ACCUEIL

Archive pour le mot-clef ‘St Thimothée’

Mémoire des saints Timothée et Tite, évêques, compagnons de saint Paul

mardi 26 janvier 2021

Tout comme le Christ Seigneur, Fils du Dieu vivant, qui est venu pour sauver son peuple de ses péchés et pour sanctifier tous les hommes, a été lui-même envoyé par le Père, de même il a envoyé ses apôtres (Jn 20,21) qu’il a sanctifiés en leur donnant le Saint-Esprit, pour qu’eux aussi glorifient le Père sur la terre et contribuent au salut des hommes, « en vue de l’édification du Corps du Christ » qui est l’Église (Ep 4,12). Dans cette Église du Christ, le Pontife romain, en tant que successeur de Pierre, à qui le Christ a confié ses brebis et ses agneaux à paître (Jn 21,15s), jouit, par institution divine, du pouvoir suprême, plénier, immédiat et universel pour la charge des âmes. (…)

Mais les évêques, eux aussi, établis par le Saint-Esprit, prennent par succession la place des apôtres comme pasteurs des âmes, et ensemble avec le Souverain Pontife et sous son autorité, ils ont été envoyés pour assurer la permanence de l’œuvre du Christ, Pasteur éternel. En effet, le Christ a donné aux apôtres et à leurs successeurs l’ordre et le pouvoir d’enseigner toutes les nations, de sanctifier les hommes dans la vérité et de les paître. Par conséquent, par l’Esprit Saint qui leur a été donné, les évêques sont devenus de vrais et authentiques maîtres de la foi, pontifes et pasteurs. (…)

En qualité de successeurs légitimes des apôtres et de membres du collège épiscopal, les évêques se sauront toujours unis entre eux et feront preuve de sollicitude pour toutes les Églises, puisque, en vertu de l’institution divine et des devoirs de la charge apostolique, chacun d’entre eux, ensemble avec les autres évêques, est responsable de l’Église. Ils seront surtout pleins de sollicitude pour ces régions du monde dans lesquelles la Parole de Dieu n’a pas encore été annoncée ou dans lesquelles, surtout à cause du nombre restreint de prêtres, les fidèles sont exposés au danger de s’éloigner des commandements de la vie chrétienne, bien plus de perdre la foi elle-même. Qu’ils s’appliquent donc de toutes leurs forces à ce que les fidèles soutiennent et fassent progresser avec empressement les œuvres d’évangélisation et d’apostolat.

Concile Vatican II

 

 

Timothée et Tite, successeurs des apôtres

vendredi 26 janvier 2018

tite_timothee

Toute l’Église est apostolique en tant qu’elle demeure, à travers les successeurs de saint Pierre et des apôtres, en communion de foi et de vie avec son origine. Toute l’Église est apostolique en tant qu’elle est « envoyée » dans le monde entier ; tous les membres de l’Église, toutefois de diverses manières, ont part à cet envoi. « La vocation chrétienne est aussi par nature vocation à l’apostolat. » On appelle « apostolat » « toute activité du Corps mystique » qui tend à « étendre le règne du Christ à toute la terre » (Vatican II: AA – Apostolicam actuositatem, Apostolat des laïcs – 2).

« Le Christ envoyé par le Père étant la source et l’origine de tout l’apostolat de l’Église », il est évident que la fécondité de l’apostolat, celui des ministres ordonnés comme celui des laïcs, dépend de leur union vitale avec le Christ. Selon les vocations, les appels du temps, les dons variés du Saint Esprit, l’apostolat prend les formes les plus diverses. Mais c’est toujours la charité, puisée surtout dans l’eucharistie, « qui est comme l’âme de tout apostolat » (AA 3).

L’Église est une, sainte, catholique et apostolique dans son identité profonde et ultime, parce que c’est en elle qu’existe déjà et sera accompli à la fin des temps « le Royaume des cieux », « le Règne de Dieu », advenu dans la personne du Christ et grandissant mystérieusement au cœur de ceux qui lui sont incorporés, jusqu’à sa pleine manifestation eschatologique. Alors tous les hommes rachetés par lui, rendus en lui « saints et immaculés en présence de Dieu dans l’Amour » (Ep 1,4), seront rassemblés comme l’unique Peuple de Dieu, « l’Épouse de l’Agneau », « la cité sainte descendant du ciel, de chez Dieu, avec en elle la gloire de Dieu » ; et « le rempart de la ville repose sur les douze assises portant chacune le nom de l’un des douze apôtres de l’Agneau » (Ap 21,9-11.14).

Catéchisme de l’Église catholique
§ 863-865