ACCUEIL

Archive pour juillet 2017

France

lundi 31 juillet 2017

FranceMMDH

 

 

« La France est la terre d’asile de la Foi », mais les Français sont l’écueil à son essor. Dieu le Père insiste sur ce fait : tous les pays sont appelés à s’identifier à la foi du Divin Créateur, mais la France aura un rôle primordial dans l’avènement futur. Il ne faut en ce point ni consulter le facteur racial, ni les frontières matérielles et géographiques, la représentation d’un peuple, mais uniquement un point géographique de l’étendue du monde comme l’a été et le sera Israël.

Marie Mère des hommes – mars 1993

 

 

 

 

 

Le levain qui fait lever toute l’humanité

lundi 31 juillet 2017

3

Le Christ comparait tout à l’heure son royaume à une graine de moutarde ; il l’identifie maintenant à du levain. Il racontait que l’homme avait semé une petite graine et qu’il en était sorti un grand arbre ; à présent la femme enfouit une pincée de levain pour faire gonfler toute sa pâte. En vérité, comme dit l’apôtre Paul : « Dans le Seigneur, la femme ne va pas sans l’homme ni l’homme sans la femme » (1Co 11,11)… Dans ces paraboles, Adam, le premier homme, et Ève, la première femme, sont conduits de l’arbre de la connaissance du bien et du mal à la saveur brûlante de cet arbre de moutarde de l’Évangile…

Ève avait reçu du démon le levain de la mauvaise foi ; voici que cette femme reçoit de Dieu le levain de la foi… Ève, par le levain de la mort, avait gâté en la personne d’Adam toute la pâte du genre humain ; une autre femme renouvellera dans la personne du Christ, par le levain de la résurrection, toute la pâte humaine. Après Ève, qui a brassé le pain des gémissements et de la sueur (Gn 3,19), celle-ci cuira le pain de la vie et du salut. Après celle qui a été en Adam la mère de tous les morts, celle-ci sera dans le Christ la véritable « mère de tous les vivants » (Gn 3,20). Car si le Christ a voulu naître, c’est pour que dans cette humanité où Ève avait semé la mort, Marie ramène la vie. Marie nous offre la parfaite image de ce levain, elle nous en propose la parabole, quand en son sein elle reçoit du ciel le levain du Verbe, et le répand en son sein virginal sur la chair humaine, que dis-je ? sur une chair qui, en son sein virginal, est toute céleste et qu’elle fait ainsi lever.

 

Saint Pierre Chrysologue (v. 406-450), évêque de Ravenne, docteur de l’Église
Sermon 99 (trad. coll. Icthus, vol. 11, p. 286 rev.)

 

 

 

 

 

« Le Royaume des cieux est comparable à un trésor. »

dimanche 30 juillet 2017

24498

Il est logique que la fin de tous nos désirs, c’est-à-dire la vie éternelle, soit indiquée à la fin de tout ce qui nous est donné à croire dans le Credo avec ces paroles : « La vie éternelle. Amen »… Dans la vie éternelle, il y a l’union de l’homme avec Dieu…, la louange parfaite…, et le rassasiement parfait de nos désirs, car chaque bienheureux y possédera encore plus qu’il ne désirait et n’espérait. En cette vie personne ne peut combler son désir ; jamais rien de créé ne pourra rassasier le désir de l’homme. Dieu seul rassasie, et à l’infini. C’est pourquoi nous ne nous reposons qu’en Dieu, comme le dit saint Augustin : « Tu nous as faits pour toi, Seigneur, et notre cœur est sans repos jusqu’à ce qu’il se repose en toi ».

Puisque dans la patrie les saints posséderont Dieu parfaitement, il est évident que non seulement leur désir sera rassasié mais qu’en outre il débordera de gloire. C’est pourquoi le Seigneur dit : « Entre dans la joie de ton Seigneur » (Mt 25,21). Et saint Augustin dit à ce propos : « Ce n’est pas toute la joie qui entrera en ceux qui se réjouissent, mais ceux qui se réjouissent entreront tout entiers dans la joie. » On dit dans un psaume : « Je serai rassasié lorsque se manifestera ta gloire » (62,3), et dans un autre : « Il comble de biens ton désir » (Ps 37,4)… Car si l’on désire les délices, c’est là que se trouvera la délectation suprême et parfaite, parce qu’elle consistera dans le souverain bien qui est Dieu lui-même : « À ta droite, délices éternelles » (Ps 15,11).

Saint Thomas d’Aquin (1225-1274), théologien dominicain, docteur de l’Église
Homélie sur le Credo (trad. bréviaire 33e samedi ; rev.)

 

 

 

Sainte Marthe, mémoire

samedi 29 juillet 2017

sainte-martheMarthe et Marie étaient deux sœurs, proches non seulement par le sang mais encore par la piété. Attachées l’une et l’autre au Seigneur, elles se sont mises d’un seul cœur à son service au temps de sa vie ici-bas. Marthe l’a reçu comme on reçoit d’ordinaire un voyageur. Et pourtant, c’était une servante qui accueillait son Maître, une malade son Sauveur, une créature son Créateur… Le Seigneur, en effet, avait voulu prendre la forme d’un serviteur afin de pouvoir être nourri par des serviteurs…
Voici donc le Seigneur accueilli comme un hôte. « Il était venu parmi les siens et les siens ne l’avaient pas reçu ; mais à tous ceux qui l’ont reçu il a donné pouvoir de devenir enfants de Dieu » (Jn 1,11-12). Les serviteurs ainsi adoptés devenaient ses frères, les captifs ainsi délivrés devenaient ses cohéritiers. Mais que personne d’entre vous ne dise : Heureux ceux qui ont eu la chance de recevoir le Christ en leur propre maison ! N’aie donc point de peine, ne te lamente pas d’être né à une époque où tu ne peux plus voir le Seigneur en chair et en os. Il ne t’a pas retiré sa faveur, lui qui a déclaré : « Tout ce que vous avez fait au plus petit d’entre mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » (Mt 25,40).

Saint Augustin (354-430), évêque d’Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l’Église
Sermon 103,1,2 ; PL 38, 613 (trad. Orval)

 

 

 

 

 

Recevoir la Parole dans la bonne terre

vendredi 28 juillet 2017

StMatthieu

Que le Christ vous aide, frères très chers, à toujours accueillir la lecture de la parole de Dieu avec un cœur avide et assoiffé ; ainsi votre obéissance très fidèle vous remplira de joie spirituelle. Mais si vous voulez que les saintes Écritures aient pour vous de la douceur et que les préceptes divins vous profitent autant qu’il le faut, soustrayez-vous pendant quelques heures à vos préoccupations matérielles. Relisez dans vos maisons les paroles de Dieu, consacrez-vous entièrement à sa miséricorde. Ainsi vous réussirez à réaliser en vous ce qui est écrit de l’homme bienheureux : « Il méditera jour et nuit la loi du Seigneur » (Ps 1,2) et aussi : « Heureux ceux qui scrutent ses commandements, ceux qui le cherchent de tout leur cœur » (Ps 118,2).

Les commerçants ne cherchent pas à faire des bénéfices sur une seule marchandise mais sur plusieurs. Les cultivateurs cherchent un meilleur rendement en semant différentes sortes de semences. Vous qui cherchez des bénéfices spirituels, ne vous contentez pas seulement d’entendre les textes sacrés à l’église. Lisez les textes sacrés à la maison ; quand les jours sont courts, profitez des longues soirées. Et ainsi vous pourrez amasser un froment spirituel dans le grenier de votre cœur et ranger dans le trésor de vos âmes les perles précieuses des Écritures.

Saint Césaire d’Arles (470-543), moine et évêque
Sermons au peuple, n° 7, 1 (trad. cf SC 175, p.338s)

 

 

 

« Beaucoup de prophètes et de justes ont désiré voir ce que vous voyez. »

jeudi 27 juillet 2017

ob_9185e2_548178-4546312901873-330533399-n

Dès que Dieu a vu le monde bouleversé par la crainte, il a mis en œuvre son amour pour le rappeler à lui, sa grâce pour l’inviter, son affection pour l’embrasser. Lors du déluge… il appelle Noé à engendrer un monde nouveau, l’encourage par de douces paroles, lui donne sa confiance familière, l’instruit avec bonté sur le présent et le console par sa grâce au sujet de l’avenir… Il prend part à son labeur et enferme dans l’arche le germe du monde entier, pour que l’amour de son alliance bannisse la crainte…

Ensuite Dieu appelle Abraham du milieu des nations, il magnifie son nom et le fait père des croyants. Il l’accompagne en chemin, le protège à l’étranger, le comble de richesses, l’honore de victoires, l’assure de ses promesses, l’arrache aux injustices, le console dans son hospitalité et l’émerveille par une naissance inespérée afin que attiré par la grande douceur de l’amour divin, il apprenne à… adorer Dieu en l’aimant et non plus en tremblant.

Plus tard Dieu console par des rêves Jacob en fuite. À son retour, il le provoque au combat et, dans la lutte, il l’étreint dans ses bras afin qu’il aime le père des combats et ne le craigne plus. Puis il appelle Moïse et lui parle avec l’amour d’un père pour l’inviter à délivrer son peuple.

Dans tous ces événements, la flamme de la charité divine a embrasé le cœur des hommes…, et ceux-ci, l’âme blessée, ont commencé à désirer voir Dieu avec leurs yeux de chair… L’amour n’admet pas ne pas voir ce qu’il aime. Tous les saints n’ont-ils pas considéré comme peu de chose tout ce qu’ils obtenaient tant qu’ils ne voyaient pas Dieu ? … Que personne donc ne pense que Dieu a eu tort de venir aux hommes par un homme. Il a pris chair parmi nous pour être vu de nous.

Saint Pierre Chrysologue (v. 406-450), évêque de Ravenne, docteur de l’Église
Sermon 147 ; PL 52, 594-596 (trad. Orval)

 

 

 

« Celui qui a des oreilles, qu’il entende ! »

mercredi 26 juillet 2017

sower-1888-1.jpg!Blog

Un semeur est sorti semer son grain, et une partie est tombée le long du chemin, une autre sur la bonne terre. Trois parts ont été perdues, une seule a fructifié. Mais le semeur n’a pas cessé de cultiver son champ ; il lui suffit qu’une partie soit conservée pour ne pas abandonner ses travaux. En ce moment, il est impossible que le grain que je lance au milieu d’un auditoire si nombreux ne germe pas. Si tous n’écoutent pas, un tiers écoutera ; si ce n’est pas un tiers, ce sera la dixième partie ; si même la dixième partie n’écoutait pas, pourvu qu’un seul membre de cette nombreuse assemblée écoute, je ne cesserai pas de parler.

Ce n’est pas peu de chose que le salut même d’une seule brebis. Le Bon Pasteur a laissé les quatre-vingt-dix-neuf autres pour courir après la brebis qui s’était égarée (Lc 15,4). Je ne pourrais jamais mépriser qui que ce soit. Même s’il n’y en a qu’un, c’est toujours un homme, cet être si cher à Dieu. Même si c’est un esclave, je ne le dédaignerai pas, car je cherche, non la condition sociale, mais la valeur personnelle, non la puissance ou la servitude, mais un homme. Même s’il n’y en a qu’un, c’est toujours l’homme, celui pour qui le soleil, l’air, les sources et la mer ont été créés, les prophètes envoyés, la Loi donnée. Il est toujours cet être pour qui le Fils unique de Dieu s’est fait homme. Mon Maître a été immolé, son sang a été versé pour l’homme, et j’oserais mépriser qui que ce soit ?…

Non, je ne cesserai pas de semer la parole, même si personne ne m’écoutait. Je suis médecin, j’offre mes remèdes. Je dois enseigner, ordre m’a été donné d’instruire, car il est écrit : « Je t’ai établi comme sentinelle sur la maison d’Israël » (Ez 3,17).

Saint Jean Chrysostome (v. 345-407), prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l’Église
Homélie sur Lazare, 2 (trad. En Calcat rev.)

 

 

 

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 4,7-15.

mardi 25 juillet 2017

vase

Frères, nous portons un trésor comme dans des vases d’argile ; ainsi, on voit bien que cette puissance extraordinaire appartient à Dieu et ne vient pas de nous.
En toute circonstance, nous sommes dans la détresse, mais sans être angoissés ; nous sommes déconcertés, mais non désemparés ;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés ; terrassés, mais non pas anéantis.
Toujours nous portons, dans notre corps, la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus, elle aussi, soit manifestée dans notre corps.
En effet, nous, les vivants, nous sommes continuellement livrés à la mort à cause de Jésus, afin que la vie de Jésus, elle aussi, soit manifestée dans notre condition charnelle vouée à la mort.
Ainsi la mort fait son œuvre en nous, et la vie en vous.
L’Écriture dit : ‘J’ai cru, c’est pourquoi j’ai parlé.’ Et nous aussi, qui avons le même esprit de foi, nous croyons, et c’est pourquoi nous parlons.
Car, nous le savons, celui qui a ressuscité le Seigneur Jésus nous ressuscitera, nous aussi, avec Jésus, et il nous placera près de lui avec vous.
Et tout cela, c’est pour vous, afin que la grâce, plus largement répandue dans un plus grand nombre, fasse abonder l’action de grâce pour la gloire de Dieu.

 

 

 

 

Le martyre de saint Jacques, apôtre

mardi 25 juillet 2017

saint-jacques-le-majeur-apotre-c-43

C’était sans doute grâce à une force et à une aide du ciel que la doctrine du salut, comme un rayon de soleil, a éclairé soudainement toute la terre. En effet, suivant les divines Écritures, la voix des évangélistes et des apôtres a retenti sur toute la terre : « leurs paroles jusqu’aux limites du monde » (Ps 18,5). Et vraiment dans chaque ville, dans chaque village, comme dans une aire pleine de blé, des Églises fortes de milliers d’hommes se sont constituées en masse, remplies de fidèles…

Mais sous le règne de l’empereur Claude, « le roi Hérode se mit à maltraiter certains membres de l’Église ; c’est ainsi qu’il a fait périr Jacques, frère de Jean, par le glaive » (Ac 12,1-2). Concernant Jacques, Clément [d’Alexandrie] rapporte un récit digne de mémoire tel qu’il le tenait de la tradition de ses prédécesseurs : celui qui l’avait amené au tribunal a été ému en le voyant donner son témoignage, et il a confessé que lui aussi était chrétien. Tous deux, dit-il, ont été amenés ensemble au supplice, et le long du chemin, celui-ci a demandé à Jacques de lui pardonner. Jacques a réfléchi un instant et il l’a embrassé en disant : « Que la paix soit avec toi ! » Et ainsi tous deux ont été décapités en même temps.

Alors, dit la sainte Écriture, voyant que ce qu’il avait fait par la mort de Jacques avait plu à certains, Hérode s’est attaqué également à Pierre et l’a jeté en prison. Il a failli le faire mourir aussi. Mais, grâce à une manifestation divine, un ange s’est présenté à l’apôtre pendant la nuit et l’a délivré miraculeusement de ses liens ; il a été relâché pour le ministère de la prédication (Ac 12,4-17).

Eusèbe de Césarée (v. 265-340), évêque, théologien, historien
Histoire ecclésiastique, II, 3, 9 ; SC 31 (trad. SC p. 54s rev.)

 

 

 

Repos

lundi 24 juillet 2017
.berger
.
Toute l’Écriture est porteuse d’une bonne nouvelle, celle de la puissance de l’amour qui nous fait exister, nous accompagne sur toutes nos routes, nous achemine vers la victoire de la vie. Pourquoi répéter cela ? Parce qu’il y a une part de nous-mêmes qui a peur de Dieu. Peur de ses exigences, du poids des fardeaux que nous avons du mal à trouver légers. Peur de sa «justice». Cela nous empêche de faire le pas décisif d’une confiance totale, de nous ouvrir sans réserve à l’amour. Or la peur est le contraire de la foi. Le repos dont nous parle Jésus est pour une part la fin de l’inquiétude, de la tension, du souci. Bien sûr projets, prévisions, dispositifs demeurent, mais vécus dans la paix. Même l’échec ne peut entamer la certitude fondamentale que Dieu est avec nous. Ce que la vie nous donne à subir, infirmités, maladies, déceptions etc. n’est pas l’oeuvre de Dieu, pas plus que la croix du Christ, qui est dressée par les hommes. Mais Dieu vient faire jaillir la vie là où voudrait régner la mort. Dès lors, tout fardeau peut devenir léger et il le devient si nous croyons pour de bon à cette Présence qui nous habite et vient traverser avec nous toutes les Mers Rouges que nous avons à franchir.
.
Père Marcel Domergue, jésuite (1922-2015)
commentaire sur Mt 11, 25-30 „Vous trouverez le repos“