ACCUEIL

Archive pour le mot-clef ‘Bartimée’

De la détresse aveugle à la demande d’aide clairevoyante (2Chroniques 15,1-8 / Hébreux 12,1-3 / Marc 10,46-52)

jeudi 28 mai 2015

Bartimée

Pour moi, le monde n’a aucun sens, ni haut ni bas, ni ténèbres ni lumière. Le monde ne va nul part, absurde. Lors d’une naissance, on dit volontiers qu’un enfant voit le jour ; moi, j’ai vu la nuit. Je suis entré dans la nuit pour ne jamais en sortir. D’une certaine façon, je mourus avant de trépasser. Aux yeux du monde, je ne suis qu’un accident de la nature. Dans la société, je n’ai même pas vraiment d’identité, puisqu’on m’appelle Bar-Timée.
Bar, ça signifie, « fils de ». Je suis le fils de mon père : Timée.
Un père probablement plus connu, un père qui m’a mis au monde, mais qui n’est plus là pour m’aider comme dans mes premières années. Je suis le fils d’un mort.
Comme chaque jour – quand on me dit qu’il fait jour – je me fais guider jusque sur le chemin qui descend de Jéricho.
Les gens de passage ne me remarquent qu’à peine, caché que je suis sous mon manteau. Ce vieux manteau, fidèle compagnon de misère, qui me colle à la peau dans la poussière, le vent et de rare fois la pluie.
Les gens de passage, ceux qui ont l’habitude de passer régulièrement, doivent penser que je fais partie du paysage, depuis le temps. Ça c’est dur : quand la misère devient normale, quand les gens s’habituent.
Quand il n’y a plus personne pour se pencher sur nous, quand plus personne ne vous prend en pitié.
Oh, bien sûr, plusieurs me donnent une pièce ou quelque dons qui donnent sens à mon existence. C’est pas tellement l’argent dont j’ai besoin, mais cet argent témoigne du fait que quelqu’un m’a vu et a reconnu ma détresse, cet argent signale que j’existe pour quelqu’un. Cet argent, je le ramène à ceux qui m’hébergent. D’une certaine façon, l’aumône rend ma vie utile pour quelqu’un.
Insignifiante utilité pour une insignifiante personnalité.
Et pourtant ce jour là, j’ai entendu les pas nombreux d’une foule qui sortait de Jéricho. Des gens accouraient des alentours et se pressaient autour de moi. Il semblait qu’un homme important allait passer par là. Un homme de Galilée qui descendait à Jérusalem, un certain Jésus. J’en avais entendu vaguement parler. Paraît qu’il enthousiasmait et entraînait à sa suite un grand nombre de disciples. Certains pensaient même qu’il était le messie, le libérateur d’Israël en marche victorieuse vers la ville sainte, vers le temple.
Je ne sais pas ce qui m’a pris. Qui suis-je moi, Bar-Timée, qui suis-je moi l’insignifiant au manteau sur la route de Jéricho, pour me faire remarquer, pour houspiller le messie ?
Mais c’était plus fort que moi. Si c’était bien lui le messie, alors il allait entendre parler de moi, de ma misère. Depuis le temps que Dieu semble ignorer la détresse du monde et des gens comme moi.
On verrait bien si le messie donne l’exemple, s’il donne une aumône digne du Christ. Même s’il ne l’est pas, il se sentira peut-être obligé.
Dans mon cri, on aurait pu percevoir en même temps la plainte, la révolte et la supplication : « Jésus, fils de David, aie pitié de moi». Toujours assis, je tends la main à gauche, à droite, sans savoir d’où la réponse va venir.
La réponse ne se fait pas attendre, mais pas celle du messie. Je sens immédiatement les gens se presser autour de moi, comme pour me cacher, comme pour étouffer ma plainte égoïste.
On me rabroue, on me bouscule, je les entendais presque penser : Tu ne crois pas que le Messie a autre chose à faire que de te faire l’aumône : il va délivrer Israël.
Mais c’était plus fort que moi. Qui est donc ce Dieu invisible qui ne se préoccupe pas de la misère, de ma misère ? Et même s’il chasse les romains de Jérusalem, qu’est-ce que j’en aurait de plus ?
Alors je persiste, me débat et encore une fois je crie ma détresse à ce Christ invisible : « Fils de David, aie pitié de moi ». Pourquoi ne ferait-il pas un détour pour moi, pourquoi ne s’intéresserait-il pas à ma misère, pourquoi, pour une fois, Dieu ne se pencherait-il pas sur ma détresse ? Toujours assis, recroquevillé sous mon manteau, je tends les mains, repoussant les jambes de la foule et brassant l’air.
Alors quelque chose se passe. Comme si j’entendais la foule se figer. Ce Jésus va-t-il venir vers moi ? Dans mon aveuglement, je fais des geste interrogateurs autour de moi. Alors je sens des mains qui pressent mon dos, qui me soulèvent par les épaules : allez, vas-y, lève-toi, prends courage, il t’appelle.
En même temps c’est inespéré, quelqu’un d’important – messie ou pas – répond à mon appel. Et en même temps, c’est un peu bizarre : pourquoi ne vient-il pas lui-même? C’est quand même plus facile pour lui de venir se pencher vers moi que pour moi de me lever, de marcher à tâtons sous les regards invisibles de cette foule curieuse et interrompue. Marcher à tâtons pour essayer de rejoindre cet homme sans savoir où exactement.
Quoi qu’il en soit, ce Jésus est là, quelque part, tout près, dans cette foule. Il m’attends. En attendant ainsi, il exige que je me bouge, moi l’infirme ! Il m’oblige à m’approcher de lui, alors que je ne le voit pas, que je ne le connaît pas, que le chemin est obscur.
Jusqu’alors, ce sont les gens, librement, qui choisissaient de passer de l’autre côté du chemin ou de faire le détour vers moi pour déposer un pièce. Celui-là ne fait ni l’un ni l’autre, il s’arrête et regarde si moi, je m’approche. Une situation inhabituelle qui transforme le quotidiens. Tout à coup je sens une onde libératrice une onde de courage traverser tout mon être.
L’espace d’une minute, mon quotidien, je vais pouvoir l’oublier, m’en débarrasser. Je le laisse tomber derrière moi. Mon manteau s’affale sans contenu sur l’emplacement de ma misère et me voilà à peine habillé, marchant et trébuchant dans ma précipitation vers cette voix inconnue qui m’appelle.
Je m’avance et me présente presque aussi nu qu’un nourrisson devant son créateur, comme si je prononçais au fond de moi à ce Jésus:
« Toi si tu es le messie, toi qui pourrait alors voir. Toi qui verrait non seulement la surface des choses, mais les vérités profondes, mesure donc ma détresse, vois mon désarroi et la nuit de mes jours : Jésus, fils de David, aie pitié de moi »
Mais aucun son ne sort plus de ma bouche, que va-t-il se passer maintenant ? Je suis allé trop loin, je sens la présence de toute cette foule curieuse qui nous entoure ? Si ce Jésus est bien le messie, alors l’issue de cette rencontre révèlera probablement quelque chose de ce Dieu qu’on ne voit pas. Enfin quelqu’un allait avoir pitié de moi, et peut-être Dieu lui-même.
Mais en guise de réponse, je reçois une question. Une question qui me désarçonne : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? ».
« que veux-t…. » qu’est-ce que je veux ? Je n’en sais rien. Qu’est-ce que peux espérer quelqu’un comme moi : Un peu de compassion, de la pitié, une aumône quoi… !.
Qu’est-ce que je veux… ? Le bonheur…. Mais quoi en particulier ? En fait je n’avais jamais eu l’occasion de répondre à une question pareille. « qu’est-ce que je veux ». on a droit à plusieurs réponses ?
Le ton de la question n’était pas superficiel, je l’ai bien senti en fait. la réponse ne devait pas l’être non plus. Mais comment répondre du tac au tac ? c’est que je ne suis pas un orateur, moi.
Vite, répondre tout de suite l’essentiel, la chance de voir passer le messie en chair et en os ne se présente qu’une fois. Voir passer le messie. Voir.
aveugle-crieEn me destabilisant, la question du maître faisait traverser ses pensées en une fraction de seconde dans mon esprit.
Et je m’entends répondre : « Maître, fait que je voie de nouveau ». Réponse absurde que je regrettait aussitôt. Par sa question, ce Jésus m’a fait rêver au meilleur de la vie. Je me suis fait avoir, je me suis laissé emporter. Je sens sur moi le sourire triste de la foule m’envelopper comme un nouveau manteau. Je me sens me recroqueviller, surgit l’envie d’aller me cacher.
C’est alors qu’une autre sensation me submerge, comme si je sentais le regard de ce Jésus posé sur moi : « vas! ta foi t’a guéri ». Ce regard, je ne l’oublierai jamais. Si vous pouviez le voir. Voir comme je l’ai vu de mes propres yeux. Cette homme n’a rien fait, il est simplement là, il ne fait que constater : c’est ma confiance qui me guérit.
Il ne fait rien, mais il est là. Le Fils de Dieu. Oui, j’en suis sûr, le Fils de Dieu en personne. Aussi humain que n’importe qui, il se tient devant moi et tout à coup je vois clair. Pas seulement à la surface des choses, mais en profondeur.
Dieu est là, toujours invisible à nos yeux aveugles, il se rend présent. Même si c’est ce que tu espère, Dieu ne se penche pas sur ta misère recroquevillée, même si c’est ce que tu attends de lui. Il t’écoutes et t’attends. A toi de te lever, à toi de rejeter le manteau de ta misère sur le chemin. Son appel te libère du regard critique et réprobateur des autres qui te jugent, qui veulent d’écarter, te cacher comme une honte. Il te libère de ton propre regard sur toi-même qui t’enferme dans le seul petit coin dont tu te crois digne.
Ce Jésus, il est là et il veut te voir debout. Debout et actif.
Vivre de l’espérance c’est pas tendre la main en demandant de la pitié. Vivre de l’espérance, c’est se lever. C’est y croire !
Oui croire que vraiment ce Jésus transformera ta vie grâce à ton engagement, grâce à la reprise en main de ton sort. C’est d’y croire, c’est ta confiance, c’est ta foi active qui te guérit.
Si je ne m’étais pas mis à crié, si je ne m’étais pas levé. Je serais encore au bord du chemin de Jéricho à maugréer contre Dieu dans mon obscurité.
Mais Jésus m’a ouvert les yeux sur l’identité de Dieu. Il m’a montré comment demander des choses concrètes plutôt que de me résigner et me plaindre sans être capable de répondre à la question : « que veux-tu ? ».
Ce Jésus, je l’ai suivi jusqu’à Jérusalem. Il n’a guéri plus personnes, j’étais le dernier sur sa route. Beaucoup de souffrances n’ont pas été apaisée et beaucoup n’ont pas reçu le cadeau que j’ai reçu. Mais ce Jésus est mort. Et je suis sûr, avec ses disciples, qu’il est revenu à la vie.
Maintenant, quand une partie de ma vie est morte en moi, je pense à lui est je sens de la même manière le regard de ce Jésus invisible posé sur moi : « que veux-tu que je fasse pour toi ? »
Le jour où j’ai répondu à cette question, je suis vraiment né, j’ai vu le jour. J’ai quitté mon père Timée décédé, je suis devenu le fils du Dieu vivant.
Amen!

.
Une prière :

Seigneur
Tu passes sur notre chemin, tu longes notre misère
Ton regard se pose sur nous.
Apprends-nous à exprimer concrètement ce dont nous avons besoin. Ce que nous attendons de toi.
Donne-nous toi-même la force de nous relever
quand la détresse nous terrasse,
quand le manteau de la tristesse nous enveloppe.
Seigneur, si la foi de Bartimée l’a guéri
Nous te prions pour la foi de ce monde blessé
De ce monde aveugle.
Arrête-toi et fais-le appeler.
Qu’il se relève de sa misère et place sa confiance en toi
Qu’il voie à nouveau clair sur ton identité.
Amen !

 

Prédication du pasteur Marc Rossier