’amertume où Me plonge la perte des âmes. »

Demandons miséricorde pour l’humanité entière :
Très miséricordieux Jésus, dont le propre est d’avoir pitié et de nous pardonner, ne regardez pas nos péchés, mais la confiance que nous mettons en Votre bonté infinie. Accueillez-nous tous dans la demeure de Votre Cœur très miséricordieux et n’en repoussez jamais personne. Nous Vous en supplions par l’amour qui Vous unit au Père et au Saint-Esprit.

Pater… Ave… Gloria…

Père Éternel, jetez un regard de compassion sur l’humanité entière, et en particulier sur les pauvres pécheurs, dont l’unique espoir est le Cœur très miséricordieux de Votre Fils, Notre Seigneur Jésus-Christ. Par Sa douloureuse Passion, témoignez-nous Votre Miséricorde, afin que de concert avec nous puissions tous louer éternellement Votre Toute-Puissance.

AMEN

Divine-Misericorde---1

 

 

 

Carême 2016 – jour 39

vendredi 25 mars 2016

dali_christ

« Venez prier et jeûner au pied du calvaire, vous serez sauvés par le sang de mon Fils. »

.
Marie Mère des hommes – août 1995

 

 

« Mes enfants, je ne vous demande qu’une chose, d’apporter l’amour à vos enfants, comme celui que j’ai apporté à mon Fils. Vos enfants n’iront pas sur la croix, le mien y a été et aujourd’hui encore vous Le remettez sur la croix parce que vous n’avez pas compris la première fois. »

.
Marie Mère des hommes – février 1998

 

« Les plaies de mon Fils se sont rouvertes et le sang s’en écoule sans discontinuer, la Parole de mon Fils n’est pas entendue par les hommes. Les larmes coulent de mon visage et inondent mes pieds, la douleur nous étreint de voir ce monde se désintéresser de lui-même. Parlez de mon Fils aux hommes, parlez de Son enseignement et du besoin que vous devez de connaître Sa parole, pour l’Amour et la Paix envers votre prochain. »

.
Marie Mère des hommes – décembre 1996

 

 

agneau-couronne

 

La croix, arbre de vie

vendredi 25 mars 2016

arbredevie

Il y avait au milieu du Paradis un arbre. Le serpent s’en servit pour tromper nos premiers parents. Remarquez cette chose étonnante : pour abuser l’homme, le serpent va recourir à un sentiment inhérent à sa nature. En façonnant l’homme, le Seigneur en effet avait mis en lui, outre une connaissance générale de l’univers, le désir de Dieu. Dès que le démon découvrit ce désir ardent, il dit à l’homme : « Vous deviendrez comme des dieux (Gn 3,5). Maintenant vous n’êtes que des hommes et vous ne pouvez pas être toujours avec Dieu ; mais si vous devenez comme des dieux, vous serez toujours avec lui »… Ainsi, c’est le désir d’être égal à Dieu qui séduisit la femme…, elle mangea et elle engagea l’homme à en faire autant… Or, après la faute, « Adam entendit la voix du Seigneur qui se promenait dans le Paradis vers le soir » (Gn 3,8)… Béni soit le Dieu des saints d’avoir visité Adam vers le soir ! Et de le visiter encore maintenant vers le soir, sur la croix.

Car c’est bien à l’heure où Adam venait de manger que le Seigneur souffrit sa passion, à ces heures marquées par la faute et le jugement, c’est-à-dire entre la sixième heure et la neuvième. À la sixième heure, Adam mangea, selon la loi de la nature ; ensuite il se cacha. Et vers le soir, Dieu vint à lui.

Adam avait désiré devenir Dieu ; il avait désiré une chose impossible. Le Christ a comblé ce désir. « Tu as voulu devenir, dit-il, ce que tu ne pouvais être ; mais moi, je désire devenir homme, et je le peux. Dieu fait tout le contraire de ce que tu as fait en te laissant séduire. Tu as désiré ce qui était au-dessus de toi ; je prends, moi, ce qui est au-dessous de moi. Tu as désiré être l’égal de Dieu ; je veux, moi, devenir l’égal de l’homme… Tu as désiré devenir Dieu et tu ne l’as pas pu. Moi, je me fais homme, pour rendre possible ce qui était impossible. » Oui, c’est bien pour cela que Dieu est venu. Il en témoigne à ses apôtres : « J’ai désiré d’un grand désir manger cette pâque avec vous » (Lc 22,15)… Il est descendu vers le soir et il a dit : « Adam, où es-tu ? » (Gn 3,9)… Celui qui est venu pour souffrir est le même que celui qui est descendu dans le Paradis.

Sévérien de Gabala (?-v. 408), évêque en Syrie
6e Homélie sur la création du monde, 5-6 (trad. Sœur Isabelle de la Source, Lire la Bible; Médiaspaul 1988, t. 1, p. 31)

 

Pour lire la Catéchèse complète :
>>> Le Triduum pascal

 

 

 

Vendredi saint : Célébration de la Passion du Seigneur

vendredi 3 avril 2015

Velazquez_Diego_The_Crucifixion

Triduum pascal : Vendredi Saint

Extraits de la Catéchèse du Pape Benoît XVI
(19 mars 2008)

Chers frères et sœurs,

[…] Au terme de l’itinéraire quadragésimal, nous nous apprêtons nous aussi à entrer dans le climat même dans lequel Jésus a vécu à Jérusalem. Nous voulons réveiller en nous la mémoire vivante des souffrances que le Seigneur a endurées pour nous et nous préparer à célébrer avec joie, dimanche prochain « la vraie Pâque, que le Sang du Christ a couverte de gloire, la Pâque lors de laquelle l’Église célèbre la Fête qui est à l’origine de toutes les fêtes », comme dit la préface pour le jour de Pâques dans le rite de saint Ambroise.

Chers frères et sœurs, en ces jours uniques, orientons résolument notre vie vers une adhésion généreuse et convaincue aux desseins du Père céleste; renouvelons notre “oui” à la volonté divine comme l’a fait Jésus avec le sacrifice de la croix. Les rites suggestifs du Jeudi Saint, du Vendredi Saint, le silence riche de prière du Samedi Saint et la Veillée pascale solennelle nous offrent l’opportunité d’approfondir le sens et la valeur de notre vocation chrétienne qui naît du Mystère pascal et de la concrétiser en nous mettant fidèlement à la suite du Christ en toute circonstance, comme Il l’a fait, jusqu’au don généreux de notre vie.

Vendredi Saint est la journée qui fait mémoire de la passion, de la crucifixion et de la mort de Jésus. Ce jour-là la liturgie de l’Église ne prévoit pas la célébration de la messe, mais l’assemblée chrétienne se recueille pour méditer sur le grand mystère du mal et du péché qui oppriment l’humanité, pour parcourir à nouveau, à la lumière de la Parole de Dieu et avec l’aide de gestes liturgiques émouvants, les souffrances du Seigneur qui expient ce mal. Après avoir écouté le récit de la passion du Christ, la communauté prie pour tous les besoins de l’Église et du monde, adore la Croix et communie, en consommant les hosties conservées lors de la messe in Cena Domini du jour précédent. Comme invitation supplémentaire pour méditer sur la passion et la mort du Rédempteur et pour exprimer l’amour et la participation des fidèles aux souffrances du Christ, la tradition chrétienne a institué diverses manifestations de piété populaire, processions et représentations sacrées, qui visent à imprimer toujours plus profondément dans l’âme des fidèles des sentiments de participation véritable au sacrifice rédempteur du Christ.

Parmi elle figure la Via Crucis, exercice de piété qui, au fil des années, s’est enrichi de multiples expressions spirituelles et artistiques liées à la sensibilité des diverses cultures. Dans de nombreux pays, des sanctuaires portant le nom de Calvaire ont ainsi été fondés, vers lesquels on monte par un chemin escarpé qui rappelle le chemin douloureux de la Passion, pour permettre aux fidèles de participer à l’ascension du Seigneur vers le Mont de la Croix, le Mont de l’Amour poussé jusqu’à l’extrême. […]

Pour lire la Catéchèse complète :
>>> Le Triduum pascal
Source principale : vatican.va (« Rév. x gpm »).

« Lorsqu’ils furent arrivés au lieu appelé Crâne, ou Calvaire, ils ont mis Jésus en croix, avec les malfaiteurs, l’un à droite et l’autre à gauche. » (Lc 23,33)

vendredi 18 avril 2014

vendredi-saint_trois croix

En échange de l’arbre qui a donné la mort,
Poussé au milieu du Paradis (Gn 3,3),
Tu as porté sur tes épaules le bois de la croix,
Tu l’as monté sur le lieu appelé Golgotha.

Soulage mon âme, tombée dans le péché
Et portant un fardeau si lourd ;
Soulage-la grâce au « joug doux »
Et au « fardeau léger » de la croix (Mt 11,30).

Le vendredi, à trois heures,
Au jour où le premier homme a été séduit,
Tu as été cloué, Seigneur, sur le bois
En même temps que le larron criminel.

Tes mains qui avaient créé la terre,
Tu les as étendues sur la croix,
En échange des mains d’Adam et d’Ève qui s’étaient tendues
Vers l’arbre où elles avaient cueilli la mort.

Moi qui ai péché comme eux,
Et même les ai surpassés…
Pardonne-moi mon délit
Comme à eux dans la région d’où l’espoir est banni.

Tu es monté sur la sainte croix,
Tu as ôté la transgression des hommes ;
Et l’ennemi de notre nature,
Tu l’y as cloué.

Fortifie-moi sous la protection
De ce saint signe, toujours vainqueur,
Et lorsqu’il se lèvera à l’Orient (Mt 24,30),
Illumine-moi de sa lumière.

Au larron qui était à ta droite
Tu as ouvert la porte du Paradis ;
Souviens-toi de moi aussi lorsque tu reviendras
Avec la Royauté de ton Père (Lc 23,42).

Que moi aussi j’entende prononcer
La réponse qui fait exulter :
« Aujourd’hui, tu seras avec moi dans l’Éden,
Dans ta patrie première ! »

Saint Nersès Snorhali (1102-1173), patriarche arménien
Jésus, Fils unique du Père , § 727-736 ; SC 203 (trad. SC p. 181 rev.)

 

 

 

 

Sacré-Coeur de Jésus, solennité

vendredi 15 juin 2012

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 19,31-37.
Jésus venait de mourir. Comme c’était le vendredi, il ne fallait pas laisser des corps en croix durant le sabbat (d’autant plus que ce sabbat était le grand jour de la Pâque). Aussi les Juifs demandèrent à Pilate qu’on enlève les corps après leur avoir brisé les jambes.
Des soldats allèrent donc briser les jambes du premier, puis du deuxième des condamnés que l’on avait crucifiés avec Jésus.
Quand ils arrivèrent à celui-ci, voyant qu’il était déjà mort, ils ne lui brisèrent pas les jambes,
mais un des soldats avec sa lance lui perça le côté ; et aussitôt, il en sortit du sang et de l’eau.
Celui qui a vu rend témoignage, afin que vous croyiez vous aussi. (Son témoignage est véridique et le Seigneur sait qu’il dit vrai.)
Tout cela est arrivé afin que cette parole de l’Écriture s’accomplisse : Aucun de ses os ne sera brisé.
Et un autre passage dit encore : Ils lèveront les yeux vers celui qu’ils ont transpercé.

« Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. » (Jn 15,13)

vendredi 6 avril 2012

 

Passion

vendredi 6 avril 2012

Psaume 31(30),2.6.12-13.15-16.17.25.


En toi, Seigneur, j’ai mon refuge ;
garde-moi d’être humilié pour toujours.
Dans ta justice, libère-moi ;
En tes mains je remets mon esprit ;
tu me rachètes, Seigneur, Dieu de vérité.
Je suis la risée de mes adversaires
et même de mes voisins,
je fais peur à mes amis
s’ils me voient dans la rue, ils me fuient.

On m’ignore comme un mort oublié,
comme une chose qu’on jette.
Moi, je suis sûr de toi, Seigneur,
je dis : « Tu es mon Dieu ! »
Mes jours sont dans ta main : délivre-moi
des mains hostiles qui s’acharnent.

Sur ton serviteur, que s’illumine ta face ;
sauve-moi par ton amour.
Soyez forts, prenez courage,
vous tous qui espérez le Seigneur !

.

.