ACCUEIL

Archive pour le mot-clef ‘autrui’

« Va d’abord te réconcilier avec ton frère. »

vendredi 6 mars 2020

Écoute ce que dit le Seigneur : « Lorsque tu vas présenter ton offrande sur l’autel, si là tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande là devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande ». Mais tu diras : « Vais-je laisser là l’offrande et le sacrifice ? » « Certainement, répond-il, puisque le sacrifice est offert justement pour que tu vives en paix avec ton frère. » Si donc le but du sacrifice est la paix avec ton prochain, et que tu ne sauvegardes pas la paix, il ne sert à rien que tu prennes part au sacrifice, même par ta présence. La première chose que tu aies à faire c’est bien de rétablir la paix, cette paix pour laquelle, je le répète, le sacrifice est offert. De celui-ci, alors, tu tireras un beau profit.

Car le Fils de l’homme est venu dans le monde pour réconcilier l’humanité avec son Père. Comme Paul le dit : « Maintenant Dieu a réconcilié avec lui toutes choses » (Col 1,22) ; « par la croix, en sa personne, il a tué la haine » (Ep 2,16). C’est pourquoi celui qui est venu faire la paix nous proclame également bienheureux, si nous suivons son exemple, et il nous donne son nom en partage : « Heureux les artisans de paix, ils seront appelés fils de Dieu » (Mt 5,9). Donc ce qu’a fait le Christ, le Fils de Dieu, réalise-le aussi autant qu’il est possible à la nature humaine. Fais régner la paix chez les autres comme chez toi. Le Christ ne donne-t-il pas le nom de fils de Dieu à l’ami de la paix ? Voilà pourquoi la seule bonne disposition qu’il requiert de nous à l’heure du sacrifice, c’est que nous soyons réconciliés avec nos frères. Il nous montre par là que de toutes les vertus la charité est la plus grande.

Saint Jean Chrysostome

 

 

 

« Mes brebis écoutent ma voix ; je les connais et elles me suivent. »

mardi 24 avril 2018

Bon Pasteur, Jésus, pasteur vraiment bon, pasteur plein de bienveillance et de tendresse, vers toi monte le cri d’un pasteur pauvre et misérable : pasteur fragile, pasteur maladroit, pasteur quelconque (cf Lc 17,10), mais malgré tout, pasteur de tes brebis. Oui, vers toi, Bon Pasteur, monte le cri de ce pasteur qui est loin d’être bon ; vers toi il crie, inquiet pour lui-même, inquiet pour tes brebis… Tu connais mon cœur, Seigneur : tu sais que mon souhait est de dépenser entièrement pour ceux que tu m’a confiés tout ce que tu as donné à ton serviteur…, et plus que tout, me dépenser pour eux sans compter (2Co 12,15)…

Toi-même, tu n’as pas dédaigné de te dépenser pour eux. Apprends-moi donc, Seigneur, à moi ton serviteur, apprends-moi, par ton Esprit Saint, comment me dépenser pour eux… Donne-moi, Seigneur, par ta grâce inexprimable, de supporter avec patience leurs faiblesses, d’y compatir avec bonté, de les secourir avec discrétion. Que l’enseignement de ton Esprit m’apprenne à consoler les affligés, à fortifier les craintifs, à relever ceux qui tombent, à être faible avec les faibles, à partager la brûlure de ceux qui trébuchent, à me faire tout à tous pour les gagner tous (2Co 11,29; 1Co 9,19.22). Mets sur mes lèvres une parole vraie, une parole droite, une parole juste, afin qu’ils grandissent dans la foi, l’espérance et l’amour, en chasteté et en humilité, en patience et en obéissance, en ferveur d’esprit et pureté de cœur. Puisque c’est toi qui leur as donné ce guide aveugle (Mt 15,14), cet enseignant ignorant, ce chef incapable, enseigne celui que tu as établi comme enseignant, conduis celui à qui tu as ordonné de conduire les autres.

Saint Aelred de Rievaulx (1110-1167), moine cistercien
Prière d’un pasteur, 1.7 (trad cf coll. Pain de Cîteaux, n°24, p. 261s)

 

 

 

St Vincent de Paul

mercredi 27 septembre 2017

Mes enfants, je pourrais dire mes frères et sœurs, je vais encore faire remonter certaines critiques.  Vous savez, comme je dis à chaque fois, on m’appelait le petit père. Aujourd’hui, je trouve que vous manquez d’énergie, vous manquez de foi en vous-mêmes,  vous avez peur de cet avenir, mais cet avenir était pareil à mon époque, qu’avez-vous fait depuis ? Je vous demande simplement si la prière, c’est l’amour avec autrui. Allez, il faut donner à autrui. La bourse, elle est pleine chez vous et elle est vide à côté, alors donnez votre bourse et vous verrez que le Seigneur rendra cette bourse multipliée par dix, par cent ! Le savez-vous ça ? Que cette bourse matérielle ne correspond à rien, elle n’est qu’une excuse dans votre vie, elle n’est qu’un passage, elle n’apporte rien à rien, cette bourse n’existe pas, il n’y a que votre cœur. Cette référence à votre cœur envers autrui, cette largesse envers autrui, oui là, vous êtes enfants de Dieu, enfants de Dieu. Et le chemin n’est pas aussi long que vous croyez. Chacun met des embûches devant ses pieds, alors appelez-moi, je ferai sauter ces embûches autant que je le pourrai, mais soyez fermes dans votre cœur, fermes dans votre foi et si vous allez au devant d’autrui, allez-y jusqu’au bout. Laissez votre bourse, laissez-la et vous comprendrez. Merci.

Message du 15 août 2010

Carême 2016 – jour 14

jeudi 25 février 2016

2015-09-02T172831Z_1151590201_LR2EB921CJ9UQ_RTRMADP_3_EUROPE-MIGRANTS-HUNGARY_0

Mes enfants, aujourd’hui, vous priez pour tous les gens qui sont déracinés et qui se retrouvent aux frontières de l’impossible, ces frontières où la porte est fermée, et dont ils ne peuvent franchir le pas pour se rendre dans un autre pays. Ces gens doivent être aidés, secourus, il faut leur apporter la dignité sur cette terre et non les laisser parqués comme des animaux dans des lieux insipides, dans des lieux sales, malodorants et où ils n’ont aucun nécessaire pour pouvoir alléger la saleté de leur corps.
Ces gens ne demandent qu’à vivre, travailler, on leur refuse dans leur pays le droit du travail, donc ils profitent de certaines situations pour s’expatrier à grands frais, même des frais énormes qui enrichissent certaines personnes. Mais voilà, ils s’agglutinent maintenant en quelques points du globe, et attendent une réponse pour vivre et travailler. Mais les pays ferment leurs frontières. Ils pensent qu’ils ont assez d’expatriés, ils ne peuvent loger et donner du travail à tous ces gens, déjà qu’ils ont du mal à donner du travail aux habitants de leur pays. Mais si chaque être donnait un petit peu de soi-même pour ces gens, ils trouveraient travail, ils trouveraient une place pour s’arrêter et se poser, vivre tranquillement, former des familles et repeupler certaines zones.

Mes enfants, dans l’humilité, priez pour ces gens, priez aussi pour toutes ces souffrances aux travers des attentats, aux travers des massacres, des guerres. Sachez que si vous ne l’avez point remarqué, en l’espace de 10 ans, tout s’est multiplié par 10, 15 même 20 fois à tous les niveaux de massacres, au niveau de privations de libertés, au niveau d’expulsions, au niveau de tortures, à tous les niveaux qui séparent les familles qui engendrent le malheur, qui fait proliférer les maladies. Combien de gens sont instables et ne peuvent plus retrouver une vie saine et reposante !

Marie Mère des hommes – janvier 2016

 

Carême 2016 – jour 9

vendredi 19 février 2016

3089526211_1_3_cpLUWj5O

Mes enfants, il faut secourir la vie en tout être et commencer par sa propre vie. Celle-ci est à l’image de Dieu et par cet acte de sa propre responsabilité et acceptation en Dieu le Père, il vous faut secourir toutes les autres vies.
La vie est acte d’amour, et au travers de ce sentiment l’unité de deux êtres forme l’être dans son consentement mental. Il faut aider, pardonner, mais surtout soutenir la vie de Dieu le Père et celle qui est procréée sur cette terre.

Marie Mère des hommes – février 1996

 

 

 

« Faites-les fructifier ! » : travail humain et Règne de Dieu

mercredi 18 novembre 2015

young-justice-20-3

En créant l’humanité, l’homme et la femme, Dieu leur dit : « Soyez féconds et multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-la » (Gn 1, 28). C’est là pour ainsi dire le premier commandement de Dieu, attaché à l’ordre même de la création. Ainsi le travail humain répond à la volonté de Dieu. Quand nous disons : « Que ta volonté soit faite », rapprochons aussi ces paroles du travail qui remplit toutes les journées de notre vie. Nous nous rendons compte que nous nous accordons à cette volonté du Créateur lorsque notre travail et les relations humaines qu’il entraîne sont imprégnés des valeurs d’initiative, de courage, de confiance, de solidarité, qui sont autant de reflets de la ressemblance divine en nous…

Le Créateur a investi l’homme du pouvoir de dominer la terre ; il lui demande ainsi de maîtriser par son propre travail le domaine qu’il lui confie, de mettre en œuvre toutes ses capacités afin de parvenir à l’heureux développement de sa propre personnalité et de la communauté entière. Par son travail, l’homme obéit à Dieu et répond à sa confiance. Cela n’est pas étranger à la demande du Notre Père : « Que ton Règne vienne ». L’homme agit pour que le plan de Dieu se réalise, conscient d’avoir été fait à la ressemblance de Dieu et donc d’avoir reçu de lui sa force, son intelligence, ses aptitudes à réaliser une communauté de vie par l’amour désintéressé qu’il porte à ses frères. Tout ce qui est positif et bon dans la vie de l’homme s’épanouit et rejoint son véritable but dans le Règne de Dieu. Vous avez bien choisi ce mot d’ordre : « Règne de Dieu, vie de l’homme », car la cause de Dieu et la cause de l’homme sont liées l’une à l’autre ; le monde progresse vers le Règne de Dieu grâce aux dons de Dieu qui permettent le dynamisme de l’homme. Autrement dit, prier pour que vienne le Règne de Dieu, c’est tendre de tout son être vers la réalité qui est la fin ultime du travail humain.

Saint Jean-Paul II (1920-2005), pape
Homélie devant des travailleurs luxembourgeois, mai 1985 (trad. DC 1898, p. 656)

 

 

 

« Celui qui est digne de confiance dans une petite affaire est digne de confiance aussi dans une grande. »

samedi 7 novembre 2015

16christ-of-the-desert

Tu dois savoir d’où vient pour toi l’existence, le souffle, l’intelligence et ce qu’il y a de plus précieux, la connaissance de Dieu, d’où vient l’espérance du Royaume de cieux et celle de contempler la gloire que tu vois aujourd’hui de manière obscure, comme dans un miroir, mais que tu verras demain dans toute sa pureté et son éclat (1Co 13,12). D’où vient que tu sois fils de Dieu, héritier avec le Christ (Rm 8,16-17) et, j’oserai dire, que tu sois toi-même un dieu ? D’où vient tout cela et par qui ?

Ou encore, pour parler de choses moins importantes, celles qui se voient : qui t’a donné de voir la beauté du ciel, la course du soleil, le cycle de la lune, les étoiles innombrables et, en tout cela, l’harmonie et l’ordre qui les conduisent ?… Qui t’a donné la pluie, l’agriculture, les aliments, les arts, les lois, la cité, une vie civilisée, des relations familières avec tes semblables ?

N’est-ce pas de Celui qui, avant toute chose et en retour de tous ses dons, te demande d’aimer les hommes ?… Alors que lui, notre Dieu et notre Seigneur, n’a pas honte d’être appelé notre Père, allons-nous renier nos frères ? Non, mes frères et mes amis, ne soyons pas des gérants malhonnêtes des biens qui nous sont confiés.

Saint Grégoire de Nazianze (330-390), évêque et docteur de l’Église
Homélie 14, sur l’amour des pauvres, § 23-25 ; PG 35,887 (trad. Solesmes, Lectionnaire, t. 2, p. 161 rev.; cf bréviaire 1er lun carême)

 

 

 

 

Beauté

jeudi 22 janvier 2015
.576230__jesus-is-risen_p
.
« À moins de regarder une personne et de voir la beauté en elle, nous ne pouvons l’aider en rien. On n’aide pas une personne en isolant ce qui ne va pas chez elle, ce qui est laid, ce qui est déformé.
Le Christ regardait toutes les personnes qu’il rencontrait : la prostituée, le voleur et voyait la beauté cachée chez eux. C’était peut-être une beauté déformée, abîmée, mais elle était néanmoins beauté et Il faisait en sorte que cette beauté rejaillisse.
C’est ce que nous devons apprendre à faire envers les autres.
Mais pour y parvenir, il nous faut avant tout avoir un cœur pur, des intentions pures, l’esprit ouvert, ce qui n’est pas toujours le cas… afin de pouvoir écouter, regarder, et voir la beauté cachée.
Chacun de nous est à l’image de Dieu, et chacun de nous est semblable à une icône endommagée.
Mais si l’on nous donnait une icône endommagée par le temps,
par les événements ou profanée par la haine de l’homme,
nous la traiterions avec tendresse, avec révérence, le cœur brisé.
Peu nous importerait qu’elle soit abîmée ;
c’est au malheur qu’elle soit abîmée que nous serions sensibles.
C’est à ce qui reste de sa beauté, et non à ce qui en est perdu,
que nous attacherions de l’importance.
C’est ainsi que nous devons apprendre à réagir envers chacun… »
 .
Anthony Bloom, moine orthodoxe
petitessoeursjesus.catholique.fr

Être levain dans la pâte

mardi 29 octobre 2013

Est-il rien de plus dérisoire qu’un chrétien qui ne se soucie pas des autres ? Ne prends pas comme prétexte ta pauvreté : la veuve qui a mis deux petites pièces dans le tronc du Temple (Mc 12,42) se lèverait contre toi ; Pierre aussi, qui disait au boiteux : « Je n’ai ni or ni argent » (Ac 3,6), et Paul, si pauvre qu’il avait souvent faim. N’objecte pas ta condition sociale, car les apôtres étaient humbles aussi et de basse condition. N’invoque pas ton ignorance, car ils étaient des hommes sans lettres. Même si tu étais esclave ou fugitif, tu pourrais toujours faire ce qui dépend de toi. Tel était Onésime dont Paul fait l’éloge (Phl; Col 4,9). Serais-tu de santé fragile ? Timothée l’était aussi. Oui, qui que nous soyons, n’importe qui peut être utile à son prochain, s’il veut vraiment faire ce qu’il peut.

Vois-tu combien les arbres de la forêt sont vigoureux, beaux, élancés ? Et cependant, dans nos jardins, nous préférons des arbres fruitiers ou des oliviers couverts de fruits. De beaux arbres stériles…, tels sont les hommes qui ne considèrent que leur propre intérêt…

Si le levain ne fait pas lever la pâte, il n’est pas un vrai ferment. Si un parfum n’embaume pas ceux qui approchent, pouvons-nous l’appeler un parfum ? Ne dis donc pas qu’il est impossible d’avoir une bonne influence sur les autres, car si tu es vraiment chrétien, il est impossible qu’il ne se passe rien ; cela fait partie de l’essence même du chrétien… Il serait aussi contradictoire de dire qu’un chrétien ne peut pas être utile à son prochain que de dénier au soleil la possibilité d’éclairer et de réchauffer.

Saint Jean Chrysostome (v. 345-407), prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l’Église
Homélies sur les Actes des apôtres, n° 20 (trad. cf AELF)

BANDEAU-ARBRE-2

 

 

 

 

« Dans le monde, vous trouverez la détresse, mais ayez confiance : je suis vainqueur du monde. » St Jean

lundi 13 mai 2013

Mes enfants, bien des gens ont entendu mes paroles, mais peu de dirigeants m’ont écoutée. Il faut par la prière vous approcher de mon Fils et en Lui vous trouverez le Salut éternel.

Je suis Marie Mère des hommes, éternelle car Dieu le Père en a voulu ainsi et jamais je ne m’apporterai un nom sans qu’il ne soit dédié par le Père Céleste. Je suis en premier lieu une mère comme toutes les autres mères de la terre et comme telle, je suis là pour soulager les souffrances de mon Fils et de Ses frères.

L’éternité est réservée à tout être humain fils de Dieu, sans aucune distinction ; l’union dans le cœur de mon Fils permet le cheminement à ce résultat, mais toujours dans l’esprit d’Amour et de Paix pour autrui.

Extrait du message de juin 1999