ACCUEIL

Archive pour le mot-clef ‘Abraham’

« La promesse faite à nos pères. »

mardi 22 décembre 2020

Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur et mon esprit tressaille de joie en Dieu mon Sauveur (…) Il a porté secours à Israël son enfant (Lc 1,54 grec), se souvenant de sa miséricorde et de l’alliance qu’il avait établie avec Abraham et sa descendance pour l’éternité ». Voyez-vous comment la Vierge surpasse la perfection du patriarche et confirme l’alliance que Dieu a établie avec Abraham, lorsqu’il lui dit : « Telle sera l’alliance entre moi et toi » ? (Gn 17,11). (…) C’est le chant de cette prophétie que la sainte Mère de Dieu adresse à Dieu lorsqu’elle dit : « Mon âme exalte le Seigneur (…), car le Tout-Puissant a fait pour moi de grandes choses, saint est son nom. En me rendant la mère de Dieu, il préserve ma virginité. En mon sein se récapitule, pour y être sanctifiée, la plénitude de toutes les générations. Car il a béni tous les âges, hommes, femmes, jeunes gens, enfants, vieillards ». (…)

« Il a renversé les puissants de leur trône et a élevé les humbles » (…). Les humbles, les peuples païens, qui étaient affamés de justice (Mt 5,6), ont été exaltés. En faisant paraître leur humilité et leur faim de Dieu, et en sollicitant la parole de Dieu comme la Cananéenne demande les miettes (Mt 15,27), ils ont été rassasiés des richesses que recèlent les mystères divins. Car tout le lot des faveurs divines, Jésus Christ notre Dieu, le fils de la Vierge, l’a distribué aux païens. « Il a relevé Israël son enfant », non un quelconque Israël, mais son enfant, dont il honore la haute naissance. Voilà pourquoi la Mère de Dieu appelle ce peuple son enfant et son héritier. Dieu trouvant ce peuple épuisé par la lettre, exténué par la Loi, l’appelle à sa grâce. En donnant ce nom à Israël, il le relève, « se souvenant de sa miséricorde, ainsi qu’il l’avait promis à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa descendance pour l’éternité ». Ces quelques paroles résument tout le mystère de notre salut. Voulant sauver l’humanité et sceller l’alliance établie avec nos pères, Jésus Christ alors « inclina les cieux et descendit » (Ps 17,10). Et ainsi il se manifeste à nous, se mettant à notre portée, afin que nous puissions le voir, le toucher et l’entendre parler.

Une homélie grecque du 4e siècle

 

 

« Jésus Christ, fils de David, fils d’Abraham. »

jeudi 17 décembre 2020

Abraham, notre père dans la foi : La foi nous ouvre le chemin et accompagne nos pas dans l’histoire. C’est pourquoi, si nous voulons comprendre ce qu’est la foi, nous devons raconter son parcours, la route des hommes croyants, (…). Une place particulière revient à Abraham, notre père dans la foi. Dans sa vie se produit un fait bouleversant : Dieu lui adresse la Parole, il se révèle comme un Dieu qui parle et qui l’appelle par son nom. La foi est liée à l’écoute. Abraham ne voit pas Dieu, mais il entend sa voix. De cette façon la foi prend un caractère personnel. Dieu se trouve être ainsi non le Dieu d’un lieu, et pas même le Dieu lié à un temps sacré spécifique, mais le Dieu d’une personne, précisément « le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob » (Ex 3,6), capable d’entrer en contact avec l’homme et d’établir une alliance avec lui. La foi est la réponse à une parole qui interpelle personnellement, à un « Toi » qui nous appelle par notre nom.

Cette parole dite à Abraham est un appel et une promesse. Elle est avant tout appel à sortir de sa propre terre, invitation à s’ouvrir à une vie nouvelle, commencement d’un exode qui le conduit vers un avenir insoupçonné (Gn 12,1). La vision que la foi donnera à Abraham sera toujours jointe à ce pas en avant à accomplir. La foi « voit » dans la mesure où Abraham marche, où il entre dans l’espace ouvert par la parole de Dieu.

Cette parole contient en outre une promesse : « Ta descendance sera nombreuse, tu seras le père d’un grand peuple » (Gn 13,16; 15,5; 22,17). Il est vrai qu’en tant que réponse à une Parole qui précède, la foi d’Abraham sera toujours un acte de mémoire. Toutefois cette mémoire ne fixe pas dans le passé mais, étant mémoire d’une promesse, elle devient capable d’ouvrir vers l’avenir, d’éclairer les pas au long de la route. On voit ainsi comment la foi, en tant que mémoire de l’avenir, (…) est étroitement liée à l’espérance.

Pape François

 

 

 

Les dons de Dieu et la liberté de l’homme

mercredi 20 novembre 2019

L’homme a-t-il quelque chose à offrir à Dieu ? Oui, sa foi et son amour. C’est là ce que Dieu demande à l’homme, ainsi est-il écrit : « Et maintenant, Israël, sais-tu ce que le Seigneur ton Dieu te demande ? Craindre le Seigneur ton Dieu, marcher dans ses chemins, l’aimer, garder tous ses commandements et servir le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur et de toute ton âme » (Dt 10,12). Voilà les offrandes, voilà les dons qu’il faut présenter au Seigneur. Et pour lui offrir ces dons de notre cœur, il nous faut d’abord le connaître ; il nous faut avoir bu la connaissance de sa bonté aux eaux profondes de son puits…

En entendant ces mots, ils doivent rougir, ceux qui nient que le salut de l’homme est au pouvoir de sa liberté ! Dieu demanderait-il quelque chose à l’homme si celui-ci n’était pas capable de répondre à la demande de Dieu et de lui offrir ce qu’il lui doit ? Car il y a le don de Dieu mais il y a aussi la contribution de l’homme. Par exemple, il était bien au pouvoir de l’homme qu’une pièce d’or en rapporte dix ou qu’elle en rapporte cinq ; mais il appartenait à Dieu que l’homme possède cette pièce d’or avec laquelle il a pu en produire dix autres. Lorsqu’il a présenté à Dieu ces dix pièces d’or gagnées par lui, l’homme a reçu un nouveau don, non plus de l’argent cette fois, mais le pouvoir et la royauté sur dix villes.

De même, Dieu a demandé à Abraham de lui offrir son fils Isaac, sur la montagne qu’il lui montrerait. Et Abraham, sans hésiter, a offert son fils unique : il l’a placé sur l’autel et a sorti le couteau pour l’égorger ; mais aussitôt, une voix l’a retenu et un bélier lui a été donné à immoler à la place de son fils (Gn 22). Tu le vois : ce que nous offrons à Dieu reste à nous ; mais cette offrande nous est demandée afin qu’en la présentant nous témoignions de notre amour pour Dieu et de notre foi en lui.

Origène (v. 185-253)

 

 

 

« Viens, suis-moi ! »

mardi 20 août 2019

Pour avoir suivi la Parole de Dieu, son appel, spontanément et librement dans la générosité de sa foi, Abraham était devenu « l’ami de Dieu » (Jc 2,23). Ce n’était pas à cause d’une indigence que le Verbe de Dieu s’est acquis cette amitié d’Abraham, lui qui est parfait dès l’origine ; « Avant qu’Abraham ait été, dit-il, je suis » (Jn 8,58). Mais c’était pour pouvoir, lui qui est bon, donner à Abraham la vie éternelle. (…) Au commencement non plus, ce n’était pas parce qu’il avait besoin de l’homme que Dieu a modelé Adam, mais pour avoir quelqu’un en qui déposer ses bienfaits.

Ce n’était pas davantage parce qu’il avait besoin de notre service qu’il nous a commandé de le suivre, mais pour nous procurer le salut. Car suivre le Sauveur c’est avoir part au salut, comme suivre la lumière c’est avoir part à la lumière. Lorsque des hommes sont dans la lumière, ce ne sont pas eux qui illuminent la lumière et la font resplendir, mais ils sont illuminés et rendus resplendissants par elle. (…) Dieu accorde ses bienfaits à ceux qui le servent parce qu’ils le servent, et à ceux qui le suivent parce qu’ils le suivent ; mais il ne reçoit d’eux nul bienfait, car il est parfait et sans besoin.

Si Dieu sollicite le service des hommes, c’est pour pouvoir, lui qui est bon et miséricordieux, accorder ses bienfaits à ceux qui persévèrent dans son service. Car, si Dieu n’a besoin de rien, l’homme a besoin de la communion de Dieu. La gloire de l’homme, c’est de persévérer dans le service de Dieu. C’est pourquoi le Seigneur disait à ses disciples : « Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, mais moi qui vous ai choisis » (Jn 15,16), indiquant par là que (…) pour avoir suivi le Fils de Dieu, ils étaient glorifiés par lui : « Père, je veux que là où je suis, eux aussi soient avec moi, afin qu’ils contemplent ma gloire » (Jn 17,24).

Saint Irénée de Lyon (v. 130-v. 208)

 

 

 

 

« Abraham a tressailli d’allégresse dans l’espoir de voir mon jour. Et il l’a vu… »

jeudi 11 avril 2019

« Abraham prit le bois de l’holocauste et le chargea sur son fils Isaac ; lui-même prit en mains le feu et le couteau, et ils s’en allèrent tous deux ensemble. Isaac dit à son père : Voilà le feu et le bois, mais où est l’agneau pour l’holocauste ? À quoi Abraham répondit : L’agneau pour l’holocauste, Dieu y pourvoira, mon fils » (Gn 22,6-8). Cette réponse d’Abraham, à la fois exacte et prudente, me frappe. Je ne sais pas ce qu’il voyait en esprit, car il ne s’agit pas du présent mais de l’avenir quand il dit : « Dieu y pourvoira ». À son fils qui l’interroge sur le présent, il parle de l’avenir. C’est que le Seigneur lui-même devait pourvoir à l’agneau dans la personne du Christ…

« Abraham étendit la main et saisit le couteau pour immoler son fils. » Rapprochons de cela les paroles de l’apôtre Paul où il est dit de Dieu qu’il « n’a pas épargné son propre Fils, mais qu’il l’a livré pour nous tous » (Rm 8,32). Voyez avec quelle magnifique générosité Dieu rivalise avec les hommes : Abraham a offert un fils mortel qui en fait ne devait pas mourir, tandis que Dieu a livré à la mort pour les hommes un Fils immortel…

« Et, se retournant, Abraham leva les yeux, et voici qu’un bélier était retenu par les cornes dans un buisson. » Le Christ est le Verbe de Dieu, mais « le Verbe s’est fait chair » (Jn 1,14)… Le Christ souffre, mais c’est dans sa chair ; il subit la mort, mais c’est sa chair qui la subit, dont le bélier est ici le symbole. Comme le disait Jean : « Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde » (Jn 1,29). Le Verbe au contraire est demeuré dans l’incorruptibilité ; c’est lui le Christ selon l’esprit, celui dont Isaac est l’image. Voilà pourquoi il est à la fois victime et grand prêtre. Car, selon l’esprit, il offre la victime à son Père, et selon la chair, lui-même est offert sur l’autel de la croix.

Origène (v. 185-253)

 

 

 

Agir comme Abraham

mercredi 10 avril 2019

Regardant la promesse de Dieu et laissant de côté toute vue humaine, sachant que Dieu est capable d’œuvres dépassant la nature, Abraham a fait confiance aux paroles qui lui avaient été adressées, n’a laissé aucun doute en son esprit et n’a pas hésité sur le sens à donner aux paroles de Dieu. Car c’est le propre de la foi de faire confiance à la puissance de celui qui nous a fait une promesse… Dieu avait promis à Abraham qu’une postérité innombrable naîtrait de lui. Cette promesse dépassait les possibilités de la nature et les vues purement humaines ; c’est pour cela que la foi qu’il avait envers Dieu « lui a été comptée comme justice » (Gn 15,6 ;Ga 3,6).

Eh bien, si nous sommes vigilants, des promesses encore plus merveilleuses nous ont été faites et nous serons comblés beaucoup plus que ne le peut rêver une pensée humaine. Et pour cela, nous avons uniquement à faire confiance à la puissance de celui qui nous a fait ces promesses, afin de mériter la justification qui vient de la foi et d’obtenir les biens promis. Car tous ces biens que nous espérons dépassent toute conception humaine et toute pensée, tant est magnifique ce qui nous a été promis !

En effet, ces promesses ne concernent pas seulement le présent, l’épanouissement de notre vie et la jouissance des biens visibles, mais elles concernent encore le temps où nous aurons quitté cette terre, lorsque nos corps auront été sujets à la corruption, quand nos restes auront été réduits en poussière. Alors Dieu nous promet qu’il les ressuscitera et les établira dans une gloire magnifique ; « car il faut, nous assure le bienheureux Paul, que notre être corruptible revête l’incorruptibilité, que notre être mortel revête l’immortalité » (1Co 15,53). De plus, après la résurrection de nos corps, nous avons reçu la promesse de jouir du Royaume et de bénéficier durant des siècles sans fin, en compagnie des saints, de ces biens ineffables que « l’œil de l’homme n’a pas vu, que son oreille n’a pas entendu et que son cœur est incapable de sonder » (1Co 2,9). Vois-tu la surabondance des promesses ? Vois-tu la grandeur de ces dons ?

Saint Jean Chrysostome (v. 345-407)

 

 

 

« Le riche vit de loin Abraham avec Lazare tout près de lui. »

jeudi 21 mars 2019

« Abraham était très riche », nous dit l’Écriture (Gn 13,2)… Abraham, mes frères, n’a pas été riche pour lui-même, mais pour les pauvres ; plutôt que de se réserver sa fortune, il s’est proposé de la partager… Cet homme, lui-même étranger, n’a cessé de tout mettre en œuvre pour que l’étranger ne se sente plus étranger. Vivant sous la tente, il ne pouvait pas supporter qu’un passant reste sans abri. Perpétuel voyageur, il accueillait toujours les hôtes qui se présentaient… Loin de se reposer sur les largesses de Dieu, il se savait appelé à les répandre : il les employait à défendre les opprimés, à libérer les prisonniers, voire à arracher à leur sort des hommes qui allaient mourir (Gn 14,14)… En face de l’étranger qu’il reçoit (Gn 18,1s), Abraham ne s’assied pas, il reste debout. Il n’est pas le convive de son hôte, il se fait son serviteur ; il oublie qu’il est maître chez lui, il apporte lui-même la nourriture et, soucieux d’une préparation soignée, il fait appel à sa femme. Pour son propre compte, il s’en remet entièrement à ses serviteurs, mais pour l’étranger qu’il reçoit, il pense à peine suffisant de le confier au savoir-faire de son épouse.

Que dirais-je encore, mes frères ? C’est une délicatesse tellement parfaite… qui a attiré chez Abraham Dieu lui-même, qui l’a contraint à être son hôte. Ainsi est venu à Abraham, repos des pauvres, refuge des étrangers, celui-là même qui, plus tard, devait se dire accueilli dans la personne du pauvre et de l’étranger : « J’ai eu faim, dit-il, et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif et vous m’avez donné à boire ; j’ai été étranger et vous m’avez reçu » (Mt 25,35).

Et nous lisons encore dans l’Évangile : « Quand le pauvre Lazare mourut, il fut emporté par les anges dans le sein d’Abraham. » N’est-il pas naturel, mes frères, qu’Abraham, jusque dans son repos, accueille tous les saints, et qu’il s’acquitte, jusque dans la béatitude céleste, de son service d’hospitalité ? … Sans aucun doute, il ne pourrait se croire pleinement heureux si, dans la gloire même, il ne continuait à exercer son ministère de partage.

Saint Pierre Chrysologue (v. 406-450)

 

 

 

« Le peuple qui habitait dans les ténèbres a vu paraître une grande lumière. »

lundi 7 janvier 2019

Mes bien-aimés, instruits des mystères de la grâce divine, célébrons dans la joie spirituelle le jour de nos prémices et le premier appel des nations à la foi. Remercions le Dieu miséricordieux qui, selon les paroles de l’apôtre Paul, « nous a rendus dignes d’avoir part à l’héritage des saints dans la lumière, qui nous a arrachés au pouvoir des ténèbres pour nous faire entrer dans le royaume de son Fils bien-aimé » (Col 1,12-13). Le Prophète Isaïe ne l’avait-il pas annoncé ? « Le peuple des nations qui était assis dans les ténèbres a vu une grande lumière, et sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre et de la mort la lumière s’est levée » (Is 9,1)…

Abraham a vu ce jour et il s’est réjoui lorsqu’il a connu que ses enfants selon la foi seraient bénis dans sa descendance, c’est à dire dans le Christ, et qu’il a contemplé de loin la paternité que sa fidélité lui vaudrait sur toutes les nations : « Il rendit gloire à Dieu, pleinement convaincu que lui saurait accomplir la promesse qu’il avait faite » (Jn 8,56; Ga 3,16; Rm 4,18-21). C’est ce jour que David chantait ainsi dans ses psaumes : « Toutes les nations que tu as faites viendront se prosterner devant toi, Seigneur ; elles glorifieront ton nom » (Ps 85,9). Et ailleurs : « Le Seigneur a manifesté son salut et révélé sa justice aux yeux des peuples » (Ps 97,2).

Tout cela, nous le savons, s’est réalisé quand les mages, appelés de leur pays lointain, ont été conduits par une étoile pour connaître et adorer le Roi du ciel et de la terre. La docilité de cette étoile nous invite à imiter son obéissance et à nous faire, autant que nous le pouvons, les serviteurs de cette grâce qui appelle tous les hommes au Christ. Quiconque dans l’Église vit dans la dévotion et la chasteté, quiconque apprécie les réalités d’en-haut et non celles de la terre (Col 3,2), ressemble à cette lumière céleste. Tant qu’il entretient en lui l’éclat d’une vie sainte, il montre à tous, telle une étoile, la voie qui mène à Dieu. Ayez tous ce souci, mes bien-aimés… : vous brillerez dans le Royaume comme des enfants de lumière (Mt 13,13 ; Ep 5,8).

Saint Léon le Grand (?-v. 461)

 

 

« Es-tu donc plus grand que notre père Abraham ? »

jeudi 22 mars 2018

Il y aurait beaucoup à dire sur la foi. Il nous suffira de jeter un coup d’œil sur l’un des modèles que l’Ancien Testament nous donne, sur Abraham, puisque nous sommes ses fils par la foi. Celui-ci n’a pas été justifié seulement par les œuvres, mais aussi par la foi. Il avait fait bien des bonnes actions, mais il n’a été appelé ami de Dieu qu’après avoir fait preuve de sa foi ; toutes ses œuvres ont tiré leur perfection de sa foi. C’est par la foi qu’il a quitté ses parents ; c’est par la foi qu’il a laissé patrie, pays, maison. De la manière dont il a été justifié, toi aussi, deviens juste ! Par la suite, son corps est devenu incapable d’être père, car il était devenu fort âgé. Sara à qui il s’était uni, était vieille elle aussi ; ils n’avaient donc aucun espoir de postérité. Or Dieu annonce à ce vieillard qu’il deviendrait père, et la foi d’Abraham n’a pas fléchi. Considérant que son corps était déjà bien près de la mort, il ne table pourtant pas sur son impuissance physique, mais sur la puissance de celui qui avait promis, car il jugeait digne de foi celui qui lui avait fait cette promesse. C’est ainsi que de deux corps déjà marqués, en quelque sorte, par la mort, un enfant est né merveilleusement…

C’est l’exemple de la foi d’Abraham qui nous rend tous enfants d’Abraham. De quelle manière ? Les hommes considèrent comme incroyable une résurrection des morts, tout comme il est incroyable que des vieillards déjà marqués par la mort, engendrent une postérité. Mais lorsqu’on nous annonce la bonne nouvelle du Christ, crucifié sur le bois, mort et ressuscité, nous le croyons. C’est donc par la ressemblance de sa foi que nous entrons dans la filiation d’Abraham. Et alors, avec la foi, nous recevons comme lui le sceau spirituel, circoncis dans le baptême par le Saint-Esprit.

Saint Cyrille de Jérusalem (313-350), évêque de Jérusalem et docteur de l’Église
Catéchèses baptismales, n° 5 (trad. Brésard, 2000 ans C, p. 232)

 

 

 

jeudi 6 avril 2017

St Paul Galates