ACCUEIL

Archive pour le mot-clef ‘bonheur’

Chercher Dieu et trouver le bonheur

mardi 24 janvier 2023

Si nous cherchons Dieu en dépit de toutes les épreuves, si nous lui donnons chaque jour, à chaque heure, cet hommage, extrêmement agréable, qui consiste à mettre en lui, et en lui seul, notre béatitude ; si nous ne cherchons jamais que sa volonté ; si nous agissons en sorte que son bon plaisir soit le vrai mobile de toute notre activité, soyons assurés que Dieu ne nous manquera jamais. « Dieu est fidèle » (1 Th 5,24) ; « il ne peut faire défaut à ceux qui le cherchent » (Ps 9,11 Vg).

Plus nous nous approcherons de lui par la foi, la confiance et l’amour, plus nous nous approcherons de notre perfection. (…) Disons souvent comme le Psalmiste : « C’est votre face que je cherche, ô mon Dieu. Qu’y a-t-il, en effet, pour moi au ciel, et, sur terre, qu’est-ce que je veux en dehors de vous ? Vous êtes le Dieu de mon cœur et la part que j’ai choisie pour l’éternité » (Ps 26,8 ; 72,25-26 Vg). (…) Si nous agissons de la sorte, nous trouverons Dieu et avec lui tous les biens. « Cherche-moi, dit-il lui-même à l’âme, cherche-moi avec cette simplicité de cœur qui naît de la sincérité ; car je me laisse trouver par ceux qui ne me tentent point et je me manifeste à ceux qui se confient en moi » (Sg 1, 1-2 Vg).

En trouvant Dieu, nous posséderons aussi la joie. Nous sommes faits pour le bonheur, pour être heureux ; notre cœur a une capacité d’infini, mais il n’y a que Dieu seul qui puisse nous rassasier parfaitement. « C’est pour vous, Seigneur, que vous nous avez créés, et notre cœur vit dans le trouble jusqu’au jour où il trouve en vous son repos » (St Augustin, Confessions). C’est pourquoi quand nous cherchons quelque chose en dehors de Dieu ou de sa volonté, nous ne trouvons pas le bonheur stable et parfait.

Bienheureux Columba Marmion (1858-1923)

 

 

 

« Même vos cheveux sont tous comptés, soyez sans crainte. »

vendredi 17 octobre 2014

croix

Dieu m’envoie la croix… Bénie soit-elle car, comme dit Job, « si nous accueillons joyeusement tous les bienfaits de la main de Dieu, pourquoi ne pas accueillir pareillement les épreuves ? » (2,10) Tout nous vient de lui, santé et maladie, biens temporels, malheurs et infortunes ; tout, absolument tout, est parfaitement ordonné. Si quelquefois la créature se rebelle contre le dessein de Dieu, elle commet un péché, car tout est nécessaire, tout est bien fait, et les rires sont aussi nécessaires que les larmes. Nous pouvons tirer profit de tout pour notre perfection, à condition de voir, dans un esprit de foi, l’œuvre de Dieu en tout, et de demeurer comme des petits enfants dans les mains du Père. Car nous, tout seuls, où irions-nous ?…

Je ne cherche pas à m’arracher aux sentiments [que m’inspirent mes épreuves], c’est évident ; mais ce que Dieu veut c’est les perfectionner en moi. Pour cela, il me mène par ici et par là, comme un jouet, me faisant abandonner un peu partout des morceaux de mon cœur. Dieu est grand, et il accomplit tout parfaitement ! Comme il m’aime, et comme je le lui rends mal ! Sa providence est infinie, et nous devons nous y confier sans réserve.

Saint Raphaël Arnaiz Baron (1911-1938), moine trappiste espagnol
Écrits spirituels, 11/08/1934 (trad. Cerf 2008, p. 123)

 

 

 

Sources vives

mercredi 19 juin 2013
.
Notre monde moderne a faim et soif de bonheur. Il a faim de pain, il a encore plus faim et soif de Dieu.
Des millions d’âmes attendent de nous le pain vivant de la doctrine pour boire aux sources vives que l’Esprit Saint fait jaillir du sein de son Eglise.
.
.

Père Eugène-Marie de l’Enfant-Jésus, carmélite, (1894-1967) in « Vie »

 

 

 

.

le cierge béni

mardi 28 avril 2009

cierge« Ne pensez pas toujours à la douleur, pensez plutôt au bonheur. Dans la douleur, vous trouverez le bonheur, mais pas l’inverse. Il faut que vous avanciez, il faut que vous avanciez et surtout priez, priez, priez.

Vous avez tout entre les mains ; vous avez le chapelet, vous avez la Bible, vous avez le feu du cierge. Tout ceci permettra que le monde évolue et permettra de soutenir tous ceux qui souffrent et tous ceux qui ne connaissent pas. »

Marie Mère des hommes – juillet 2003