ACCUEIL

Archive pour le mot-clef ‘visitation’

« Heureuse, celle qui a cru ! »

mercredi 21 décembre 2022

Marie est bienheureuse, comme sa cousine Elisabeth le lui a dit, non seulement parce que Dieu l’a regardée, mais parce qu’elle a cru. Sa foi est le plus beau fruit de la bonté divine. Mais il a fallu l’art ineffable du Saint Esprit survenant en elle pour qu’une telle grandeur d’âme s’unisse à une telle humilité, dans le secret de son cœur virginal. L’humilité et la grandeur d’âme de Marie, comme sa virginité et sa fécondité, sont pareilles à deux étoiles qui s’éclairent mutuellement, car en Marie la profondeur de l’humilité ne nuit en rien à la générosité d’âme et réciproquement. Alors que Marie se jugeait si humblement elle-même, elle n’en a été pas moins généreuse dans sa foi en la promesse qui lui était faite par l’ange. Elle qui se regardait uniquement comme une pauvre petite servante, elle n’a nullement douté qu’elle soit appelée à ce mystère incompréhensible, à cette union prodigieuse, à ce secret insondable. Et elle a cru tout de suite qu’elle allait vraiment devenir la mère de Dieu-fait-homme.

C’est la grâce de Dieu qui produit cette merveille dans le cœur des élus ; l’humilité ne les rend pas craintifs et timorés, pas plus que la générosité de leur âme ne les rend orgueilleux. Au contraire, chez les saints, ces deux vertus se renforcent l’une l’autre. La grandeur d’âme non seulement n’ouvre la porte à aucun orgueil, mais c’est elle surtout qui fait pénétrer plus avant dans le mystère de l’humilité. En effet, les plus généreux au service de Dieu sont aussi les plus pénétrés de la crainte du Seigneur et les plus reconnaissants pour les dons reçus. Réciproquement, quand l’humilité est en jeu, aucune lâcheté ne se glisse dans l’âme. Moins une personne a coutume de présumer de ses propres forces, même dans les plus petites choses, plus elle se confie dans la puissance de Dieu, même dans les plus grandes.

Saint Bernard (1091-1153)

 

 

 

Fête de la Visitation de la Vierge Marie

mardi 31 mai 2022

Depuis vingt siècles, la source de la joie chrétienne n’a cessé de jaillir dans l’Église, et spécialement au cœur des saints… Au premier rang vient la Vierge Marie, pleine de grâces, la Mère du Sauveur. Accueillante à l’annonce d’en haut, servante du Seigneur, épouse de l’Esprit Saint, mère du Fils éternel, elle laisse éclater sa joie devant sa cousine Élisabeth qui avait célébré sa foi, quand elle dit : « Mon âme exalte le Seigneur, et mon esprit exulte de joie en Dieu mon Sauveur… Désormais, toutes les générations me diront bienheureuse ».

Elle a saisi, mieux que toutes les autres créatures, que Dieu fait des merveilles : son nom est saint, il montre sa miséricorde, il élève les humbles, il est fidèle à ses promesses. Non que pour Marie le déroulement apparent de sa vie sorte de la trame ordinaire, mais elle médite les moindres signes de Dieu, les repassant en son cœur (Lc 2,19.51). Non point que les souffrances lui soient épargnées : elle est debout au pied de la croix, associée éminemment au sacrifice du Serviteur innocent, Mère des douleurs. Mais elle est aussi ouverte sans mesure à la joie de la résurrection ; elle est aussi élevée, corps et âme, dans la gloire du ciel. Première rachetée, immaculée dès le moment de sa conception, incomparable demeure de l’Esprit, habitacle très pur du Rédempteur des hommes, elle est en même temps la Fille bien-aimée de Dieu et, dans le Christ, la Mère universelle. Elle est le symbole parfait de l’Eglise terrestre et glorifiée.

En son existence singulière de Vierge d’Israël, quelle résonance merveilleuse acquièrent les paroles prophétiques concernant la nouvelle Jérusalem : « J’exulte de joie dans le Seigneur, mon âme jubile en mon Dieu, car il m’a revêtu des vêtements du salut, il m’a drapée dans le manteau de justice, comme un jeune époux se met un diadème, comme une mariée se pare de ses bijoux » (Is 61,10).

Saint Paul VI

 

 

« Marie se leva et partit en hâte pour la montagne. »

dimanche 19 décembre 2021

Il est normal que tous ceux qui veulent qu’on les croie donnent des raisons de croire. C’est pourquoi l’ange (…) a annoncé à Marie, la vierge, qu’une femme âgée et stérile devenait mère, montrant ainsi que Dieu peut faire tout ce qui lui plaît. Dès que Marie l’a appris, elle est partie vers les montagnes — non par manque de foi en la prophétie, ni par incertitude devant cette annonce, ni par doute (…), mais dans l’allégresse de son désir, pour remplir un devoir religieux, dans l’empressement de la joie. Désormais remplie de Dieu, comment pouvait-elle ne pas s’élever en hâte vers les hauteurs ? Des raisonnements lents sont étrangers à la grâce de l’Esprit Saint. Jusque-là Marie vivait seule, retirée du monde extérieur : elle n’a pas été retenue par sa pudeur de partir en public, ni par les escarpements des montagnes de réaliser son dessein, ni par la longueur du chemin du service à rendre. Cette vierge se hâte vers les hauteurs, une vierge qui pense à servir et qui oublie sa peine ; la charité fait sa force (…) ; elle quitte sa maison et elle part. (…) Vous avez appris la délicatesse de Marie ; apprenez aussi son humilité. La cadette vient vers l’aînée (…), ce qui est supérieur vient à ce qui est inférieure : Marie à Élisabeth, le Christ à Jean, comme plus tard le Seigneur viendra se faire baptiser par Jean pour consacrer le baptême. Et tout de suite se manifestent les bienfaits de l’arrivée de Marie et de la présence du Seigneur, car « dès qu’Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit dans son sein et elle fut remplie de l’Esprit Saint .» (…) Les deux femmes parlent de la grâce qui leur est faite ; les deux enfants réalisent cette grâce et entraînent leurs mères dans ce mystère de la miséricorde.

Saint Ambroise (v. 340-397)

 

 

 

 

Fête de la Visitation de la Vierge Marie

lundi 31 mai 2021

Marie ma mère, c’est à la fois une de vos fêtes et une des fêtes de Jésus aujourd’hui : comme la Purification qui est surtout la Présentation de Jésus, la Visitation est une de vos très douces fêtes, mais c’est plus encore la fête de notre Seigneur, car c’est lui qui agit en vous et par vous. La Visitation c’est « la charité du Christ vous pressant » (2Co 5,14), c’est Jésus qui, à peine est-il entré en vous, a soif de faire d’autres saints et d’autres heureux. Par l’Annonciation, il s’est manifesté et donné à vous, il vous a sanctifiée merveilleusement. Cela ne lui suffit pas : dans son amour pour les hommes, il veut tout de suite se manifester et se donner par vous à d’autres, il veut en sanctifier d’autres, et il se fait porter par vous chez saint Jean Baptiste. (…)

Ce que va faire la sainte Vierge dans la Visitation, ce n’est pas une visite à sa cousine pour se consoler et s’édifier mutuellement par le récit des merveilles de Dieu en elles ; c’est encore moins une visite de charité matérielle pour aider sa cousine dans les derniers mois de sa grossesse et dans ses couches. C’est bien plus que cela : elle part pour sanctifier saint Jean, pour lui annoncer la bonne nouvelle (…), non par ses paroles, mais en portant en silence Jésus auprès de lui. (…)

Ainsi font les religieux et religieuses voués à la contemplation dans les pays de mission. (…) Ô ma mère, faites que nous soyons fidèles à notre mission, à notre si belle mission, que nous portions fidèlement au milieu de ces pauvres âmes plongées « dans l’ombre de la mort » (Lc 1,79) le divin Jésus.

Bienheureux Charles de Foucauld (1858-1916)

 

 

« L’enfant a tressailli d’allégresse au-dedans de moi. »

lundi 21 décembre 2020

Portant le Seigneur dans son sein, Marie partit en hâte chez Élisabeth. Lorsqu’il reconnut la salutation de Marie, l’enfant se réjouit aussitôt, bondissant d’allégresse comme pour chanter à la Mère de Dieu :

Réjouis-toi, bourgeon qui donne la fleur immortelle
Réjouis-toi, verger qui porte un fruit de vie
Réjouis-toi, jardin du Seigneur, ami des hommes (Sg 1,6)
Réjouis-toi, semis de la croissance de notre vie
Réjouis-toi, champ qui produis l’abondance du rachat
Réjouis-toi, table sainte de la réconciliation pour le péché
Réjouis-toi, car tu plantes pour nous un jardin de beauté
Réjouis-toi, car tu prépares pour nos âmes un havre de paix
Réjouis-toi, encens d’une offrande qui plaît à Dieu (Gn 8,21)
Réjouis-toi, en qui tout l’univers est réconcilié
Réjouis-toi, grâce de Dieu pour tous les hommes
Réjouis-toi, notre avocate auprès du Seigneur
Réjouis-toi, Épouse inépousée !

L’âme secouée par une tempête de pensées, Joseph le prudent se troubla profondément, car il connaissait ta virginité et te soupçonne maintenant, ô mère immaculée. Mais apprenant que ce qui avait été engendré en toi venait de l’Esprit Saint (Mt 1,20), il s’écria : « Alléluia, alléluia, alléluia ».

Les bergers, entendant les anges qui chantaient l’incarnation du Christ, coururent vers leur Bon Pasteur pour contempler l’Agneau nouveau-né reposant sur le sein de Marie. Ils exultèrent en chantant :

Réjouis-toi, mère de l’Agneau et du Bon Pasteur (Jn 1,29; 10,14)
Réjouis-toi, bercail des brebis rassemblées (Jn 10,16)
Réjouis-toi, protection contre les loups ravisseurs (v. 12)
Réjouis-toi, tu ouvres les portes du paradis
Réjouis-toi, puisque les cieux se réjouissent avec la terre (Lc 2,14)
Réjouis-toi, puisque les hommes exultent avec les anges
Réjouis-toi, tu donnes l’assurance à la parole des apôtres
Réjouis-toi, tu donnes la force au témoignage des martyrs
Réjouis-toi, colonne inébranlable qui soutiens notre foi
Réjouis-toi, tu sais la splendeur de la grâce
Réjouis-toi, par qui l’enfer est dépouillé
Réjouis-toi, par qui nous sommes revêtus de gloire
Réjouis-toi, Épouse inépousée ! (…)

Quand nous contemplons cet enfantement inhabituel, nous devenons étrangers à notre monde habituel et notre esprit se tourne vers les réalités d’en haut, car le Très-Haut s’est révélé aux hommes dans l’abaissement pour élever tous ceux qui lui chantent : « Alléluia, alléluia, alléluia ».

Liturgie byzantine

 

 

 

 

« Marie se mit en route rapidement. »

samedi 21 décembre 2019

La gaieté et la joie étaient la force de Notre Dame. C’est ce qui a fait d’elle la servante empressée de Dieu, son fils, car dès qu’il est venu à elle, elle « est partie en toute hâte ». Seule la joie pouvait lui donner la force de partir en toute hâte au-delà des collines de Judée pour devenir la servante de sa cousine. Il en est de même pour nous ; comme elle, nous devons être les vraies servantes du Seigneur et chaque jour après la sainte communion nous hâter par-delà les montagnes de difficultés que nous rencontrons en offrant de tout notre cœur notre service aux pauvres. Donnez Jésus aux pauvres en tant que servante du Seigneur.

La joie c’est la prière, la joie c’est la force, la joie c’est l’amour, c’est un filet d’amour grâce auquel vous pouvez attraper les âmes. « Dieu aime celui qui donne avec joie. » (2Co 9,7) Celui qui donne avec joie donne davantage. Si dans le travail vous rencontrez des difficultés et que vous les acceptez avec joie, avec un large sourire, en cela comme en bien d’autres choses, on constatera que vos œuvres sont bonnes et le Père en sera glorifié. La meilleure manière de montrer votre gratitude à Dieu et aux hommes c’est de tout accepter avec joie. Un cœur joyeux provient d’un cœur brûlant d’amour.

Sainte Teresa de Calcutta (1910-1997)

 

 

 

 

Solennité de l’Assomption de la Vierge Marie, patronne principale de la France

jeudi 15 août 2019

Qui célébrera dignement les louanges de sa très sainte assomption ? Qui pourra dire avec quel bonheur elle sortit de son corps, avec quel bonheur elle vit son Fils, avec quelle joie elle s’avança vers le Seigneur, entourée des chœurs des anges, portée par le zèle empressé des apôtres, alors qu’elle contemplait le Roi dans sa beauté et voyait son enfant l’attendre dans la gloire, libre de toute peine comme elle avait été exempte de toute tache ? Elle quitta la demeure de son corps pour demeurer éternellement avec le Christ. Elle passa dans la vision de Dieu, et son âme bienheureuse, plus brillante que le soleil, plus élevée que le ciel, plus noble que les anges, elle l’exhala vers le Seigneur. (…)

N’est-ce pas la vie, quand on va à la source de la vie ? et que, de la vie, on puise la vie éternelle dans un flux incessant ? Avant son départ, la Vierge mère a déjà bu à cette source inépuisable pour que, dans son passage même, elle ne fût pas touchée par le goût de la mort, même le plus léger. C’est pourquoi en sortant, elle a vu la vie, si bien qu’elle ne vit pas la mort. Elle a vu son Fils, si bien qu’elle ne souffrit pas de la séparation de la chair. S’élançant donc, libérée, dans une si bienheureuse vision et se désaltérant au visage, si désiré, de Dieu, elle trouve les vénérables habitants du ciel prêts à la servir et à la conduire.

Saint Amédée de Lausanne (1108-1159)

 

 

« Que votre ‘oui’ soit ‘oui’ », comme celui de Marie

samedi 15 juin 2019

Mon Dieu sait bien que je ne peux espérer qu’en sa miséricorde, et puisque je ne peux pas nier ce que j’ai été, je n’ai d’autre remède que de m’en remettre à elle, de me fier aux mérites de son Fils et de la Vierge, sa mère, dont je porte indignement l’habit que vous portez aussi. Louez-le, mes filles, d’être vraiment les filles de cette Souveraine ; vous n’avez pas à rougir de ma misère, puisqu’en elle vous avez une si bonne mère. Imitez-la, considérez quelle doit être la grandeur de cette Dame, et quel bonheur nous avons de l’avoir pour patronne. (…) Mais je vous avertis d’une chose : bien que filles d’une telle mère, ne soyez pas sûres de vous ; ne vous prévalez de rien ! (…)

Nous qui portons l’habit d’un ordre religieux, et qui l’avons pris volontairement, nous qui avons tout quitté pour Dieu, nous croyons déjà avoir tout accompli. C’est vrai que, même s’il ne s’agit que des filets de St Pierre, celui qui donne ce qu’il a donne beaucoup. C’est déjà beaucoup, mais pourvu que nous persévérions, que nous ne retournions pas nous fourrer à nouveau dans nos anciennes affaires. Sans aucun doute, si nous persévérons dans ce dépouillement et cet abandon de tout, nous atteindrons notre but. Mais ce sera à une condition ; je vous prie de bien la considérer : regardez-vous comme des serviteurs inutiles, selon l’expression de St Paul ou du Christ lui-même (Lc 12,48). Croyez que rien n’oblige Notre Seigneur à vous faire une telle faveur ; votre dette est d’autant plus forte que vous avez plus reçu.

Sainte Thérèse d’Avila (1515-1582)

 

 

 

Fête de la Visitation de la Vierge Marie

vendredi 31 mai 2019

« Tu es bénie entre les femmes et le fruit de tes entrailles est béni. D’où me vient cette faveur que la Mère de mon Seigneur vienne à moi ? » Ces mots : « D’où me vient cette faveur ? » ne sont pas un signe d’ignorance, comme si Élisabeth toute remplie du Saint-Esprit ne savait pas que la Mère du Seigneur était venue à elle selon la volonté de Dieu. Voici le sens de ses paroles : « Qu’ai-je fait de bien ? En quoi mes œuvres sont-elles assez importantes pour que la Mère du Seigneur vienne me voir ? Suis-je une sainte ? Quelle perfection, quelle fidélité intérieure m’ont mérité cette faveur, une visite de la Mère du Seigneur ? » « Car ta voix n’a pas plutôt frappé mes oreilles que mon enfant a exulté de joie dans mon sein. » Il avait senti que le Seigneur était venu pour sanctifier son serviteur même avant sa naissance.

Puisse-t-il m’arriver d’être traité de fou par ceux qui n’ont pas la foi, pour avoir cru en de tels mystères !… Car ce qui est tenu pour folie par ces gens-là est pour moi occasion de salut. En effet, si la naissance du Sauveur n’avait pas été céleste et bienheureuse, si elle n’avait rien eu de divin et de supérieur à la nature humaine, jamais sa doctrine n’aurait gagné toute la terre. Si dans le sein de Marie, il n’y avait eu qu’un homme et non le Fils de Dieu, comment aurait-il pu se faire qu’en ce temps-là, et aujourd’hui encore, soient guéries toutes sortes de maladies, non seulement du corps, mais aussi de l’âme ?… Si nous rassemblons tout ce qui est rapporté de Jésus, nous pouvons constater que tout ce qui a été écrit à son sujet est tenu pour divin et digne d’admiration, car sa naissance, son éducation, sa puissance, sa Passion, sa résurrection ne sont pas seulement des faits qui ont eu lieu en ce temps-là : ils sont à l’œuvre en nous aujourd’hui encore.

Origène (v. 185-253)

 

 

 

« Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée. »

vendredi 21 décembre 2018

« Le voici qui vient, bondissant sur les montagnes » (Ct 2,8). Le Christ ne s’est fait d’abord connaître à l’Église que par sa voix. Il a commencé par lancer sa voix devant lui par l’intermédiaire des prophètes ; sans se laisser voir, il se faisait entendre. Sa voix portait dans les messages que l’on annonçait de lui, et pendant tout ce temps l’Église-Épouse rassemblée depuis l’origine du monde, l’entendait seulement. Mais un jour elle l’a vu de ses yeux et a dit : « Le voici qui vient, bondissant sur les montagnes ! »…

Et chaque âme, si du moins l’amour du Verbe de Dieu l’étreint…, est heureuse et consolée quand elle sent la présence de l’Époux, alors qu’elle se trouvait devant des paroles difficiles de la Loi et des prophètes. À mesure qu’il s’approche de ses pensées pour l’éclairer en sa foi, elle le voit bondir sur montagnes et collines…, et elle peut bien dire : « Le voici qui vient ! »… Certes l’Époux a promis à son Épouse, c’est-à-dire à ses disciples : « Voici que je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde » (Mt 28,20). Mais cela ne l’empêche pas de dire aussi qu’il part prendre possession de son Royaume (Lc 19,12) ; alors, de nouveau en pleine nuit, s’élève le cri : « Voici l’Époux qui vient » (Mt 25,6). Tantôt donc l’Époux est présent et il enseigne ; tantôt il est dit absent et on le désire… Ainsi, quand l’âme cherche à comprendre et n’arrive pas, pour elle le Verbe de Dieu est absent. Mais quand elle trouve ce qu’elle cherche, il est présent sans aucun doute et l’illumine de sa lumière… Si donc nous aussi nous voulons voir le Verbe de Dieu, l’Époux de l’âme, « bondissant sur les collines », écoutons d’abord sa voix, et nous aussi nous pourrons le voir.

Origène (v. 185-253)