ACCUEIL

Archive pour le mot-clef ‘défunts’

Commémoration de tous les fidèles défunts

vendredi 2 novembre 2018

Pourquoi est-ce que je te pleurerais, mon frère qui m’aimais tant et qui m’a été enlevé… ? Car je n’ai pas perdu mes relations avec toi ; elles ont complètement changé pour moi : jusqu’ici elles étaient inséparables du corps, maintenant elles sont indissociables des sentiments. Tu restes avec moi et tu y resteras toujours… L’apôtre Paul me rappelle et met une sorte de frein à mon chagrin par ces mots… : « Nous ne voulons pas, frères, vous laisser dans l’ignorance au sujet de ceux qui se sont endormis dans la mort, pour que vous ne soyez pas tristes comme les autres qui n’ont pas d’espérance » (1Th 4,13)…

Mais tous les pleurs ne sont pas signe de manque de foi ou de faiblesse. La douleur naturelle est une chose, la tristesse de l’incroyance en est une autre… La douleur n’est pas seule à avoir des larmes : la joie a ses larmes, l’affection elle aussi fait venir les pleurs et la parole arrose le sol de larmes, et la prière, selon les mots du prophète, baigne de larmes notre lit (Ps 6,7). Quand on a enseveli les patriarches, leur peuple aussi a beaucoup pleuré sur lui-même. Les larmes sont donc des signes d’affection et non des incitations à la douleur. J’ai pleuré, je l’avoue, mais le Seigneur aussi a pleuré (Jn 11,35) ; lui a pleuré quelqu’un qui n’était pas de sa famille, moi un frère. Lui, en un seul homme, a pleuré tous les hommes ; moi je te pleurerai, mon frère, en tous les hommes.

C’est avec notre sensibilité que le Christ a pleuré, non avec la sienne, car la divinité n’a pas de larmes… Il a pleuré en cet homme qui était « triste à en mourir » (Mt 26,38) ; il a pleuré en celui qui a été crucifié, qui est mort, qui a été enseveli ; il a pleuré en cet homme… né de la Vierge.

Saint Ambroise (v. 340-397), évêque de Milan et docteur de l’Église

 

 

 

Commémoration de tous les fidèles défunts

jeudi 2 novembre 2017

lazare

Nous ne devons pas pleurer nos frères que l’appel du Seigneur a retirés de ce monde, puisque nous savons qu’ils ne sont pas perdus mais partis avant nous : ils nous ont quittés comme des voyageurs, des navigateurs, pour nous précéder. Nous devons donc les envier au lieu de les pleurer, et ne pas nous vêtir ici-bas de sombres vêtements alors qu’ils ont revêtu là-haut des robes blanches. Ne donnons pas aux païens l’occasion de nous reprocher avec raison de nous lamenter sur ceux que nous déclarons vivants auprès de Dieu, comme s’ils étaient anéantis et perdus. Nous trahissons notre espérance et notre foi si ce que nous disons paraît feinte et mensonge. Il ne sert à rien d’affirmer son courage en parole et d’en détruire la vérité par les faits…

Lorsque nous mourons, nous passons par la mort à l’immortalité ; et la vie éternelle ne peut être donnée que si nous sortons de ce monde. Ce n’est pas là un point final mais un passage. Au terme de notre voyage dans le temps, c’est notre passage dans l’éternité. Qui ne se hâterait vers un plus grand bien ? Qui ne désirerait être changé et transformé à l’image du Christ ?…

Notre patrie, c’est le ciel… Là un grand nombre d’êtres chers nous attend, une immense foule de parents, de frères et de fils nous désire ; assurés désormais de leur salut, ils pensent au nôtre… Hâtons-nous d’arriver à eux, souhaitons ardemment d’être vite auprès d’eux et d’être vite auprès du Christ.

Saint Cyprien (v. 200-258), évêque de Carthage et martyr
Sur la mort § 20 ; PL 4, 596s (trad. Orval)

 

 

dac58d5f

 

 

disparus

 

 

 

 

Commémoration de tous les fidèles défunts

lundi 2 novembre 2015

Commemorazione_di_tutti_i_fedeli_defunti_M

 

Très chers frères et sœurs !

1. Après avoir célébré hier la solennité de la Toussaint, aujourd’hui, 2 novembre, notre regard orant se tourne vers ceux qui ont quitté ce monde et attendent d’arriver à la Cité céleste. Depuis toujours, l’Église a exhorté à prier pour les défunts. Celle-ci invite les croyants à regarder le mystère de la mort non pas comme le dernier mot sur le destin humain, mais comme le passage vers la vie éternelle. « Tandis qu’est détruite la demeure de cet exil terrestre – lisons-nous dans la préface d’aujourd’hui – une demeure éternelle est préparée au Ciel ».

2. Il est important et de notre devoir de prier pour les défunts, car même s’ils sont morts dans la grâce et dans l’amitié de Dieu, ils ont peut-être encore besoin d’une dernière purification pour entrer dans la joie du Ciel (cf. Catéchisme de l’Église catholique, n. 1030). Notre prière d’intention pour eux s’exprime de diverses façons, parmi lesquelles également la visite aux cimetières. S’arrêter dans ces lieux sacrés constitue une occasion propice pour réfléchir sur le sens de la vie terrestre et pour alimenter, dans le même temps, notre espérance dans l’éternité bienheureuse du Paradis.

Que Marie, Porte du Ciel, nous aide à ne pas oublier et à ne jamais perdre de vue la Patrie céleste, objectif ultime de notre pèlerinage ici sur Terre.

Saint JEAN-PAUL II

Source principale : vatican.va (« Rév. x gpm»).

 

 

Commémoration de tous les fidèles défunts

dimanche 2 novembre 2014

Espérance

Pourquoi est-ce que je te pleurerais, mon frère qui m’aimais tant et qui m’a été enlevé…? Car je n’ai pas perdu mes relations avec toi ; elles ont complètement changé pour moi : jusqu’ici elles étaient inséparables du corps, maintenant elles sont indissociables des sentiments. Tu restes avec moi et tu y resteras toujours… L’apôtre Paul me rappelle et met une sorte de frein à mon chagrin par ces mots… : « Nous ne voulons pas, frères, vous laisser dans l’ignorance au sujet de ceux qui se sont endormis dans la mort, pour que vous ne soyez pas tristes comme les autres qui n’ont pas d’espérance » (1Th 4,13)…

Mais tous les pleurs ne sont pas signe de manque de foi ou de faiblesse. La douleur naturelle est une chose, la tristesse de l’incroyance en est une autre… La douleur n’est pas seule à avoir des larmes : la joie a ses larmes, l’affection elle aussi fait venir les pleurs et la parole arrose le sol de larmes, et la prière, selon les mots du prophète, baigne de larmes notre lit (Ps 6,7). Quand on a enseveli les patriarches, leur peuple aussi a beaucoup pleuré sur lui-même. Les larmes sont donc des signes d’affection et non des incitations à la douleur. J’ai pleuré, je l’avoue, mais le Seigneur aussi a pleuré (Jn 11,35) ; lui a pleuré quelqu’un qui n’était pas de sa famille, moi un frère. Lui, en un seul homme, a pleuré tous les hommes ; moi je te pleurerai, mon frère, en tous les hommes.

C’est avec notre sensibilité que le Christ a pleuré, non avec la sienne, car la divinité n’a pas de larmes… Il a pleuré en cet homme qui était « triste à en mourir » (Mt 26,38) ; il a pleuré en celui qui a été crucifié, qui est mort, qui a été enseveli ; il a pleuré en cet homme…né de la Vierge.

Saint Ambroise (v. 340-397), évêque de Milan et docteur de l’Église
Sur la mort de son frère, § 6 (trad. coll. Migne n°84, p. 225 rev.)

 

 

 

Commémoration de tous les fidèles défunts

samedi 2 novembre 2013

Commemorazione_di_tutti_i_fedeli_defunti_M

Très chers frères et sœurs !

1. Après avoir célébré hier la solennité de la Toussaint, aujourd’hui, 2 novembre, notre regard orant se tourne vers ceux qui ont quitté ce monde et attendent d’arriver à la Cité céleste. Depuis toujours, l’Église a exhorté à prier pour les défunts. Celle-ci invite les croyants à regarder le mystère de la mort non pas comme le dernier mot sur le destin humain, mais comme le passage vers la vie éternelle. « Tandis qu’est détruite la demeure de cet exil terrestre– lisons-nous dans la préface d’aujourd’hui – une demeure éternelle est préparée au Ciel ».

2. Il est important et de notre devoir de prier pour les défunts, car même s’ils sont morts dans la grâce et dans l’amitié de Dieu, ils ont peut-être encore besoin d’une dernière purification pour entrer dans la joie du Ciel (cf. Catéchisme de l’Église catholique, n. 1030). Notre prière d’intention pour eux s’exprime de diverses façons, parmi lesquelles également la visite aux cimetières. S’arrêter dans ces lieux sacrés constitue une occasion propice pour réfléchir sur le sens de la vie terrestre et pour alimenter, dans le même temps, notre espérance dans l’éternité bienheureuse du Paradis.

Que Marie, Porte du Ciel, nous aide à ne pas oublier et à ne jamais perdre de vue la Patrie céleste, objectif ultime de notre pèlerinage ici sur Terre.

(Angélus du dimanche 2 novembre 2003)

Bx JEAN-PAUL II

Source principale : vatican.va (« Rév. x gpm»).

Prière des âmes

mercredi 9 novembre 2011

Chers enfants,

Il est un long fleuve tranquille où repose un pétale de rose blanche, ce pétale est une nouvelle âme venue rejoindre l’éden. Cette âme rappelée par le Père Céleste doit être une joie pour vous tous, elle est dans la Lumière et l’Allégresse de sa nouvelle vie. Vie qui confirmera son amour terrestre et l’enseignement sur la vraie vérité, c’est une nouvelle joie indescriptible pour vous mais réelle à son égard et son entendement.

D’autres pétales la rejoignent au fur et à mesure et ce sont des retrouvailles célestes grandioses. Il n’est de mot terrestre au panorama des cieux et à son enchantement.

Mes enfants, il faut prier pour toutes ces âmes qui montent auprès de nous. Mais il faut prier encore plus pour les âmes terrestres perdues dans un océan assourdissant de guerres, de chagrin et de peines en tout genre.

Marie Mère des hommes – septembre 2011

.

.

vendredi 4 novembre 2011

Mes enfants, prenez le temps d’écouter mes paroles diffusées aux quatre coins de ce monde et sachez que Dieu seul autorise cette marque d’amour.

Vivez en chaque jour les prières incessantes transmises par mon Fils et Son Père. Ne soyez point sourds à ces appels, car le temps viendra où vous n’entendrez plus et ne verrez plus ; seule la foi vous sauvera des tribulations de Satan. Lui seul en ces jours s’expose pour être admiré et vénéré, mais son temps touche à sa fin et tous ceux qui l’auront accompagné seront abandonnés dans l’abîme des ténèbres avec lui. Le temps n’est pas aux pleurs et à la peur, mais au renouveau de l’Amour et la Paix.

Mes enfants, que la Bénédiction du Père Eternel repose sur vos têtes afin que vous puissiez aller de l’avant. Mes enfants, tous les Saints sont à vos côtés pour vous faire persévérer dans l’affirmation en Dieu le Père et pour une osmose éternelle avec le Très Haut.

Ne rejetez point la parole de tous ces Saints ; par leurs exemples agencez votre vie afin de vous rapprocher toujours plus de vos frères.

 

Marie Mère des hommes – avril 1998

.

.

.

Défunts

mercredi 2 novembre 2011

Mes enfants, je voulais vous dire aussi que cette belle rivière que vous appelez d’éden, où toutes ces fleurs passent, qu’elles soient blanches, qu’elles soient rouges, qu’elles soient jaunes, sont toutes des fleurs du Ciel. Toutes ces fleurs montent progressivement à nous. Ce sont les âmes de vos fidèles, de vos familles. Ceux qui sont partis parmi vous ont été reçus. Car sachez une chose, Jésus reçoit et Marie reçoit. Bientôt, Jésus va recevoir quelqu’un d’entre vous. Mais il faut savoir une chose, c’est que tous ces êtres humains qui partent demandent à ce qu’on ne pleure pas pour eux. Parce que, eux, sont dans le bonheur et la paix. Ils souffrent de vous voir souffrir. Mais en fin de compte, ils voudraient que vous soyez heureux, dans leur véritable situation de bonheur. Il y a beaucoup d’incertitudes dans ce monde. Ces incertitudes, il faut que vous m’en parliez car je peux vous donner les réponses.

Mes enfants, il n’est pas lieu de pleurer. Les pleurs ne sont que révélation d’une faiblesse du cœur. Soyez forts, soyez sensibles, mais ne soyez pas hypersensibles. La vie d’un être humain au départ de sa vie est un chagrin mais soyez sûrs que là où il est, il est plus heureux que vous sur terre. Ne soyez pas prêts à mourir pour le rejoindre, ce qui serait une faute néfaste pour vous.

Marie Mère des hommes – octobre 2011

.

.

mercredi 14 septembre 2011

La maman de M. Roger Emanuel a rejoint la Maison du père en ce jour de fête de la Sainte Croix.

Nos pensées et nos prières accompagnent M. André Emanuel, son fils ainsi que toute sa famille.

.

L’Esprit…

Au-dessus de la Terre élève tes pensées : ce globe n’est qu’un marchepied pour monter plus haut…

Médite et prie !
La prière ardente est une flamme, une radiation de l’âme qui dissipe les brumes, éclaire le chemin, montre le but…

Médite et prie !
Et si tu sais prier, tu obtiendras la vision, la compréhension de la beauté du Monde, de la splendeur de l’Univers ; tu verras la voie immense d’ascension qui conduit les âmes d’étapes en étapes, vers la sagesse… la paix sereine… la lumière divine…

 

et tu remercieras Dieu !…

.

.

Fidèles défunts

mardi 2 novembre 2010

Je vous remercie, mes enfants, de poursuivre vos prières et d’attacher l’importance nécessaire à votre réussite dans l’union avec vos frères, mais le chemin est encore long et difficile, les épreuves grandissent et certaines fois le doute s’installe. Mes enfants, soyez vigilants et contentez-vous de suivre les préceptes du Père Eternel afin que rigueur disparaisse sur cette terre.

Tous les Saints se joignent à vos efforts et prient pour le renouveau de ce monde, se joignent aussi les âmes de vos disparus qui avec ferveur vous soutiennent dans vos prières et votre choix de route vers l’accomplissement du plan Divin.

Marie Mère des hommes – décembre 2005