ACCUEIL

Archive pour le mot-clef ‘matérialisme’

Engourdir l’esprit

lundi 14 octobre 2013

materialismeMes enfants,

Je vous remercie de m’accorder votre temps et votre réflexion à l’enseignement de mon Fils.

Vous devez sans cesse vous remettre en question et demander à l’Esprit Saint de vous conforter dans le droit chemin et de prier avec toute la puissance de votre cœur. Celui-ci ne doit subir de contrainte ou être exposé à la tentation. Sous toute forme, le Malin peut exiger de vous votre soumission au matérialisme sous couverture de l’Eden terrestre. Nous retrouvons là l’expansion de sa nocivité. La Trinité et moi-même sommes soucieux de préserver votre foi et votre Amour pour l’avenir. Et en ce point, vous devez éviter toute critique et pensées négatives envers les êtres qui vous entourent. Vous devez être unis en toute occasion pour votre bien et celui de cette mission bien réelle.

Voici, mes enfants, un piège où vous ne devez point tomber. Ce serait l’engourdissement de votre esprit et une lenteur profonde à l’évolution de vos connaissances. Restez soudés dans l’adversité et ne laissez pas votre esprit vagabonder au détour du chemin de votre avenir. Priez, priez, priez en gardant une confiance exemplaire en mon Fils qui vous guide et vous conseille judicieusement à l’avancée de votre âme.

Extrait du message de Marie Mère des hommes – septembre 2013

 

 

 

 

 

« Abandonnant tout, l’homme se leva et se mit à le suivre. »

samedi 16 février 2013

 

Il y a des jours où des avions traversent le ciel à des vitesses prodigieuses, survolant le monastère. Le bruit de leurs moteurs effraye les petits oiseaux qui nichent dans les cyprès de notre cimetière. En face du couvent, traversant les champs, il y a une route goudronnée où circulent à toute heure des camions et des voitures de tourisme qui ne s’intéressent pas à la vue du monastère. Une des principales voies ferrées de l’Espagne traverse aussi les terres du monastère… On dit que tout cela est liberté… Mais l’homme qui médite un peu verra comme le monde se trompe, au milieu de ce qu’il appelle liberté…
Où se trouve donc la liberté ? Elle se trouve dans le cœur de l’homme qui n’aime que Dieu. Elle est dans l’homme dont l’âme n’est attachée ni à l’esprit ni à la matière, mais seulement à Dieu. Elle est dans cette âme qui n’est pas soumise au moi égoïste ; dans l’âme qui s’envole au-dessus de ses propres pensées, de ses propres sentiments, de son propre souffrir et jouir. La liberté est dans cette âme-là dont la seule raison d’exister est Dieu ; dont la vie est Dieu et rien de plus que Dieu.

L’esprit humain est petit, il est réduit, il est sujet à mille variations, des hauts et des bas, des dépressions, des déceptions, etc., et le corps, avec une telle faiblesse. La liberté est donc en Dieu. L’âme qui passant vraiment par-dessus tout fonde sa vie en lui, on peut dire qu’elle jouit de la liberté, dans la mesure du possible pour celui qui est encore dans ce monde.

Saint Raphaël Arnaiz Baron (1911-1938), moine trappiste espagnol
Écrits spirituels, 15/12/1936 (trad. Cerf 2008, p. 268)

 

 

La joie du détachement spirituel

lundi 20 août 2012

 

Un jour, en secret, Messire Bernard s’approcha de François, qui n’avait encore aucun compagnon. « Frère, dit Bernard, pour l’amour de mon Seigneur qui me les a confiés, je veux distribuer tous mes biens, de la manière qui te paraîtra la plus appropriée. » François répondit : « Demain, nous irons à l’église et le livre des Évangiles nous fera connaître de quelle manière le Seigneur enseigna ses disciples ». Le matin donc, ils se levèrent et, en compagnie d’un autre homme appelé Pierre qui lui aussi désirait devenir frère, ils se rendirent à l’église… Ils entrèrent pour prier et, parce qu’ils étaient sans instruction et ne savaient pas où trouver la parole de l’Évangile sur la renonciation au monde, ils demandaient au Seigneur qu’il daigne leur montrer sa volonté dès la première ouverture du livre.

Leur prière terminée, le bienheureux François prit le livre fermé et, agenouillé devant l’autel, il l’ouvrit. A la première ouverture se présenta ce conseil du Seigneur : « Si tu veux être parfait, va, vends tout ce que tu possèdes et donne-le aux pauvres et tu auras un trésor au ciel ». A cette découverte le bienheureux François se réjouit beaucoup et rendit grâces à Dieu. Mais comme il avait une vraie dévotion à la Trinité, il voulut avoir la confirmation par un triple témoignage. Il ouvrit donc le livre une seconde et une troisième fois. A la seconde ouverture il trouva : « N’emportez rien sur la route » (Lc 9,3) et à la troisième : « Celui qui veut me suivre doit renoncer à soi-même » (Lc 9,23)… François dit : « Frères, voilà notre vie et notre règle, et celle de tous ceux qui voudront se joindre à notre groupe. Allez, et ce que vous avez entendu, faites-le ! »

Bernard, qui était très riche, s’en alla ; en vendant tout ce qu’il possédait, il réunit une grande somme d’argent dont il distribua la totalité aux pauvres de la ville… A partir de cette heure, tous trois vécurent suivant la règle du saint Évangile que le Seigneur leur avait montrée. C’est ce que le bienheureux François dit dans son Testament : « C’est le Seigneur lui-même qui m’a révélé que je devais vivre selon la forme du saint Évangile ».

Récit de trois compagnons de saint François d’Assise (v. 1244)
§ 27-29 (trad. Debonnets, Documents, p. 828)

.

.

Témoins

jeudi 22 juillet 2010

Mes enfants, je vous demande de faire l’exemple de la foi dans ce monde. Beaucoup d’autres le font, soyez présents à leurs côtés, ils seront présents à vos côtés. Avancez sur ce chemin de Foi, d’Amour et de Paix. Les hommes sont liés au matérialisme, montrez-leur qu’une certaine voie par l’Amour, en leur concédant quelques temps, ils comprendront que l’Amour vaut mieux que l’argent.

Marie Mère des hommes – juillet 2010